Mali: L’UA apporte son soutien à la médiation algérienne avec «au moins 16 mois supplémentaires de transition»

Le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine a entériné le communiqué du Sommet de la #CEDEAO du 9 janvier 2022, notamment “la prise des sanctions”, et appelle “au retour rapide de l’ordre constitutionnel. L’UA n’a pas souhaité infliger de nouvelles sanctions au Mali, comme le souhaitaient des pays comme la Côte-d’Ivoire, le Sénégal et la France.

L’Union africaine a plutôt plaidé pour un retour «rapide» à l’ordre constitutionnel et démocratique « dirigé par des civils » et soutient pour cela la proposition de médiation formulée par Alger. Le délai proposé par le président Abdelmadjid Tebboune est en effet, d’au moins seize mois de transition supplémentaires au maximum avant l’organisation des élections présidentielle et législatives, est jugé « approprié et réalisable.»


Dans un tweet hier, Jean Claude Kassi Brou a partagé sa satisfaction de voir l’UA entériner les sanctions de la Cedeao contre le Mali. L’ancien ministre ivoirien Jean Claude Kassi Brou est le Président de la Commission de la Cedeao, du coup l’un des principaux instigateurs des sanctions historiques contre le Mali.

Sylvie Kouamé


Tweets -Jean-Claude Kassi Brou-Presi. Comm. ECOWAS/CEDEAO @presidentecowas Je salue les décisions du Conseil de Paix et de Sécurité de L’Union Africaine du 14 janv 2022 qui a entériné le communiqué du Sommet de la CEDEAO du 9 janv notamment la prise des sanctions et qui a appelé au retour rapide de l’ordre constitutionnel et démocratique au Mali.

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

2 commentaires sur “Mali: L’UA apporte son soutien à la médiation algérienne avec «au moins 16 mois supplémentaires de transition»

  1. Le TITRE DE L’ARTICLE EST DEFORMATEUR ET TENDANCIEUX car il s’agit d’un DELAI MAXIMUM et non minimum. Cf. le point 7 de la DECLARATION DE L’UA.:  » Se félicite de la proposition faite par la République algérienne démocratique et populaire d’accompagner la République du Mali et la CEDEAO sur la voie salutaire de la compréhension mutuelle, et lance un appel aux Autorités de la Transition au Mali et à la CEDEAO pour qu’elles s’engagent ensemble dans cette initiative afin de traiter les points de divergence en suspens en vue de faciliter le retour du Mali à l’ordre constitutionnel dans un délai approprié et réalisable, ne DEPASSANT PAS seize (16) mois « 

  2. L’Algerie dit 16 mois et que dit la Cedeao 4 mois 6 mois ? Le maximum deviendra minimum, on tirera vers les 4 ans au moins comme indiqués par les colonels. Chaque fois en 6, 18 ou 24 mois, rien ne se règle et quelques années plus tard on retombe dans les mêmes travers pour recommencer à zéro. Cette fois les lobbies affairistes, dits civils, corrompus et véreux qui pillent nos pays auront fort à faire face aux trois colonels qui tiennent ces trois pays. N’est-ce pas Rawlings qui a fait le Ghana d’aujourd’hui ? Obasandjo, Buhari ne sont-ils pas des militaires ?

Laisser un commentaire