Après Gon et Hambak, Ouattara perd un autre fidèle avec la disparition d’Amadou Soumahoro

Amadou Soumahoro, président de l’Assemblée nationale, est mort

Après Amadou Gon Coulibaly en juillet 2020, Hamed Bakayoko en mars 2021, Alassane Ouattara perd une nouvelle fois un fidèle et, comme le disent les leaders du parti présidentiel, « Amadou Soumahoro était un authentique. »

Cette figure de la politique ivoirienne est décédée ce samedi à l’âge de 68 ans, selon un communiqué du président de la République Alassane Ouattara. L’état de santé de l’homme politique s’est fragilisé ces derniers mois, l’obligeant à confier les rênes de l’Assemblée à un intérim.

PUBLICITÉ

Le mal qui le rongeait a fini par avoir raison de lui. Depuis son élection à la tête de l’Assemblée nationale en 2019, Amadou Soumahoro rencontrait des problèmes de santé et avait multiplié les déplacements à l’étranger pour se soigner, notamment en Turquie. Une maladie qui n’a jamais été officiellement dévoilée par les autorités.

L’occupant du perchoir avait fait son retour à Abidjan fin mars, mais son absence à l’ouverture de la session parlementaire le mois suivant ne présageait rien de bon sur son état de santé, rappelle notre correspondant à Abidjan, Sidy Yansané.

Âgé de 68 ans, Amadou Soumahoro faisait partie des hommes de confiance du président Alassane Ouattara. Cofondateur du parti au pouvoir RDR, aujourd’hui rebaptisé RHDP, il a grandement contribué à l’implantation de la formation politique dans le nord du pays.

PUBLICITÉ

De nombreux hommages
Amadou Soumahoro laisse derrière lui près de 40 ans de vie politique et d’implication à tous les niveaux. Les hommages sont donc très nombreux. Sur les réseaux sociaux, Alassane Ouattara a rapidement rendu « hommage à grand homme d’État », « un valeureux fils » de la Côte d’Ivoire et ajoute perdre « un fidèle compagnon et un ami loyal et dévoué ».

Pour le journaliste et écrivain Venance Konan, c’est un « animal politique » qui vient de disparaître. « C’est avec beaucoup de tristesse que toute la Côte d’Ivoire a appris cela. Cela crée un vide au niveau de l’entourage du président et au niveau du sommet de l’État. Il était brillant, intelligent. Il avait parfois son côté un peu éléphant dans un magasin de porcelaine, mais c’était un homme fin, un animal politique », confie Venance Konan.

Malade, Amadou Soumahoro n’a pas pu s’affirmer totalement à la présidence de l’Assemblée nationale. Maire de Séguéla, député, ministre, il était au cœur de la machine…

RFI

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction