Mafia du foncier contre la lagune Ebrié en Côte-d’Ivoire: La lettre du journaliste N. Konan qui dit tout, adressée à Ouattara

Bruno Koné, Philippe Légré, Dah Sansan et les Ezzedine cités

Que va faire le Président Ouattara ?

Encore une rocambolesque affaire qui met en selle de gros bonnets du régime Rhdp au pouvoir. Le journaliste d’investigation Noël Konan, celui-là qui avait fait parler de lui dans l’affaire Pandora papers, écœuré par les dommages causés à la lagune Ebrié, a décidé d’écrire au président de la République Alassane Ouattara. Objet : dénoncer la grande corruption sur l’acquisition de parcelles issues de cette agression de la lagune et qui compromet l’équilibre environnemental à court et moyen terme. Ci-après cette lettre pleine de révélations.

Lettre ouverte au Président de la République, Alassane Ouattara

Monsieur le Président de la République, avant tout propos,
permettez-moi, de sacrifier à la tradition, en vous souhaitant, en ce
début d’année, mes vœux les meilleurs.

Cela étant fait, je me permets, à travers ces lignes qui suivent, de
vous faire part, en tant que citoyen engagé et très amoureux de mon
pays, de ce qui se passe actuellement sur la lagune Ebrié.
Je me souviens, Monsieur le Président de la République, qu’à l’occasion
de votre traditionnel message à la nation, vous avez affiché une
sérénité au sujet de l’avenir de la Côte d’Ivoire. « Depuis que vous
m’avez accordé votre confiance, nous connaissons, ensemble, année après
année, des avancées importantes et des progrès indéniables dans notre
pays », avez-vous affirmé le 31 décembre 2021.
Effectivement, Monsieur le Président de la République, ne pas
reconnaître les avancées importantes et les progrès dans notre pays,
serait faire preuve de mauvaise foi.
Cependant, Monsieur le Président de la République, permettez-moi de vous
dire que malgré ces avancées et progrès, le pays va mal.
Monsieur le Président de la République, pourquoi le pays va mal selon moi ?
Monsieur le Président de la République, malgré cet embelli économique et
cette croissance économique, les Ivoiriens ont un besoin crucial et
urgent. Vos concitoyens que nous sommes, avons besoin de changer de
mentalité et de comportement, condition sine qua non, pour parvenir à un
vrai développement. Regardez comment nos efforts collectifs pour bâtir
une nation riche et prospère sont mis à mal par la mauvaise gouvernance,
la corruption et le manque de transparence dans la gestion des affaires
publiques.

Monsieur le Président de la République, je suis heureux que cette
réalité ne vous échappe pas et c’est d’ailleurs une bonne chose. Vous
l’avez même si bien compris que la bonne gouvernance et la lutte contre
la corruption sont l’une de vos priorités pour l’année 2022. « Nous
devons bâtir une conscience nationale imprégnée des valeurs d’intégrité,
d’équité, et d’un sens élevé de la responsabilité dans la conduite des
affaires publiques. C’est dans ce cadre que j’ai décidé d’instaurer à
partir de 2022, un prix portant sur la bonne gouvernance et la lutte
contre la corruption », avez-vous annoncé lors de votre intervention.
Monsieur le Président de la République, effectivement, la corruption et
la défense des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général
sont aujourd’hui les contre-valeurs les mieux partagées au sein des
Ivoiriens. Quel dommage !

Monsieur le Président de la République, revenons à ma préoccupation
relative à la lagune Ebrié. Savez-vous ce qui se passe depuis plusieurs
années sur cette lagune ?

Jadis, cette lagune qui ennoblissait l’image de la capitale économique,
Abidjan, au niveau international au point d’être appelée la perle des
lagunes, est aujourd’hui l’ombre d’elle-même et elle est sur le point de
disparaitre sous nos yeux.

Monsieur le Président de la République, savez-vous pourquoi ? J’imagine
aisément que non.
Je me permets donc, Monsieur le Président de la République, de vous
instruire sur ce problème.

Monsieur le Président de la République, selon le décret du 29 septembre
1928 portant réglementation du domaine public et des servitudes
d’utilité publique en Côte d’Ivoire modifié par le décret du 7 septembre
1935 et décret n°52-679 du 3 juin 1952, font partie du domaine public :
les lacs, étangs et lagunes dans les limites déterminées par le niveau
des plus hautes eaux avant le débordement avec une zone de 25 mètres de
large à partir de ces limites sur chaque rive extérieure et sur chacun
des bords des îles.

Monsieur le Président de la République, à la lecture de ce texte émanant
du pouvoir exécutif que vous incarnez présentement, la lagune Ebrié fait
partie donc du domaine public. Autrement dit, la lagune appartient à
l’Etat de Côte d’Ivoire.

Conscient de cette réalité, vous avez, Monsieur le Président de la
République, pris en juillet 2019 le décret n°2019-591 du 3 juillet 2019
relatif au remblayage, aux aménagements par endiguement, enrochement des
rivages de la mer et des voies d’eau intérieures en vue de préserver
cette lagune contre l’homme et ses pratiques néfastes. Et conformément
aux articles 2 et 3 dudit décret le remblayage des rivages de la mer et
des voies d’eau intérieures, notamment les lagunes, les fleuves, les
chéneaux, les étangs salés, les baies et les rivières communiquant avec
la mer est interdit. Les aménagements par endiguement, enrochement ou
par tous autres types de travaux susceptibles de modifier l’aspect
naturel des rivages de la mer et des voies d’eau intérieures, sont
également interdits.

Monsieur le Président de la République, malgré l’existence de ces textes
réglementaires, une mafia du foncier, en quête perpétuelle de parcelles
de terrain, sévissant à Abidjan, s’est accaparée impunément ce domaine
public : la lagunaire. Et celle-ci s’évertue, depuis des années, à faire
disparaitre progressivement ce généreux cadeau de la nature, en
effectuant des remblayages au mépris des textes en vigueur, avec pour
seule finalité : l’obtention de terrains destinés à la vente.
Monsieur le Président de la République, savez-vous qui sont les membres
de cette mafia ? Elle est composée d’une famille influente de Libanais
vivant en Côte d’Ivoire et qui a fait fortune dans ce pays ? Cette
famille n’est autre que les Ezzedine, propriétaires du Groupe Carré
d’Or. Cette famille bénéficie du soutien très actif de votre
collaborateur, Monsieur Félix Miézan Anoblé, ministre de la Promotion
des PME, de l’Artisanat et de la Transformation du secteur informel, par
ailleurs ex-collaborateur dudit groupe. Outre cette haute autorité,
s’ajoutent les dirigeants actuels du Port Autonome d’Abidjan (PAA), des
cadres des Impôts, précisément de la Conservation de la Propriété
Foncière et des Hypothèques et des chefs de communauté villageoise.
Monsieur le Président de la République, savez-vous que les dirigeants du
Port Autonome d’Abidjan, s’abritant derrière la fameuse formule « Dans
le cadre de l’extension de la zone portuaire » ont cédé, de leur propre
chef, au village d’Abia Gnambo dit Petit Bassam, une partie de la baie
de Biétry et de Vridi, sans aucun arrêté de déclassement de l’Autorité
administrative compétente en la matière ?


Savez-vous, Monsieur le Président de la République, qu’après ce « don »
du port, le chef de ladite communauté villageoise a sollicité la Société
Jade Invest (dont les financiers ne sont autres que les Ezzedine) pour
effectuer le remblai d’une zone de 32 hectares ? Savez-vous Monsieur le
Président que les terrains obtenus suite à ce remblai, ont fait l’objet
de cession à des prix vertigineux à des sociétés privées ? Et pourtant
le décret que vous avez pris en 2019 est assez clair à ce sujet. « Nulle
opération de remblayage ou d’aménagement des rivages de la mer et des
voies d’eau intérieures ne doit être réalisée à des fins économiques,
notamment pour les besoins de construction d’opérations immobilières »,
prévient l’article 8 de ce texte. A cet effet, Monsieur le Président de
la République, je mettrai à votre disposition la liste des acquéreurs
parmi lesquels figurent plusieurs entreprises du Groupe Carré d’Or.
Monsieur le Président de la République, savez-vous également que le bon
fonctionnement du barrage flottant de récupération des hydrocarbures de
la Société ivoirienne de raffinage (SIR) a été fortement mis à mal par
le remblai illégal des berges lagunaires de Vridi ? Et pourtant la SIR,
également une société d’Etat, a obtenu une autorisation d’occupation
temporaire spéciale du domaine public du canal d’eau de Vridi avant
d’installer son barrage.

Monsieur le Président de la République, Savez-vous que votre
collaborateur, Monsieur Bruno Nabagné Koné, Ministre de la Construction,
du Logement et de l’Urbanisme, dans un Tweet en date du 29 juin 2021,
avait écrit ceci: « Et, à toutes fins utiles, je rappelle qu’aucun titre
de propriété, ni aucun permis de construire ne sera délivré par le MCLU
sur les parcelles illégalement remblayées. Préservons et valorisons le
magnifique site naturel de la ville d’Abidjan… » ? Monsieur le Président
de la République, savez-vous que malgré son Tweet, Monsieur Bruno
Nabagné Koné a délivré plusieurs Arrêté de concession définitive (ACD)
et permis de construire sur ces parcelles illégalement remblayées ?
Monsieur le Président de la République, savez-vous encore que les mêmes
dirigeants du port d’Abidjan, toujours dissimulés derrière leur fameuse
formule et la famille Ezzedine ont entrepris d’importants travaux de
remblayage sur la baie lagunaire de Biétry qui ne fait pas partie de la
circonscription portuaire, en violation flagrante des procédures en
matière d’occupation du domaine public ?

Monsieur le Président de la République, savez-vous qu’en 1998, lorsqu’il
s’est agi d’étendre les limites territoriales du port, cela n’a été
possible qu’à la suite de la signature du décret n°98-151 du 25 mars
1998, étendant ainsi, la zone portuaire à Locodjro, l’île Boulay et au
cordon littoral ? Comment se fait-il donc que le domaine portuaire se
retrouve subitement au niveau de la baie lagunaire de Biétry sans aucun
décret ?

Monsieur le Président de la République, savez-vous que Messieurs Touré
Zoumana, Directeur du domaine et du patrimoine et Dah Sansan, magistrat
et Directeur des affaires juridiques du port, affectueusement appelé le
procureur du port, ignorent les procédures d’occupation du domaine public ?
Monsieur le Président de la République, savez-vous qu’ils font la
confusion entre une autorisation d’exploitation du domaine public
lagunaire délivrée par arrêté du ministre chargé des Affaires maritimes
et un arrêté portant approbation de l’étude d’impact environnemental et
social de remblaiement délivré par le Ministre de l’Environnement ?
Monsieur le Président de la République, savez-vous les arguments avancés
par le Directeur des affaires juridiques du port d’Abidjan pour
justifier cette occupation illégale du domaine public ? « Le ministère
de l’Environnement, c’est un démembrement de l’Etat et c’est la seule
entité à qui on devait écrire pour avoir l’autorisation. Ils nous ont
donné l’autorisation », s’est justifié ce dernier. Quelle confusion !
Monsieur le Président de la République, savez-vous la dernière
trouvaille desdits dirigeants ? Désormais, ils s’abritent derrière le
décret n° 2016-138 du 09 mars 2016 portant approbation du Schéma
directeur d’urbanisme du Grand Abidjan pour justifier l’occupation du
domaine public lagunaire. Et pourtant, ce décret ne confère pas un titre
de propriété mais il est plutôt un plan d’urbanisation de la capitale
économique.

Monsieur le Président de la République, savez-vous qu’une fois ce
remblai effectué, les dirigeants du port ont procédé au morcellement du
terrain obtenu en parcelles pour les céder ensuite, à prix d’or, à des
particuliers ou sociétés privées par le biais de conventions
d’occupation du domaine portuaire ?

Monsieur le Président de la République, savez-vous que dans l’exercice
de ma fonction de journaliste, j’ai été menacé et intimidé par le
colonel Diarrassouba, le premier responsable de la gendarmerie du port ?
Monsieur le Président de la République, savez-vous également le deal
conclu par les Ezzedine et le chef de la communauté villageoise d’Abia
Abety au détriment de la lagune ?

Monsieur le Président de la République, savez-vous qu’Abroh Alain Aaron,
Chef dudit village, prétextant de l’extension de son village pour
justifier le remblayage, avait secrètement signé, un Protocole d’accord
pour le remblaiement de 407 000 m² de berge lagunaire de Biétry avec
Jade Invest ?
Monsieur le Président de la République, savez-vous que le Chef du
village d’Abia Abety sans même attendre la fin des travaux avait déjà
signé le 5 février 2019, une attestation villageoise pour céder à la
société Global Manutention de Côte d’Ivoire (GMCI) appartenant au Groupe
Carré d’Or une parcelle de 10 ha 93 a 09 ca obtenue par remblai dans la
zone de ASNA ?

Monsieur le Président de la République, savez-vous que votre
ex-ministre, chargé des Affaires maritimes, Monsieur Philippe Legré
avait autorisé le 23 décembre 2020, sans aucune enquête publique de
commodo et incommodo, la société Jade Invest à effectuer des travaux de
remblayage sur le domaine public lagunaire dans la baie lagunaire de
Biétry sur 407 000 m² ?

Monsieur le Président de la République, savez-vous que c’est suite aux
plaintes des riverains de Biétry, menacés d’inondation suite aux travaux
réalisés par Jade Invest, que votre collaborateur, Monsieur Philippe
Legré a finalement annulé le 28 janvier 2021 son arrêté ?
Monsieur le Président de la République, savez-vous que la profondeur de
la lagune Ebrié est passée, d’après une étude réalisée, de 3 mètres de
profondeur à une trentaine de mètres aujourd’hui à cause du dragage
anarchique et incontrôlé de sable et des agressions multiples de l’homme ?
Le comble, Monsieur le Président de la République, savez-vous que la
Brigade spéciale de lutte contre le remblayage anarchique du domaine
public maritime et fluvio-lagunaire, créée le 21 juillet 2021 par votre
collaborateur Dr. Serey Doh Célestin, Secrétaire d’Etat auprès du
Ministre des Transports, chargé des Affaires Maritimes, ne dispose que
d’un véhicule de type 4X4 et deux motos pour accomplir sa mission ?
Monsieur le Président de la République, quels résultats cette brigade
spéciale peut-elle réaliser avec ces modestes moyens logistiques et sans
aucun engin nautique ?

Monsieur le Président de la République, voici ainsi relatée ma
préoccupation au sujet de la lagune Ebrié, sérieusement menacée de
disparition par cette mafia du foncier.

Monsieur le Président de la République, pour finir, savez-vous quel est
mon souhait le plus ardent ? Je souhaiterais que cette agression
injustifiée contre la lagune Ebrié, domaine public, que nous avons
trouvé et que nous sommes censés préserver et laisser aux générations
futures cesse.

Monsieur le Président de la République, sachant compter sur votre
détermination et implication personnelle pour la neutralisation de cette
mafia du foncier sans foi ni loi, je vous prie de bien vouloir recevoir
mes salutations les plus profondes.

Noël Konan
Journaliste d’investigation et membre de plusieurs réseaux
internationaux de journalistes d’investigation
noel.konan2006@gmail.com

NB : Monsieur le Président de la République, une enquête complète menée
durant plusieurs mois relative à cette mafia du foncier et tout son mode
opératoire sera publiée les jours à venir pour mieux vous éclairer.

Peut être une image de plein air

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire