Pourquoi la Russie n’a-t-elle pas encore mobilisé son énorme puissance aérienne contre l’Ukraine ?

Les six premiers jours d’invasion ont trahi certaines attentes selon lesquelles la Russie tenterait de détruire immédiatement l’armée de l’air ukrainienne.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les services de renseignement américains avaient prédit un assaut fulgurant de Moscou qui mobiliserait rapidement la vaste puissance aérienne russe que son armée avait rassemblée pour dominer le ciel ukrainien.

Mais les six premiers jours ont déjoué ces attentes et ont plutôt vu Moscou agir beaucoup plus délicatement avec sa puissance aérienne, à tel point que les responsables américains ne peuvent pas expliquer exactement ce qui motive le comportement apparent d’aversion au risque de la Russie.

« Ils ne sont pas nécessairement disposés à prendre des risques élevés avec leurs propres avions et leurs propres pilotes », a déclaré un haut responsable de la défense américaine à l’agence de presse Reuters, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Largement dépassée par l’armée russe, en termes de nombre brut et de puissance de feu, la propre force aérienne ukrainienne vole toujours et ses défenses aériennes sont toujours considérées comme viables – un fait qui déroute les experts militaires.

Selon d’autres observateurs, les Russes ne veulent pas tirer à l’aveugle sur les civils Ukrainiens qui, somme toute, leur sont proches de par l’histoire, la culture, la géographie et la langue.

(Avec Aljazeera)

NO COMMENT
La Russie dévoile son avion de combat du futur
Mise à jour: 20/07/2021
Les constructeurs aéronautiques russes ont dévoilé mardi le prototype d’un nouvel avion de combat doté de capacités furtives et d’autres caractéristiques avancées.

Le président russe Vladimir Poutine a inspecté le futur avion de combat exposé en grande pompe au Salon international de l’aviation et de l’espace MAKS-2021, dans la banlieue de Moscou.

Le prototype devrait effectuer son premier vol en 2023 et les livraisons pourraient commencer en 2026.

Le nouveau modèle pourrait être converti en une version sans pilote et en un modèle biplace. Il peut voler à une vitesse comprise entre 1,8 et deux fois la vitesse du son et a une portée de 3 000 kilomètres, selon les fabricants de l’avion.

Le futur avion de combat russe semble destiné à concurrencer le chasseur américain F-35 Lightning II, qui est entré en service en 2015.

Le Kremlin a fait de la modernisation des arsenaux du pays une priorité essentielle dans le contexte des tensions avec l’occident qui ont suivi l’annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014.

Euronews

blank

Premier vol réussi pour le nouveau très puissant drone de combat russe

Le Su-70 a effectué son premier vol d’essai autour de la base de Novossibirsk. Pesant près de 20 tonnes, l’appareil pourra voler à 1.000 km/h et aura une portée de 6.000 kilomètres.

Par Thomas Romanacce
Publié le 09/08/2019 à 16h00 & mis à jour le 10/08/2019 à 0h01
La Russie a fait voler son premier drone furtif de la taille d’un avion. Le Su-70 “Okhotnik-B” (Chasseur-B) fait 14 mètres de long pour 20 mètres d’envergure et pèserait près de 20 tonnes. Un poids vingt fois supérieur au drone d’attaque américain Predator qui a accompli de nombreuses missions en Irak, Afghanistan ou encore en Libye. Début août, le Su-70 a effectué son premier vol réussi autour de la base aérienne de Novossibirsk en atteignant les 200 km/h à une altitude de 600 mètres.

Le ministère de la Défense russe affirme que ce nouveau poids lourd dans le monde des drones ne sera pas cloué au sol même lorsque les conditions climatiques seront très difficiles. Le Su-70 devrait pouvoir voler même lorsque les températures chutent en dessous de -20° celsius. L’apparence de l’appareil rappelle le design des avions américains F-117 Nighthawk et B-2 Spirit renommés pour leur furtivité. L’Okhotnik-B aurait lui aussi un rêvétement spécial qui lui permet de réduire sa signature sur les radars ennemis.

Le Su-70 possède deux soutes internes et peut emporter 2,8 tonnes d’armement. Toujours selon l’armée russe, le drone serait capable de voler à 1.000 km/h et avoir une portée de 6.000 kilomètres. L’espionnage, la surveillance et l’exploration de terrains ennemis seront les principales missions de ce nouvel appareil. Pour ce faire, le drone est équipé de capteurs infrarouges et de systèmes d’optique électroniques. Certains experts estiment cependant que les tuyères (conduits à l’arrière des réacteurs) du drone sont trop exposées. Ce qui rendrait le Su-70 plus facile à détecter à cause de l’émission de chaleur plus grande qu’il dégage. En réponse à ces critiques, le ministère de la Défense a déclaré que le design du Su-70 n’était pas encore définitif.

capital.fr

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction