Lutte contre le travail des enfants: Cargill Afrique de l’ouest et la coopérative SOCAAN offre une école à la population de Yakassé-Mé

Une école flambante a été offerte, le jeudi 27 janvier 2022, à la communauté productrice de cacao de Yakassé Mé. Don de Cargill Afrique de l’Ouest en partenariat avec la coopérative SOCAAN, cette école vient renforcer le système éducatif de la Côte d’Ivoire pour renforcer les communautés productrices de cacao, en investissant dans l’éducation et la prévention de l’exploitation et le travail des enfants. Dans ce cadre, cette cérémonie est le top départ de l’inauguration au total de sept (07) écoles communautaires en Côte d’Ivoire offertes par Cargill Afrique de l’Ouest qui devraient permettre à 2.000 enfants d’accès à l’éducation. Notons que des dons de matériels agricoles ont également été offerts aux femmes productrices de cacao en vue de renforcer leur capacité de production.
Pour marquer l’évènement, la cérémonie d’inauguration de cette école a été placée sous le haut patronage de la Première Dame, Dominique Ouattara, Présidente du Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS). Absente pour des contraintes d’agenda, l’épouse du Chef de l’Etat a été représentée à cette cérémonie par Madame Yao Patricia Sylvie, Secrétaire Exécutive du CNS. La cérémonie a également enregistré la participation des représentants des Ministères de l’Education National et de l’Alphabétisation, du Ministre d’Etat, Ministère de l’Agriculture et du Développement Durable, ainsi que des structures des systèmes des Nations Unies et les acteurs impliqués dans la lutte contre le Travail des Enfants.

Au nom de Madame Dominique Ouattara, Madame Yao Patricia Sylvie, a remercié Cargill Afrique de l’Ouest pour cet investissement qui va permettre de freiner le phénomène de l’utilisation de la main d’œuvre infantile dans les plantations de cacao. La Secrétaire Exécutive du CNS a également présenté les actions menées par la First Lady dans le cadre de la lutte contre le Travail des Enfants et l’autonomisation des femmes à travers le Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI). Mais bien avant, la représentante de l’épouse du Chef de l’Etat a expliqué que le travail des enfants est une menace pour les droits des enfants et la durabilité du cacao ivoirien.

blank

En outre, elle a rappelé l’importance de la lutte contre le travail des enfants qui a été érigé en priorité national par le Chef de l’Etat à travers la création du CNS et du Comité Interministériel de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CIM). Et compte tenu de l’engagement depuis plusieurs décennies de la Première Dame pour le bien-être des enfants, le Président de la République a décidé de lui confier le lead de la lutte contre le Travail des Enfants à travers le CNS. Poursuivant Madame Yao Patricia Sylvie a souligné que la Première Dame a pour ce faire, enfourché son bâton de pèlerin pour parcourir le monde afin d’expliquer la réalité de l’engagement de l’Etat de la Côte d’Ivoire pour éradiquer le phénomène. Malgré les avancées notables dans ce domaine, Madame Yao Patricia Sylvie a souligné que beaucoup reste encore à faire. « Les données sur le travail des enfants restent encore préoccupante », a déclaré Madame Yao Patricia Sylvie. Selon la représentante de la Première Dame, 1.400.000 enfants sont encore astreints au travail à travers le monde. Et dans le domaine du cacao, ce sont 790.000 enfants qui sont utilisés comme main d’œuvre dans les plantations de cacao. 200.000 enfants n’ont pas encore accès à l’école. Ces situations, selon Madame Yao Patricia Sylvie risque d’impacter négativement la vente du cacao qui est désormais soumise à des exigences de durabilité, de préservation du couvert forestier et d’ordre économique. Aussi, face à ce tableau quelque peu sombre, Madame Yao Patricia Sylvie a appelé à la mutualisation des efforts des différents acteurs impliqués dans la lutte.

Dr N’Guettia René, Directeur de Cabinet Adjoint du Ministère d’Etat, Ministère de l’Agriculture et du Développement Durable, a remercié la Première Dame et Cargill pour leurs engagements mutuels pour le bien-être des enfants.
M. Mamadou Binaté, Directeur de Cabinet du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, a salué l’initiative de Cargill Afrique de l’Ouest. Profitant du cadre de cette cérémonie, il a rappelé les réalisations du Gouvernement pour améliorer l’accès à l’éducation des enfants. En effet, selon ce dernier, plus de 93 % des élèves parcourent moins de 30 km par jour pour se rendre à l’école. Il a terminé en remerciant la Première Dame pour son engagement dans la lutte contre le Travail des Enfants.

M. Lionel Soulard, DG de Cargill Afrique de l’Ouest a présenté les actions de son entreprise pour l’amélioration de la condition de vie des communautés productrices de cacao. « Depuis plus de 10 ans, nous œuvrons à l’amélioration de la condition de vie des paysans et à l’automatisation des femmes », a soutenu M. Lionel Soulard, DG de Cargill Afrique de l’Ouest. Aussi pour réaliser ce plan d’action, Cargill s’appuie sur les coopératives qui sont des relais pour sa politique de développement locale. A cet effet, M. Lionel Soulard a soutenu que leur programme a pris de travailler en partenariat avec 130 coopératives. Ce partenariat leur a permis de construire depuis 2014, 40 écoles et 60 puits pour le bien-être des communautés paysannes. M. Lionel Soulard a profité du cadre de cette cérémonie pour réaffirmer la volonté ferme de sa structure à œuvrer pour l’éradication du travail des enfants.

Au nom des populations de Yakassé Mé, l’Honorable Aké Yapo Germain, Député de Becedji-Brignan, Yakassé Mé et Agou, a remercié la Première Dame pour ses actions en faveur de l’épanouissement des enfants. Pour ce dernier, la présence de la représentante de la Première Dame témoigne de l’amour infini pour ces derniers qu’il l’emmène à porter le leadership dans la lutte contre le Travail des Enfants.

M. Ibrahim Ouédraogo, Président du Conseil d’Administration (PCA) de la coopérative SOCAAN, a soutenu que la sous-préfecture de Yakassé Mé à une population de près de 20 mille habitants. Aussi face à cette situation, le nombre d’écoles ne suffisent pas à scolariser les enfants en âge d’aller à l’école. Pire, elles sont confrontées à une surpopulation. Face donc à cette situation, la coopérative SOCAAN a lancé un cri de cœur à Cargill qui a accepté de financer la construction de cette école à hauteur de 50 %.

Notons que l’école primaire SOCAAN de Yakassé-Mé permettra au total à 300 enfants d’être scolarisés. Elle est composée de 06 salles de classe, d’un bureau pour le Directeur et d’une latrine.

Notons également que les populations de Yakassé-Mé ont offert des dons à leurs généreux donateurs.

DMS

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires