Le Pen contre Macron – Un acte II plus incertain en France

Résultats de l’élection présidentielle 2022 : « Certains des électeurs de Jean-Luc Mélenchon estiment que Marine Le Pen défendrait mieux leurs intérêts qu’Emmanuel Macron »

Le nouveau duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ne ressemblera pas à celui de 2017.

Avant le second tour, deux stratégies se dessinent chez Macron et Le Pen

Le chef de l’Etat sortant souhaite réactiver le front républicain face à la candidate du Rassemblement national, qui veut elle faire du scrutin un « référendum anti-Macron ».

A quoi va ressembler l’entre-deux tours de l’élection présidentielle ? Après la qualification d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen pour le scrutin du 24 avril, deux stratégies semblent se dessiner. L’une est le « référendum anti-Macron ». L’autre est la réactivation du front républicain.

Du côté de la candidate du Rassemblement National (RN), la solution est, en effet, évidente : faire du « tout sauf Macron ». Ainsi, Mme Le Pen a appelé, dès dimanche soir 10 avril, « tous ceux qui n’ont pas voté » Emmanuel Macron à la « rejoindre ». Selon elle, « ce qui se jouera est un choix de société et même de civilisation ». Elle entend incarner non seulement l’alternance mais aussi une alternative à l’actuel chef de l’État.

Le président « libéral », accusé d’être déconnecté du peuple, contre la candidate « du pouvoir d’achat », qui se présente comme proche des gens. Avec une conséquence simple : puisque c’est un « duel » pour battre le sortant, il n’y a qu’un seul bulletin efficace : le sien.
Avec Abel Mestre/Le Monde

Présidentielle 2022: Marine Le Pen aborde le second tour sous de meilleurs auspices qu’en 2017

Par Charles Sapin

ANALYSE – Avec 23,4 % des suffrages, la candidate du Rassemblement national dépasse son score de 2017. Avec des réserves de voix conséquentes, un projet moins radical, et un adversaire devant défendre son bilan, elle croit sa victoire possible.

Pari réussi. Pour la seconde fois de sa carrière politique, Marine Le Pen est qualifiée au second tour de l’élection présidentielle. Une nouvelle fois face à Emmanuel Macron.

Les Français ont porté la présidente du Rassemblement national, avec 23,41 % des voix selon les résultats publiés par le ministère de l’Intérieur, plus haut qu’en 2017 mais 4,2 points derrière le président-candidat arrivé en tête.

Une performance mettant fin à sept mois d’une campagne particulièrement agitée.

Largement rythmée par la concurrence inédite que lui a disputée, dans les rangs nationalistes, l’ancien essayiste Éric Zemmour. Lui qui se sera accaparé nombre de ses thèmes fondamentaux, plusieurs de ses cadres, mais finalement peu de ses électeurs.

La suite sur lefigaro.fr

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire