Quel discours tiendra Ouattara face aux sénateurs et députés le 19 avril 2022 ?

Quel discours tiendra Ouattara face aux sénateurs et députés le 19 avril 2022 ?

La question agite à Abidjan le monde politique et des milieux d’affaires, mais elle n’est pas encore objet de buzz ni de spéculations les réseaux sociaux, et dans l’ensemble de la population : que va dire le Président Alassane Ouattara devant les députés et sénateurs le 19 avril 2022 à Yamoussoukro, la capitale politique et administrative ivoirienne. *

Le mardi 19 avril 2022, le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara doit prononcer un message sur l’État de la Nation, conformément aux articles 114 et 115 de la constitution ivoirienne.

Ces articles stipulent :

« Article 114 ‘’Chaque année, le Président de la République adresse un message sur l’état de la Nation au Parlement, réuni en Congrès. Ce message peut être lu par le vice-Président de la République. Le message du Président de la République ne donne lieu à aucun débat ».

Poursuivant l’article 115 dit

« Le Président de la République communique avec l’Assemblée nationale et le Sénat, soit directement, soit par des messages qu’il fait lire par le vice-Président de la République dans chacune des chambres du Parlement. Ces communications ne donnent lieu à aucun débat».

Alassane Ouattara bel et bien devant le congrès ivoirien le 19 avril

Ainsi , une source bien placée confirme : « Conformément à l’article 114 de la Constitution, le Président de la République fera un message sur l’État de la Nation devant le Parlement réuni en congres . On n’a pas pu le faire l’année dernière à cause de la Covid ».

Outre la Covid-19 en 2020 qui a empêché l’adresse l’année suivante , il
a fallu aussi gérer la disparition de Hamed Bakayoko en plus de celle de
Amadou Gon Coulibaly.

Ceci étant, que va dire le numéro un ivoirien le 19 avril 2022 ?

En tout cas, les spéculations vont bon train. En effet, à côté de ceux qui s’attendent à un message classique et institutionnel, certaines sources disent s’attendre à de grandes annonces. Ces sources citent pêle-mêle, la nomination d’un vice président et tout le chamboulement qui peut suivre la désignation d’une personnalité, notamment au niveau
de l’Assemblée nationale et du Sénat . D’autres sources font également état d’une décision d’anticiper les élections municipales et régionales.

Prévues pour 2023, après des hésitations, elles pourraient avoir lieu en 2022, selon ces sources.

Présidentielles : La limitation d’âge dans le constitution refait surface

Par ailleurs, au moment où après des hésitations et les réserves du Rhdp soutenues lors du dialogue politique par le Pdci et le PPA Ci sur la question, le député de Tiassalé, Assalé Tiemoko a fini par déposer sa proposition de loi sur la limitation de l’âge des candidats à l’élection présidentielle, des observateurs font état de ce que le chef de l’État pourrait aborder à nouveau la question, et donner une sorte d’orientation.

Cela est en lien direct avec le sujet de la non candidature en 2025 du Président Alassane Ouattara, tout comme celle du des acteurs politiques de sa génération, notamment Henri Konan Bédié du PDCI et Laurent Gbagbo du PPA CI. Faut-il opter pour un retrait volontaire, ou encore laisser le conseil constitutionnel agir , ou bien faut-il modifier la
constitution pour régler politiquement la question, et en assumer les conséquences ?

Le moment est en lui-même important , et c’est le plus important au delà des annonces attendues ou à faire

En tout cas, le monde politique à Abidjan se pose des questions, sans oublier pour être complet de mentionner la sérénité des proches du chef de l’État, pour qui il s’agit de satisfaire à une obligation constitutionnelle.

« Les institutions fonctionnent. Les mécanismes existent . Le chef de l’État veut satisfaire à une opportunité constitutionnelle et institutionnelle et républicaine, pour faire le point sur l’État de la Nation. Bien sûr qu’il a d’autres occasion de parler dans l’année , mais la parole devant le Congrès est une parole solennelle, un moment
constitutionnel et institutionnel. C’est cela le plus important ! Plus important que les sujets et les annonces. Ce moment républicain et institutionnel doit de plus en plus devenir un grand rendez-vous dans la vie de la Nation », explique une source Rhdp.

*Philippe Kouhon*
Afrikipresse.fr

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires