Les pays de l’UE ne peuvent résister que 6 petits mois sans approvisionnement en gaz russe « malgré les fantasmes »

Les pays de l’UE ne peuvent résister que 6 petits mois sans approvisionnement en gaz russe « malgré les fantasmes »

L’Europe n’a pas assez d’alternatives au gaz russe – papier

Le Washington Post affirme que les hydrocarbures russes sont relativement bon marché pour l’Europe par rapport à d’autres alternatives

WASHINGTON, le 1er mai. /TASS/. Les pays européens n’ont pas suffisamment d’alternatives leur permettant de remplacer les livraisons de gaz naturel russe et d’éviter de graves problèmes économiques cet hiver, selon un article du Washington Post.

« Dans presque tous les scénarios, les 18 prochains mois vont être une période difficile pour l’Europe, alors que les impacts des prix élevés se répercutent dans le monde entier et que les gouvernements ont du mal à alimenter leurs usines, à chauffer leurs maisons et à faire fonctionner leurs centrales électriques. Il n’y a pas assez d’alternatives à court terme pour éviter des difficultés économiques majeures l’hiver prochain si la Russie arrête l’approvisionnement », indique l’article.

« C’est un jeu très dangereux qui se joue », a déclaré le Washington Post citant Edward Chow, spécialiste de la sécurité énergétique au Center for Strategic and International Studies. « Je ne sais pas comment cela est censé se terminer. J’ai l’impression que cela va se terminer d’une très mauvaise manière pour l’Europe occidentale et la Russie. »

Selon ses propres termes, il est peu probable que le volume actuel des approvisionnements mondiaux en gaz change radicalement de sitôt.
« Personne ne pourra produire plus de gaz naturel liquéfié rapidement, quels que soient les fantasmes que les gouvernements voudront entretenir », a déclaré l’expert.

Situation en Allemagne

Pour le journal, « l’Allemagne, moteur économique de l’Europe, est particulièrement mal préparée pour le moment ». Avant le début de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine, le pays recevait près de la moitié de son gaz naturel de la Russie.

« L’Allemagne a réduit ce chiffre à 35 %, mais elle n’est pas bien placée pour parvenir à zéro gaz russe de sitôt », déclarent les auteurs de l’article, ajoutant que le pays manque d’infrastructures pour importer du gaz naturel liquéfié.

L’article cite le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, disant que son pays sombrerait dans la récession sans le gaz russe.
Cependant, un certain nombre d’experts « ont averti que les retombées pourraient être une récession plus profonde que ce que la banque centrale allemande avait prévu plus tôt cette année ».

Le Washington Post a également rapporté que l’Italie tentait de conclure des accords avec un certain nombre d’États africains dans l’espoir de refuser les approvisionnements énergétiques russes d’ici le printemps 2024.

Alternative coûteuse

Le journal indique que le carburant russe est relativement bon marché pour l’Europe par rapport à d’autres alternatives.

« Au lieu d’acheter du pétrole et du gaz naturel à la Russie – où les coûts de production sont très bas et le transport par gazoduc bon marché – l’Europe doit se tourner dans l’immédiat vers des alternatives plus chères comme les États-Unis, qui jusqu’à il y a sept ans n’avaient pas d’installations d’exportation de gaz à Les entreprises européennes doivent ajouter 1,50 $ par millier de pieds cubes – entre 30 et 50% du coût du gaz lui-même – pour qu’un pétrolier de gaz naturel liquéfié fasse le voyage du golfe du Mexique vers l’Europe.

Le navire doit effectuer le voyage retour, soit un total de 24 jours de transit », indique l’article.

De plus, selon le Washington Post, il est peu probable que les pays européens diversifient leurs importations de gaz à court terme, car « un projet d’exécution rapide qui rend disponible de nouveaux approvisionnements en gaz naturel prend généralement au moins deux à quatre ans ».

« Dans le même temps, les investisseurs peuvent se méfier des grands projets de gaz naturel à long terme, car les gouvernements et les entreprises se tournent de plus en plus vers des types d’énergie plus respectueux de l’environnement », indique l’article, ajoutant que « les prix des énergies renouvelables dans le monde, après environ deux décennies de déclin, ont légèrement augmenté au cours de la dernière année. »

Selon des experts, cités par The Washington Post, les pays les plus touchés par l’arrêt de l’approvisionnement en gaz russe seraient l’Allemagne, dont les installations de stockage de gaz ne sont remplies qu’à 33,5 %, l’Italie (35 %) et la Hongrie (19,4 %). À cet égard, on peut s’attendre à un ralentissement économique mondial. Le Fonds monétaire international (FMI) estime que les pays européens peuvent tenir environ six mois sans approvisionnement en gaz russe. Après ce laps de temps, de graves problèmes économiques peuvent suivre.

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires