Washington/La guerre en Ukraine fait sauter les bouchons de champagne chez les lobbyistes/faucons de l’industrie des armes

(Xinhua) — Le conflit militaire entre la Russie et l’Ukraine « fait tranquillement sauter les bouchons de champagne au Pentagone, parmi les lobbyistes de Washington, dans l’industrie de la défense et dans les couloirs du Congrès », a écrit mercredi sur son blog Franklin Spinney, un ancien analyste militaire du Pentagone.

« Les contribuables vont payer pour leur fête pendant longtemps », poursuit-il dans ce texte titré « Comment le narcotique des dépenses de défense sape une grande stratégie raisonnable ».

« Ce n’est pas un hasard si les Etats-Unis sont à l’aube de la Seconde Guerre froide », ajoute M. Spinney.

Le magazine Time avait qualifié cet analyste de « franc-tireur du Pentagone » en lui accordant sa une en 1983. Il travaillait à l’époque au Bureau d’analyse et d’évaluation des programmes du Pentagone. A ce titre, il avait dénoncé des dépenses militaires exagérées et témoigné lors de nombreuses auditions au Congrès.

« Les historiens de demain pourraient bien considérer les 30 dernières années comme une étude de cas sur la survie institutionnelle du Complexe militaro-industrialo-parlementaire américain, ainsi que sur le blob qui le soutient et sature désormais les médias, les groupes de réflexion, les universités et la communauté du renseignement », écrit Frank Spinney.

« Peut-être ces futurs historiens en viendront également à considérer la guerre mondiale contre le terrorisme comme l’opération de transition qui a facilité le passage à la Seconde Guerre froide en maintenant les budgets de défense aux niveaux de la première après que celle-ci ait pris fin », suggère-t-il.

« Personne ne souhaite la guerre, mais les tensions croissantes et la politique de la peur (…) ainsi que leur compagnon de lit : la diabolisation (…), ont dû être amplifiées pour justifier l’énorme vague de dépenses de défense se profilant à l’horizon », ajoute l’ancien fonctionnaire.

M. Spinney souligne : « Alors qu’on a peu à peu réalisé que la Première Guerre froide était bel et bien terminée lorsque la menace soviétique s’est évaporée en 1991, les titans de l’industrie de la défense ont compris que leur marché confortable pour les nouvelles armes de haute technologie et à coût élevé pourrait se tarir ».

« Ils se sont donc lancés dans une orgie de consolidations subventionnée par le Pentagone pour s’accaparer les accès à ce qui menaçait d’être un marché stagnant », a-t-il dénoncé.

Franklin Spinney note qu’une opération de lobbying menée par un « Comité des Etats-Unis pour l’expansion de l’OTAN » a vu le jour en 1996, présidé par Bruce Jackson, alors vice-président du fabricant d’armes américain Lockheed Martin.

Selon lui, ces forces ont façonné « les espoirs et les rêves qui sous-tendent la puissante impulsion américaine en faveur de l’expansion de l’OTAN – en dépit des promesses contraires faites par les dirigeants des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni ».

L’ex-analyste fait également valoir que « la stratégie du Pentagone consistant à maximiser son budget a créé une dépendance croissante aux dépenses de défense dans l’économie politique américaine ».

Il cite à ce titre George Kennan, l’homme à l’origine de la politique américaine d' »endiguement » sous la Guerre froide : « Si l’Union soviétique sombrait demain sous les eaux de l’océan, le complexe militaro-industriel américain devrait demeurer, substantiellement inchangé, jusqu’à ce qu’un autre adversaire puisse être inventé. Toute autre solution serait un choc inacceptable pour l’économie américaine ».

Lawrence Wilkerson, chef de cabinet de l’ancien secrétaire d’Etat américain Collin Powell, a confié à Xinhua par courriel que M. Spinney avait livré une description concise de ce qui motive la politique budgétaire de la défense américaine et de son lien avec la récente opération militaire de la Russie.

« Ayant observé de près et personnellement la formation des dépenses de défense pendant quatre décennies, je ne peux que dire que les arguments de Chuck (Franklin Spinney, NDLR) décrivent la réalité aussi bien que je l’ai vue pendant longtemps, mais en quelques mots seulement », a-t-il confirmé.

« Cinq présidents et leurs apparatchiks de la sécurité nationale ont joué un rôle clé en poussant à l’expansion de l’OTAN », ce qui a conduit au déclenchement tragique du conflit armé actuel, a ajouté M. Wilkerson.

Selon lui, face au conflit entre la Russie et l’Ukraine, les voix des médias occidentaux présentent « une uniformité de folie – mais une folie qui rapporte beaucoup d’argent à certaines personnes ». Fin

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires