Pit, Usd, Pcrci et Rpci condamnent les sanctions illégales, illégitimes et irrationnelles de la Cedeao contre les Maliens

Déclaration du Pit, de l’Usd, du Rcrci et du Rpci, suite aux sanctions prises à l’encontre du mali par la cedeao et l’uemoa

Le 9 janvier dernier, les chefs d’Etat de la CEDEAO, à l’exception de la Guinée, réunis en session extraordinaire à Accra, ont décidé d’une série de sanctions à l’encontre du Mali.

Dans le communiqué final, la CEDEAO décide notamment avec effet immédiat :

-De la fermeture des frontières terrestre et aériennes de tous les Etats membres de la
CEDEAO
– Du rappel de tous leurs ambassadeurs par les Etats membres de la CEDEAO,
– D’un embargo commercial et financier sur le Mali,
– Du gel des avoirs maliens déposés à la BCEAO,
– De la suspension du Mali des institutions de la CEDEAO et de l’UEMOA,
– De la Suspension de tous les concours et transactions financières de l’UEMOA avec le Mali,
– De la mise en alerte d’une force militaire.
C’est avec surprise et une grande consternation que nos 4 partis : LE PIT, L’USD, LE PCRCI et LE RPCI, ont appris les conclusions de ce sommet extraordinaire.
Cette décision pour le moins anachronique, mais surtout, très grave par ses conséquences politiques, économiques, sociales et géopolitiques, appelle de la part de nos quatre partis les commentaires suivants :
– La CEDEAO, par ces sanctions illégales et illégitimes démontre une fois de plus, le caractère non rationnel et équivoque dans le traitement du non-respect supposé des termes de son traité fondateur, en appliquant un arbitrage à géométrie variable. Elle a en outre, souvent gradé un silence coupable sur les transgressions des Constitutions et Traités internationaux commis par des dictateurs qui s’acharnaient contre leurs peuples. En revanche, elle sanctionne avec la plus grande fermeté certains dirigeants ou Etats, qui ne cherchaient qu’à restaurer la démocratie et des conditions de vie meilleures pour leurs populations, comme c’est le cas au Mali.

– La CEDEAO, aurait pu légitiment se contenter, en application de sa charte, de suspendre le Mali de l’Institution, pour avoir perpétré le renversement d’un régime démocratiquement élu. Contre toute attente et quoi qu’ayant pris acte de ce changement à la tête du Mali, l‘Institution sous régionale, par ces sanctions, outrepasse ses prérogatives en exerçant avec une violence inouïe et inacceptable, une police arbitraire.


– Les autorités de transition qui, nous le rappelons, sont parvenues à la tête de l’Etat par un coup d’Etat condamnable dans son principe, ont cependant reçu un soutien manifeste du Peuple Malien, qui par conséquent légitime leur pouvoir. Cela aurait pu conduire la CEDEAO, comme le stipule sa Charte, à soutenir le Mali auprès des autres nations et institutions internationales, dans sa guerre contre le terrorisme et la restauration de son économie, mise à mal par la mal gouvernance antérieure.

– Enfin, alors que les dirigeants maliens proclament sans faiblir, leur volonté de discuter, nos partis s’indignent de la détermination de l’Institution sous régionale, soutenue ouvertement par des puissances non africaines, notamment la France et l’Union Européenne, à imposer au Mali un chronogramme de transition inapplicable, par ce que sans fondements lisible.
C’est pourquoi, le PIT, l’USD, le PCRCI et le RPCI :
– Dénoncent le comportement de la CEDEAO et des chefs d’Etat qui ont cautionné cette décision.
– Exprime toute leur indignation devant le silence intrigant de l’Union Africaine et des autres des chefs d’Etat africains sur la question Malienne et condamne le récent alignement de l’UA sur les positions de la CEDEAO.
– Félicite le Peuple et les dirigeants Guinéens pour le courage et le sens élevé de la responsabilité qu’ils démontrent, en refusant d’appliquer les sanctions décidées,
– Rend un Hommage vibrant aux autorités maliennes de transition et au vaillant Peuple malien, pour leur courage et leur attachement à la liberté, à la dignité et à la souveraineté du Mali,
– Appellent tous les démocrates et patriotes d’Afrique et de sa diaspora, ainsi que tous les peuples et organisations amis de l’Afrique, à manifester leur solidarité au Peuple et aux Dirigeants maliens.
– Enfin, nos quatre partis par cette déclaration, réaffirment leur solidarité avec tous les Peuples africains en lutte pour leur liberté, pour la démocratie et un mieux-être économique. Ils déclarent, qu’ils s’associeront à toutes les initiatives qui seront prises les semaines à venir, pour assurer au peuple frère du Mali, son soutien inconditionnel, dans cette épreuve nouvelle et cruciale qui interpelle toute l’Afrique.

Fait à Abidjan le 15 01 2022

LE PIT L’USD LE PCRCI LE RPCI

AHIZI AKA DANIEL HENRI NIAVA EKISSI ACHI JEROME COULIBALY

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire