Mo Salah face à la puissance des Éléphants de Côte-d’Ivoire, favoris contre l’Égypte

Alors que l’Égypte qui n’a pas montré grand chose au 1er tour, affronte la Côte d’Ivoire, vainqueur 3-1 de l’Algérie, ce jeudi en huitièmes de finale de la CAN, Mohamed Salah, l’attaquant des Pharaons, rêve lui d’offrir ce trophée à son pays cette année. Mais avant d’y parvenir Mo devra passer la montagne des Éléphants favoris de cette confrontation électrique des 8e de finales de cette CAN.

Mohamed Salah, attaquant de Liverpool, avant le huitième de finale de la CAN face à la Côte d’Ivoire ce mercredi (17 heures) : « Bien sûr que je veux gagner quelque chose avec l’équipe nationale. C’est mon pays, c’est ce que j’aime le plus. Ce trophée serait pour moi complètement différent, celui qui me tiendrait le plus à coeur. Nous avons déjà été proches de remporter cette Coupe d’Afrique, nous avions tout donné (défaite 2-1 en finale en 2017 face au Cameroun). Nous n’avons pas eu la chance de la gagner, mais ce n’est pas grave, maintenant nous sommes ici dans cette nouvelle édition, et nous devons nous battre pour la remporter. Nous devons tout donner pour la gagner et je suis sûr que les joueurs ont le même sentiment. Nous sommes ici pour gagner la compétition, c’est une certitude. »

Si Mohamed Salah n’a jamais remporté la CAN, l’Égypte a été sacrée championne d’Afrique à sept reprises (1957, 1959, 1986, 1998, 2006, 2008 et 2010), un record dans la compétition.

Avec lEquipe.fr

Patrice Beaumelle (sélectionneur de la Côte d’Ivoire) : « Ce statut d’outsider nous va très bien »

Patrice Beaumelle, le sélectionneur des Éléphants, laisse volontiers l’étiquette de favoris aux Égyptiens avant le 8e de finale de la CAN mercredi et loue l’état d’esprit de ses joueurs.


Patrice Beaumelle, sélectionneur de la Côte d’Ivoire, avant le 8e de finale de la CAN mercredi (17 heures) face à l’Égypte : « Ce statut d’outsider me va très bien, nous va très bien. C’est vous, journalistes, qui mettez des places à chaque équipe selon les performances. Nous, on continue notre chemin, on sait où on veut aller. L’objectif, c’était, 1 : de se qualifier pour la (cette) CAN il y a deux ans. C’est fait. Et 2 : d’aller le plus loin possible dans cette Coupe d’Afrique.

Je ne me vois pas outsider ou vainqueur potentiel. J’ai un groupe qui vit bien. Je crois que Seb (Sébastien Haller) a dit des choses très importantes. Depuis deux ans, et c’est valable pour toutes les équipes mais je ne regarde que la mienne, on se voyait très peu, on passait, malgré les dates FIFA, seulement deux ou trois jours à travailler. Parce que le reste du temps, nous étions dans les voyages, dans les situations sanitaires où il fallait faire les tests, etc. Il y avait des joueurs qui ne pouvaient pas voyager pour X ou Y raison.

Aujourd’hui nous sommes ensemble et j’attendais ce moment depuis longtemps parce que le fait de passer du temps ensemble, sur le terrain comme en dehors… Je vous l’ai déjà dit, cette équipe a une âme, a un potentiel énorme. Et le fait de passer du temps ensemble nous permet à chaque fois, à chaque sortie, de progresser. Je ne sais pas jusqu’où on peut aller, mais en tout cas je prends du plaisir tous les jours à travailler avec ces garçons, et le statut d’outsider me va très bien, que l’on nous laisse tranquille le plus longtemps possible. »

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire