Le capital humain, clé de la transformation structurelle de l’économie

La Côte d’Ivoire qui aspire à devenir un pays à revenu intermédiaire supérieur à l’horizon 2030, place la transformation structurelle de son économie au rang de ses priorités. Un riche capital humain, participant significativement à la croissance économique est un atout dont dispose l’Etat ivoirien dans l’atteinte de cet objectif.

Pour relever cet important défi, chaque citoyen devient un acteur de développement contribuant, par son travail, à la création de richesse pour soutenir une croissance plus forte et plus inclusive. Le capital humain intervient dans les secteurs de l’industrie, de l’agriculture, du tourisme, des mines et hydrocarbures, des TIC et du numérique, des infrastructures de transport, de l’habitat, des infrastructures routières, etc.

Selon les principaux résultats de l’Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel (ERI-ESI) 2017-2018, la population en âge de travailler s’élevait à 13,6 millions de personnes, soit 55,5% de la population totale. La main-d’œuvre était estimée à 8 millions de personnes.

L’économie ivoirienne est portée par le secteur privé, créateur de richesse, premier employeur et principal contributeur avec 90% aux recettes de l’Etat. L’industrialisation est soutenue par un capital humain créateur de la valeur ajoutée. Le secteur concentrait 8 % des emplois en 2016. L’économie nationale est également dominée par l’agriculture. En 2018, le secteur agricole employait 46% des actifs. Les femmes y représentent 67% de la main-d’œuvre.

Le gouvernement est en train de travailler sur le développement de champions nationaux qui vont effectivement porter toutes les transformations au niveau économique.

Les autorités ivoiriennes qui ont pris la pleine mesure de l’énorme potentiel que constitue le capital humain, ont décidé de la valoriser, en vue de construire une économie aussi performante qu’attractive. Et cela passe par l’amélioration de la qualité de l’éducation, le renforcement de l’enseignement professionnel et technique, l’autonomisation de la femme, ainsi que le renforcement de la qualité des performances du système de santé.

Pour l’efficacité du système éducatif, l’Etat ivoirien a fait des investissements massifs à travers la réalisation d’infrastructures de base pour tous. Ainsi, sont prévues sur la période 2021-2025, la construction de 12 000 salles de classe du primaire, 7 000 salles de classe du secondaire, 37 centres de formation professionnelle, 28 lycées professionnels.


Le gouvernement prévoit aussi le renforcement de l’enseignement professionnel et technique pour assurer une meilleure acquisition de connaissances, de compétences fondamentales professionnelles et fonctionnelles des apprenants. Dans ce sens, l’Etat a mis en place l’école de la deuxième chance. Ce programme vise à l’horizon 2030 à traiter un stock d’un million de personnes sans emploi ou mal insérées, avec un objectif intermédiaire de quatre cent mille (400 000) dans le cadre de la mise en œuvre du PSGouv 2 sur la période 2021-2024.

Un programme de construction de sept établissements de formation professionnelle, d’un coût global de 146,5 milliards de F CFA, répartis sur l’ensemble du territoire national, a été lancé par le Premier ministre Patrick Achi le 24 janvier 2022, à Ebimpé, dans la commune d’Anyama.

Ce projet, a expliqué Patrick Achi, tire son fondement dans le fait que la Côte d’Ivoire a besoin aujourd’hui de techniciens et d’ingénieurs pour accélérer la marche de son industrie, de ses entreprises et celle de son marché de l’emploi. Ce sont, au total, 14 filières qui seront enseignées dans ces sept établissements. Les élèves apprenants seront formés, entre autres, à la mécanique générale, Electricité et Electronique, Chaudronnerie et soudure, Froid et climatisation, Conducteurs d’engins de travaux publics, etc.

Conformément à la pensée qui dit : un esprit sain dans un corps sain, les autorités ivoiriennes ont entrepris le renforcement de la qualité du système de santé avec l’amélioration des infrastructures et des équipements médicaux. Un programme hospitalier de près de 850 milliards de FCFA, prévoyant notamment la construction de 20 hôpitaux et la réhabilitation de 22 autres, ainsi que la construction et la réhabilitation de centaines d’établissements sanitaires de premier contact sur l’ensemble du territoire est en cours d’exécution.

Le gouvernement ivoirien, sous le leadership du président de la République Alassane Ouattara, reste résolument engagé à transformer de manière structurelle l’économie de la Côte d’Ivoire. Cette volonté est perceptible à travers de nombreuses réformes mises en place dans plusieurs secteurs clés de l’économie ivoirienne.

CICG

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire