Un éditorial par Amédée Assi: Ouattara…Des universités

En Côte d’Ivoire, le Président Ouattara, qui a construit plusieurs ponts, est affectueusement appelé ADO Du Pont ; vous, ce sera Issoufou… Des Échangeurs ? » Cette question, je l’ai posée à l’ancien Président du Niger, Mahamadou Issoufou, lors d’une interview qu’il m’a accordée en mai 2015 au Palais présidentiel de Niamey. Et la réponse de l’ex-Chef d’État nigérien, qui avait construit de nombreux échangeurs dans la capitale de son pays, a été : « Exactement ! Vous pouvez écrire cela dans Fraternité Matin… »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Président de la République, Alassane Ouattara, mérite amplement ce surnom. D’autant plus que de 2015 à aujourd’hui, ce sont une vingtaine de ponts qu’il a construits ou sont en chantier, à travers tout le pays. Citons, pêle-mêle, les ponts de Bettié, de Gbéléban, le 4e pont Yopougon-Plateau, le pont de Cocody.

Mais, à la vérité, ce sont plusieurs surnoms que le Président Ouattara devrait porter.

Entre autres, Ouattara Électricité, lui dont l’objectif est d’électrifier toutes les localités du pays avant fin 2025. Pour cela, rien qu’en 2021, ce sont environ 205 000 ménages qui ont bénéficié du « Programme électricité pour tous. » Ouattara Eau potable pour avoir permis l’accès à l’eau potable à des millions d’Ivoiriens. « Aujourd’hui, avait-il déclaré lors de son message à la Nation le 31 décembre dernier, plus de 80% des Ivoiriens vivant dans nos villes et plus de 70% vivant en zones rurales ont accès à l’eau potable. »

Même si on ne mange pas goudron, comme le disent avec beaucoup de naïveté certains de nos compatriotes, le Chef de l’État mérite aussi de se faire appeler Ouattara Goudron. Le vaste programme d’investissements entrepris dans les infrastructures routières, pour réhabiliter un réseau routier dégradé à plus de 60% après la décennie de crise socio-politique, a redonné le sourire aux usages de la route. Toutes les régions de la Côte d’Ivoire ont, en effet, bénéficié de plusieurs centaines de kilomètres de bitume, avec un accent tout particulier sur Abidjan et Yamoussoukro qui ont véritablement changé de visage ces dernières années.

Ouattara Hôpital, Ouattara Échangeur, Ouattara Emploi, Ouattara École, Ouattara Agriculture… La liste est tellement longue que toutes les pages du journal ne sauraient suffire à contenir les nombreux sobriquets qui pourraient être attribués au Président de la République.


Cependant, le surnom que toute la jeunesse ivoirienne devrait avoir à la bouche est incontestablement celui de Ouattara Des Universités. Oui, Ouattara Des Universités.

Il faut, en effet, se souvenir que c’est 28 ans après l’ouverture de l’Université nationale de Côte d’Ivoire, rebaptisée Université Félix Houphouët-Boigny, que notre pays a eu, en 1992, alors qu’Alassane Ouattara était Premier ministre, ses deux premiers centres universitaires (Abobo-Adjamé et Bouaké), deux établissements devenus, par la suite, Université Nangui Abrogoua et Université Alassane Ouattara. L’Université Félix Houphouët- Boigny, fermée en 2011 après la crise post-électorale, a fait l’objet d’une remise à neuf complète, pour rouvrir ses portes en septembre 2012.

Toujours grâce au Président Ouattara. Bien conscient, plus que tout le monde, qu’il faut en permanence améliorer notre système éducatif, le rendre plus compétitif, Alassane Ouattara s’est engagé, depuis son accession au pouvoir, à continuer de doter notre pays de plusieurs universités.

Ainsi, après l’Université Péléforo Gbon Coulibaly de Korhogo, l’Université de Man, l’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa, l’Université virtuelle de Côte d’Ivoire et l’Université de San Pedro qui a effectué sa première rentrée académique en octobre dernier, c’est celle de Bondoukou qui ouvrira ses portes en octobre prochain !

Et ce n’est pas tout. Comme le Chef de l’État l’a lui-même indiqué, afin d’offrir un cadre de formation adéquat aux étudiants, il a lancé un programme de construction et de réhabilitation de plusieurs cités et restaurants universitaires. « Ainsi, nous avons, en 2021, ouvert les cités universitaires de Williamsville, Port-Bouët 1 et 2 et de Korhogo, de même que les restaurants universitaires de Daloa et Korhogo. Ce programme se poursuivra, en 2022, avec l’ouverture des cités universitaires d’Abobo 1 et 2, de Port-Bouët 3, de Vridi ainsi que la construction de nouveaux restaurants universitaires à Cocody et Abobo-Adjamé», a-t-il notamment indiqué.

Toutes ces infrastructures universitaires construites ou en construction dans les différentes régions du pays doivent donc valoir au Président de la République l’appellation de Ouattara Des Universités !

Par Amédée Assi

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire