Pourquoi être candidat à la présidentielle en Côte-d’Ivoire ? 

À monsieur le président de la République de Côte-d’Ivoire et à ses conseillers politiques. Monsieur le président, à plusieurs reprises vous avez répété que vous voulez vous retirer de la scène politique pour votre retraite. Vous dites que vous aimeriez passer le flambeau à une autre génération plus jeune. Cependant vous posez une condition à cela. Vous dites que tant que Bédié et Gbagbo seront candidats vous le serez aussi. Mais chacun d’entre vous a ses ambitions personnelles et être candidat ou non est une décision personnelle avant tout.

Je dois avouer que je suis l’un de vos admirateurs par rapport à ces deux autres dont vous parlez. Avec vous je vois du concret en matière de développement dans le pays. Je dirais même que le processus du développement du pays qui avait connu un frein depuis le décès du président Houphouët a repris sa vitesse de croisière depuis votre arrivée au pouvoir. Le pays se retrouve à nouveau en chantier sous votre leadership. Alors pour être candidat ou pas vous n’avez pas besoin de conditionner votre décision en fonction de la décision des deux autres.

En tant que chef de l’État donc garant de la constitution, vous devriez plutôt encourager les citoyens à se référer à notre constitution pour toute candidature à l’élection présidentielle. Celui qui veut être candidat relit la constitution et examine bien les critères d’éligibilité. Toute personne qui veut briguer la magistrature suprême et qui se sent éligible pose sa candidature. La commission électorale transmet les candidatures à la cour suprême ou au conseil constitutionnel pour valider ou non chacune de ces candidatures.

Chaque candidat présente son programme de développement et commence à battre campagne. Le vainqueur est félicité et les vaincus devront attendre les cinq prochaines années pour ceux d’entre eux qui veulent competir encore. Cependant il y a un mais ici. Les conditions d’une élection claire incontestable doivent être réunies. Tous les candidats doivent être au même niveau d’information et tous doivent être d’accord sur l’organisation de ces élections notamment:

Le bon déroulement complet du scrutin

La liste électorale acceptable par tous

Le découpage électoral incontestable

Le consensus sur la commission électorale, son équité, et son impartialité

Le conseil constitutionnel, sa neutralité,

L’usage des médias d’état de manière équitable pendant la campagne électorale

Et leur impartialité dans le traitement de l’information de campagnes électorales.

On n’est pas candidat parce que les autres sont candidats. On est candidat parce qu’on a les capacités intellectuelles, la santé physique et morale, les capacités financières, et peu importe l’âge, la forme physique, le genre. On est candidat parce qu’on a un programme de développement à proposer aux électeurs. On est candidat parce qu’on pense qu’on a le meilleur programme par rapport aux autres candidats ou supposés. La constitution de 2016 a été votée par les ivoiriens sans contrainte pour améliorer celle de 2000 a-t-on entendu. C’est elle qui est en vigueur et on doit s’en tenir à ça, c’est cela aussi un pays civilisé avec des citoyens civilisés.

Les gens doivent donc aussi arrêter des discours du genre “on ne veut pas de troisième ou de quatrième mandat”. Regardons plutôt la constitution que nous avons votée et appliquons la. On cherchera désormais à comprendre avant de voter. Avant de voter, il faut comprendre et réfléchir tout comme avant de signer tout document dans la vie. Nous devons assumer notre vote. Il faut que le pays rompt avec ces bains de sang à chaque élection. Modernisons nos mentalités. Une élection n’est pas la guerre. Une élection est une compétition saine dans laquelle tous doivent competir de manière fair-play.

Vous les trois dinosaures de la politique ivoirienne, vous voulez tous être candidats encore? Accordez-vous alors sur le déroulement du scrutin en référence avec la constitution et allez competir et que celui qui a le meilleur programme l’emporte. De toutes les façons, cette élection semble être la dernière pour chacun d’entre vous. Vous avez des supporters extrémistes de part et d’autre et ces supporteurs changeront le ton après vous je le souhaite.

J’ai déjà qualifié cette élection de 2025 la finale entre vous, nos trois dinosaures. Évitons les calculs d’arrière pensée (tricherie, recaler un tel ou un tel, piéger un tel ou un tel par exemple pour éviter des bains de sang encore). Privilégier avant tout l’intérêt du pays, la sécurité des habitants. D’ailleurs il est temps d’analyser pourquoi l’élection présidentielle passionne tant les gens en Afrique.

Mon mot de fin: le président Ouattara est d’ailleurs celui le mieux placé pour les élections de 2025, non pas parce qu’il a un bilan certes attaquable mais pas par ces deux grands concurrents. Alors M. le président Ouattara, vous voulez être candidat, le moment venu posez votre candidature tout simplement et évitez les schémas du genre « s’ils sont candidats, vous le serez aussi”. Ne vous préoccupez pas de leurs candidatures.

Ne regardez pas, ne vous occupez pas des candidatures ou non des autres. Si d’aventure ils se portent candidats, je suis certain que vous l’emporterez vu votre bilan économique surtout la construction des routes, la propreté dans le pays et autres investissements. Même si vous confiez la gestion de ces élections à vos opposants, qu’ils fassent bloc derrière un d’entre eux (ce qui est impossible car eux tous veulent être présidents), je parie que vous allez les battre au premier tour.

Alors, à la classe politique ivoirienne, que les élections prochaines soient ouvertes et que celui qui a le meilleur programme gagne et les vaincus le félicitent.

Merci

Dr. Charles Koudou, Administrateur en Santé

Consultant Indépendant en Santé et Développement, USA, Fondateur de la Société Civile Conscience Africaine pour le Développement (CAD) www.cnd1.org koudoucharles@gmail.com charleskoudou@facebook.com

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire