Après la Guinée, une importante délégation ministérielle du Mali se rend en Mauritanie et en Algérie (États non Cedeao)

Une importante délégation malienne est à Nouakchott, en Mauritanie, ce mardi. Elle se compose notamment des ministres des Affaires étrangères, de l’Administration territoriale, des Transports, de l’Économie et du Commerce.

Le Mali, à qui la Cédéao et l’UMOA [union monétaire] ont imposé des sanctions financières, économiques et diplomatiques il y a une dizaine de jours, cherche des alternatives en dehors de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest.

La Mauritanie, pays frontalier du Mali, tout comme l’Algérie, ne fait pas partie de la Cédéao. À Nouakchott, la délégation malienne doit être reçue par le président mauritanien, Mohamed Ould Ghazouani.

Le Mali chercherait notamment des moyens de contourner l’embargo qui frappe le pays depuis l’adoption des sanctions par la communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest et à faire transiter une partie de son fret par la Mauritanie.


Les frontières ouvertes de la Guinée

Avant Nouakchott, ce lundi, cette délégation malienne s’est d’abord rendue en Guinée, à Conakry, où elle a été reçue par les autorités guinéennes. Pour rappel, la Guinée, suspendue des organes de la Cédéao suite au coup d’État de septembre dernier, a indiqué que ses frontières étaient toujours ouvertes à tous les pays frères.

Dans un communiqué lu à la télévision nationale, Conakry avait expliqué ne pas avoir été associée aux sanctions prises contre le Mali.

À l’issue de ses entretiens, le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a déclaré être porteur d’un message du colonel Assimi GoÏta, au président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya. Abdoulaye Diop a également salué la « solidarité qui a été réitérée à l’endroit du Mali ».

La même délégation est attendue chez le grand voisin algérien.

Avec RFI

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire