Motsepe était «bel et bien» venu plaider le cas Drogba – Un lobbying rejeté par Ouattara, les clubs et les groupements d’intérêts

Le Sud-Africain Motsepe était récemment en visite en Côte-d’Ivoire.

Le patron de la CAF, élu sans concurrents après les retraits forcés de ses trois adversaires, pensait remettre le petit jeu de totalitarisme de la gouvernance FIFA à Abidjan.

Mal lui en prit, c’est un NON catégorique qu’il a reçu du chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara, qui n’est pas prêt à jouer une quelconque partition dans les combines et magouilles de la FIFA.

Dans l’article ci-dessous, Jeune-Afrique confirme que le patron de la CAF a menti en disant que son organisation n’avait aucune préférence parmi les trois candidats déclarés à la présidence de la FIF.

(Liman Serge)

Motsepe en Côte d’Ivoire : ce que le patron de la CAF a demandé à Ouattara

Patrice Motsepe était à Abidjan du 4 au 5 avril, officiellement pour discuter de la prochaine Coupe d’Afrique des nations. Il a profité de son entretien avec le président pour aborder le sujet de l’élection à la tête de la Fédération ivoirienne de football.

Par Alexis Billebault / Jeune-Afrique

En juin et juillet 2023, la Côte d’Ivoire organisera la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN). C’est à ce titre que Patrice Motsepe, le président de la Confédération africaine de Football (CAF), a été reçu le 4 avril en tête-à-tête par le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, avant que leurs collaborateurs respectifs ne les rejoignent.

Lors de cet entretien, il a bien sûr été question des travaux engagés pour accueillir la compétition phare du football africain. Motsepe s’est dit « rassuré » par les avancées, tout en précisant qu’il y a encore « quelques problèmes à régler. » Le patron du football africain faisait notamment référence à la rénovation du stade Félix-Houphouët-Boigny de la capitale, qui n’est achevée qu’à 25% selon les chiffres donnés par l’Office national des sports chargé de superviser les infrastructures sportives.

Le dossier sportif du moment à Abidjan a également été abordé : l’élection à la présidence, le 23 avril, de la Fédération ivoirienne de football (FIF).

Intense lobbying
L’instance est pilotée depuis plusieurs mois par un Comité de normalisation imposé par la FIFA. Trois candidats sont en lice : Sory Diabaté, l’ancien vice-président de la FIF, alors dirigée par Sidy Diallo, aujourd’hui décédé ; l’homme d’affaires Idriss Diallo, qui fût également membre de la fédération sous Jacques Anouma et Didier Drogba, l’ex-capitaine et buteur des Éléphants.

Ce dernier est perçu comme le candidat préféré de la CAF et de la FIFA… Mais pas comme le favori de l’élection. Bien que leurs patrons s’en défendent, ces deux organismes militent en sa faveur. Selon nos informations, Gianni Infantino a tenté une première fois d’intercéder auprès d’Alassane Ouattara, en vain.

LE CHEF DE L’ÉTAT RESTE FIDÈLE À SA LIGNE : PAS QUESTION DE SE MÊLER DE PRÈS OU DE LOIN DE L’ÉLECTION

Cette fois, c’est Motsepe qui a plaidé pour un consensus autour de la candidature de Drogba.

(…)

La suite de l’article a lire sur
https://www.jeuneafrique.com/1337056/politique/motsepe-en-cote-divoire-ce-que-le-patron-de-la-caf-a-demande-a-ouattara/

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires