Littérature/ « L’Héritage » de Hassan Hyjazi: Entre désespoir et frustrations, incursion dans le monde impitoyable des affaires

C’est son quatrième livre qui sort le 22 mars prochain à Abidjan. L’homme d’affaires Hassan Hyjazi, patron de plusieurs sociétés commerciales dont le célèbre Prima Center de Marcory ajoute une nouvelle corde à son arc, celle d’écrivain. Fataliste ? Pessimiste ? Historien du présent ? L’homme laisse à ses lecteurs le qualificatif qui sied. Mais l’autodidacte qu’il est, exprime à travers « L’Héritage » ses frustrations et ses déceptions au regard d’une société qui laisse peu de place pour l’altruisme, la solidarité. Un monde où tout n’est que course aux richesses, désir de puissance, soumission des autres, crime organisé pour certains.

Le livre a été présenté le jeudi 13 janvier 2022, aux journalistes au siège du consulat honoraire du royaume de Thaïlande à Abidjan. Vous l’aurez compris, Hassan Hyjazi est aussi diplomate, consul honoraire. Une belle récompense de ses nombreux voyages d’affaires dans le monde dont la Thaïlande, royaume pour lequel il a travaillé à faciliter des relations d’affaires en Côte d’Ivoire.
L’héritage est aussi un récit inspiré par ces voyages en Europe, en Afrique, en Amérique, en Asie… C’est ainsi que l’histoire relatée, celle d’une famille nantie installée à quelques encablures d’une capitale, porte les marques et symboles de différentes parties du monde. Le lecteur en Côte d’Ivoire pensera y découvrir, à travers les descriptions pittoresques, le vécu quotidien de ce pays. Mais il déchantera très vite au fil des pages. Pour Hassan Hyjazi, c’est un choix à dessein. Aucun endroit connu n’est cité, tout est fiction sauf la Suisse qui est nommément citée. Selon Hassan Hyjazi, c’est en raison de la neutralité légendaire de ce pays dans tous les conflits du monde. Un pays qui peut servir de lieu de règlement des conflits, selon l’auteur.


L’héritage dont il est question est celui d’une riche famille. L’héritage est bâti par le vieil homme qui au soir de sa vie devra transmettre ses acquis à sa progéniture. Dans un environnement impitoyable où l’homme est un loup pour l’homme, où le crime fait rage à travers l’organisation criminelle « la ligne rouge » et dont l’objectif est de réduire en tas de ruines tout cet héritage construit pendant des années que faire ?
La trame est accrocheuse et se lit facilement. Sans vraiment faire de proposition, se contentant de décrire les scènes rocambolesques, Hassan Hyjazi donne tout de même quelques conseils à la fin à ceux qui devaient léguer leur héritage et à ceux qui devaient en assurer la gestion.

Voici ce qu’il écrit dans cette dernière partie qu’il intitule la charte : « La pédagogie doit avoir sa place dans l’entreprise si on ne veut pas créer de frustrations entre héritiers, certains étant expérimentés à des âges différents et d’autres à des niveaux académiques différents ». Ou encore : « Les héritiers ne doivent en aucun cas abuser de leur pouvoir. Ils n’agiront pas avec passion et devront rester courtois et justes ».
L’héritage de l’homme d’affaires Hassan Hyjazi, un vrai régal à lire.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire