Transport routier: « La vidéo-verbalisation a réduit les accidents de 44% dans le grand Abidjan » (ministère Transports)

La vidéo-verbalisation a été instaurée en Conseil des ministres le 7 juillet 2021. La mise en place du projet de système de transport intelligent (STI) se situe dans le cadre du plan national de la sécurité routière pour la période 2021-2025.
Ce projet vise à lutter contre l’incivisme routier. Après la phase de sensibilisation, le cap est désormais mis sur la phase répressive depuis le 7 septembre 2021.

Ce mardi 26 avril 2022 les responsables du ministère des Transports et de l’entreprise Quipux Afrique, structure en charge de la mise en œuvre de ce nouvel outil dénommé Système de Transport Intelligent (STI ) étaient devant les journalistes à la Maison de la presse au Plateau pour expliquer aux populations ce projet innovant.
Selon les acteurs de ce projet, depuis son instauration il a considérablement contribuer à la baisse du taux des accidents sur les routes qui a chuté de 44% dans le grand Abidjan.
Depuis le lancement de l’opération jusqu’à ce jour (26 avril 2022), ce sont au total trois cent (300) véhicules qui ont été mis en fourrière et plus d’un million de véhicules video-verbalisés, dont 90% pour excès de vitesse indiquent-ils.
Madame Catherine Ayoma qui représentait pour l’occasion le Directeur général de Quipux Afrique a expliqué que » la vidéo-verbalisation repose sur des caméras fixes et mobiles et vise à flasher les plaques d’immatriculation des véhicules auteurs d’infractions au code de la route et de notifier l’amende prévue au propriétaire du véhicule ».
Il vise entre autres à amener les usagers de la route à changer de comportement et à préserver des vies humaines » a-t-elle expliqué.
M. Sanou Diawarra, qui représentait le ministre des Transports a souligné que ce dispositif innovant vise à impacter le comportement des usagers de la route afin d’atteindre de manière efficace l’objectif d’une baisse de 50% le nombre de personnes tuées ou blessées d’ici 2030 « .

Le président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire, pour sa part a salué l’avènement de ce système qui permet selon lui de traquer sans relâche et de débusquer les mauvais conducteurs sur les routes.

A. Zatté

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire