Combien coûte un Noir aujourd’hui ?

Combien coûte un Noir aujourd’hui ?

Par M. Frindethie

A l’heure où la Russie et l’Ukraine entrent en guerre, et où l’Occident s’émeut que « la guerre arrive en Europe », comme si la guerre n’était réservée qu’aux non-Occidentaux, nous qui pensons et vivons gangasrotogati ne pouvons-nous empêcher de nous poser cette question cruciale : Combien coûte un Noir en ce troisième millénaire ?

A l’heure où des voix qui se sont tues pendant que l’Europe servait à l’Afrique du fer et du sang, s’émeuvent aujourd’hui que « des hommes et des femmes aux yeux bleus et aux cheveux blonds se font tuer en Ukraine », combien coûte le Noir ?

Le Noir ne peut avoir de prix, me diriez-vous ?

Ce n’est pas ce que pense l’Union Européenne. Le 22 décembre 2010, à Bruxelles, L’Union Européenne a fixé le coût de l’homme noir et de la femme noire. Le Noir ne vaut pas plus de 0,25 €. Eh oui ! Les choses n’ont pas beaucoup changé depuis le temps de l’esclavage où les négriers de la coalition européenne arrivaient en Afrique, rassemblaient des enfants, des femmes et des hommes noirs comme des troupeaux et les emportaient vers des terres lointaines les échanger contre de la molasse, du coton et du tabac.

Aujourd’hui, les Ukrainiens résistent contre l’invasion étrangère et sont applaudis comme des héros jusque dans les chancelleries africaines.

Hier, la Côte d’Ivoire résistait farouchement contre une exploitation européenne orchestrée par une Union Européenne dans les apparats des Nations Unies. Et les négriers écrasaient dans le sang cette impudence qui leur refusait tout accès privilégié aux ressources agricoles et géologiques de l’Afrique. Et de l’Hôtel Ivoire au Pont Houphouët, ses enfants étaient fauchés dans l’indifférence totale de l’Union Européenne.

Indifférence totale ? Peut-être pas !

Car l’Union Européenne, solidaire dans cette destruction d’un pays « nègre », votait un budget de 5 millions d’euros pour aider les pays frontaliers de la Côte d’Ivoire à juguler le flot inévitable de réfugiés qui suivra sa frappe militaire de la Côte d’Ivoire. 5 millions d’euros, cela fait 0,25 € pour chaque tête des 20 millions d’habitants qui peuplent la Côte d’Ivoire. 0,25 € que les chefs d’états de certains pays africains préféraient recevoir plutôt que d’œuvrer à rechercher la paix en Côte d’Ivoire. Et pendant que l’Afrique se faisait trucider par leur indolence et leur complicité, ces chefs d’état organisaient des festivals de renaissance africaine dans leurs capitales (FESPACO au Burkina, Festival des arts nègres au Sénégal).

Une farce à l’image de la comédie qui s’est jouée à l’ère de l’esclavage et que certains historiens africains préfèrent taire : Les fils et les filles de l’Afrique ont bien été vendus aux négriers avec la complicité de certains chefs locaux cupides. Le nouvel esclavage de l’Afrique habillé sous le terme séduisant de ‘mondialisation’ se fait aussi avec la complicité de nos chefs d’état africains.

Le président Laurent Gbagbo aimait à raconter une belle allégorie à ce propos : C’est l’histoire de deux frères, qui comme cela arrive souvent à des frères, se querellent. Ce jour-là, l’un d’eux en a assez et fait appel à Dieu pour qu’il arrache les deux yeux à son frère. Et le pétitionné de lui répondre :

‘J’arracherai les deux yeux à ton frère si tu acceptes que je t’arrache un œil’
‘Qu’il en soit ainsi’, répond le frère.
Alors, Dieu enleva un œil au plaintif et les deux yeux à son frère.
C’est ainsi que le Noir lui-même se vendit à 0,25 euros.

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires