Le Togo veut booster les discussions entre le Mali et la Cedeao

Le Togo pourrait-il jouer les médiateurs entre le Mali et la communauté internationale ? C’est en tout cas la demande des autorités maliennes de transition.

Mercredi 4 mai, une délégation conduite par le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a achevé une visite à Lomé au cours de laquelle il a demandé au Togo de « soutenir l’effort de dialogue malien avec la communauté internationale », et de « prendre des initiatives de facilitation ».

Demande à laquelle les autorités togolaises ont répondu favorablement. Mais l’initiative est, pour le moment, strictement bilatérale.

PUBLICITÉ

Pour le moment, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) n’a pas souhaité réagir à cette proposition du Mali et du Togo.

Il est vrai que le médiateur mandaté par l’organisation ouest-africaine, le Nigérian Goodluck Jonathan, a multiplié les visites à Bamako ces derniers mois, sans succès.

Il y a deux semaines, le Premier ministre malien, Choguel Maïga, annonçait même unilatéralement que la transition était prolongée de deux ans, dès à présent, et qu’il n’était plus envisageable de revoir cette durée à la baisse.

La Cédéao, pour sa part, exige que des élections soient organisées d’ici à seize mois maximum. Et impose depuis bientôt quatre mois des sanctions économiques et financières au Mali, pour tenter de faire plier Bamako.

RFI

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction