Pdci-Rda: Le sens des réformes de Bédié

Le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire est dans une dynamique irréversible de reconquête du pouvoir d’État. En 1999, alors que le plus grand parti politique de la Côte d’Ivoire déroulait, avec sérieux, son programme de gouvernance et en déclinait d’autres pour le futur, un coup d’État injustifié a, brutalement, mis fin à l’action du Pdci, bâtisseur de la Côte d’Ivoire moderne. Depuis lors, quoique disposant de la majorité sociologique et disposant de tout le potentiel pour revenir aux affaires, le Pdci est encore dans l’opposition. Pour remonter vite la pente et parvenir au pouvoir d’État, le parti qui voit loin et vise haut, est dans une dynamique de réformes. Impulsées par Henri Konan Bédié, ces réformes ont pour but premier de rafler toutes les élections à venir dont le point d’orgue est la présidentielle 2025. Ces nécessaires réformes opérées par Henri Konan Bédié convergent toutes pour le dynamisme et le renouveau du parti. A cet effet, des nominations sont faites par le président du parti. Certains cadres et responsables du parti qui n’ont d’yeux que pour les postes se fendent de toutes sortes de déclaration aux antipodes de la réalité. Henri Konan Bédié, héritier politique de Félix Houphouët-Boigny ne saurait saborder la marche du Pdci. Depuis plus de 40 ans, il a, quasiment, sacrifié sa personne et sa vie pour que le parti demeure vigoureux. Les postures égocentriques n’ont plus raison d’être au sein du vieux parti. Il faut, dans une unité d’actions, mettre le cap sur demain tout en tirant les leçons du passé. A cet effet, les séminaires éclatés et le colloque organisés sont des moments cathartiques qui devraient profiter au plus grand parti de Côte d’Ivoire. Tout a été passé au peigne fin. Les alliances nouées jusque-là, le fonctionnement quotidien, les moyens pour parvenir à ses fins et la réorganisation interne.

Les réformes en cours, tiennent compte de la nécessité de se réinventer. Le paysage politique change. Tous les partis politiques font leur mue et se transforment davantage. Le Pdci ne doit pas rester en marge. D’ailleurs, l’on constate que la plupart des réformes sont en adéquation parfaite avec la gestion moderne de la Côte d’Ivoire. Il appartient aux cadres de saisir l’opportunité des réformes en cours et à venir pour agir, dans la cohésion et l’unité d’actions. Si chacun y met du sien et joue sa partition, ces réformes mettent le Pdci dans une posture huilée, prête à diriger la Côte d’Ivoire. L’avenir du parti continue de se peaufiner sous la houlette du Président Aimé Henri Konan Bédie, un visionnaire hors pair.

K. A., cadre Pdci-Rda de la diaspora

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires