Didiévi: Quand cinq délégations du PDCI-RDA s’unissent contre Ahoussou Jeannot et Kouassi Brice

Didiévi: Quand cinq délégations du PDCI-RDA s’unissent contre Ahoussou Jeannot et Kouassi Brice

Cette analyse vise à livrer les clés d’une meilleure compréhension et à attirer l’attention des responsables du RHDP sur ce qui se déroule actuellement à Didiévi. Le RHDP doit faire attention.

Le Département de Didiévi compte 5 Sous-préfectures : Didiévi, Molonoublé, Boli, Raviart et Tié-N’diékro. Il est composé de 143 villages et peuplé par les N’zikpli (110 villages) et les N’gban (33 villages). Ahoussou est N’gban et Kouassi Brice N’zikpli. La localité subit l’exode de ses populations vers les zones forestières, à cause d’un climat peu propice à l’agriculture de rente. Bastion historique du PDCI, Didiévi fait face depuis 2018 à la montée du RHDP.

En 2018, le candidat du RHDP, Kouassi Brice, avec le soutien des jeunes et des femmes, surprend tout le monde lors des élections municipales en obtenant 80% des voix contre 19% pour le candidat du PDCI. Cependant, la commune ne compte que 21 villages. En 2021, le candidat du RHDP a fait face à un climat marqué par un repli tribal contre Alassane Ouattara, pour le seul siège de la circonscription électorale. Il a obtenu 30% des voix contre 60% pour le candidat du PDCI. Cette élection était arrivée trop tôt pour une personne entrée en politique à Didiévi en 2018.

Qu’est-ce qui explique cette implantation progressive du RHDP à Didiévi ? Ahoussou Jeannot, Kouassi Brice et surtout les réalisations d’Alassane Ouattara. En effet, en décidant de rejoindre le RHDP, Ahoussou Jeannot, leader du PDCI à Didiévi et du grand centre, a favorisé l’arrivée des cadres du PDCI au RHDP. Quant à Kouassi Brice, il est à la base de l’adhésion massive des jeunes et des femmes au RHDP. Le bilan du Président Alassane Ouattara constitue l’atout majeur du RHDP dans le département. Les populations ont découvert que le développement était aussi possible à Didiévi, ce que le PDCI avait négligé pendant quarante ans. Bitume, électricité, châteaux d’eau, écoles, autonomisation des femmes, insertion des jeunes… Didiévi se transforme et cela continue de séduire.

Devant le départ d’Ahoussou Jeannot au RHDP, le Président Henri Konan Bédié accuse le coup et décide de restructurer le PDCI à Didiévi. Ce départ a été un coup dur pour lui. Il va donc fragmenter la délégation de Didiévi en 5 délégations et nommer 2 vice-présidents pour le seul département : Koffi Koffi Séraphin de Molonoublé et le ‘’revenant’’ N’guessan Kouassi Edouard de Didiévi, aujourd’hui député. Les deux ont une dent contre Ahoussou : le premier, suppléant d’Ahoussou en 2016, l’accuse d’être à la base de ses déboires professionnels. Le second, candidat malheureux face à Ahoussou en 2001, le tient pour responsable de son débarquement du poste de DGA du Conseil Café-cacao en 2018. Didiévi est un symbole fort du PDCI. Perdre cette localité ouvrirait la voie à l’écroulement du vieux parti dans le V baoulé, après la douloureuse perte de Bouaké et Yamoussoukro lors des dernières législatives. C’est donc 2023 et surtout 2025 que le PDCI prépare actuellement. La qualité des cadres présents à Didiévi samedi dernier l’atteste : Allah Kouadio Rémi (Coordonnateur général du Comité politique), les députés Yasmina Ouegnin et Doho Simon, Yobouet Pascal (Président du Conseil régional du Bélier)… J’étais présent pour écouter. Au-delà de cette mobilisation, j’ai plutôt remarqué de la fébrilité chez les responsables du PDCI. Ils savent tous que le RHDP a bien travaillé à Didiévi. Face à Ahoussou aux élections sénatoriales et face à Kouassi Brice aux élections municipales, la nervosité du PDCI était visible à travers les attaques dans les allocutions. Les batailles à venir s’annoncent rudes à Didiévi ; et je reste convaincu que Bédié lui-même sera à Didiévi en 2025 pour faire campagne. C’est chaud.
Signe de cette fébrilité, tout le PDCI à Didiévi a explosé de joie lorsqu’on n’a pas entendu les noms d’Ahoussou Jeannot et de Kouassi Brice parmi les membres du Directoire du RHDP. « Ils ont été chassés du Directoire du RDR-RHDP. Ils font du bruit sur le PDCI à Didiévi alors qu’ils ne sont rien au RHDP ». Cette joie débordante cache à peine de la peur.

Heureusement, le RHDP commence à retrouver son unité et devient plus fort. Ahoussou et Kouassi Brice ont fait la paix, avec l’aide des chefs et de certains cadres. Cette paix des braves doit être définitive pour la bonne marche du parti à Didiévi.

Kouassi Brice doit tourner la page des élections législatives de 2021 et regarder l’avenir. Il doit comprendre qu’il ne pouvait avoir le soutien d’Ahoussou Jeannot et de ses hommes lors de ces élections. Tout le monde le savait ici à Didiévi, sauf lui. Il l’a su pendant la campagne. Et c’est bien humain, l’attitude d’Ahoussou. La victoire de Kouassi Brice aux élections législatives aurait sonné sa mort politique. Nous avons tous vu le sabotage de ses hommes qui étaient pourtant au cœur de la campagne. Cela appartient désormais au passé et seul l’avenir du RHDP doit constituer la préoccupation de tous. Autant Ahoussou Jeannot a besoin des jeunes, des femmes et surtout du conseil municipal de Kouassi Brice pour gagner les sénatoriales de 2023, autant Kouassi Brice a besoin des cadres proches d’Ahoussou. Il doit donc revenir aux dispositifs qui ont fait sa réussite en 2018, avec une grosse expérience désormais.

Ahoussou sait qu’une défaite du RHDP compromettrait son héritage politique à Didiévi. Kouassi Brice sait également qu’il lui sera difficile de s’épanouir sans Ahoussou. La paix des braves est donc salutaire pour tous les deux. Leur désunion ferait perdre le RHDP, alors que leur union retrouvée assurera sans aucun doute le bonheur et le rayonnement du RHDP à Didiévi. D’où le sens de leur amour retrouvé. Ils savent que leur bonheur individuel et collectif passe par leur union autour de leurs intérêts communs : Alassane Ouattara et le RHDP. C’est la condition pour le rayonnement et l’implantation durable du RHDP à Didiévi. Leur récente sortie à Boli autour du Ministre Touré Mamadou en dit long. Ils savent tous les deux que le Président Alassane Ouattara veut les voir ensemble. Ils ont compris le message.

Tous les ingrédients réunis, la bataille de Didiévi pour le contrôle du V baoulé peut débuter.

N’Guessan Kouakou Bernard, Cadre RHDP originaire de Molonoublé/Didiévi

Ex-militant du PDCI-RDA

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires