Investissements Directs Étrangers (IDE): Les Leçons de la Chine et de l’Inde (par Martial Frindéthié, PhD.)

J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt l’optimisme affiché par le Premier Ministre ivoirien, Monsieur Patrick Achi, qui lisait dans le nombre élevé d’investissements directs étrangers (IDE) « la preuve du redressement extraordinaire de notre nation mené depuis dix ans … », notant que de telles données (sur les IDE) confirmeraient que « oui, nous sommes dans la bonne direction », celle de la réduction de la pauvreté (Voir Investissement Directs Etrangers : Patrick Achi Salue l’attractivité de la Côte d’Ivoire, 1er de la Zone Franc Ouest-Africaine, dans Connectionivoirienne du 17 mai 2022.

Pour ma part, j’ai bien peur, au vu de la monopolisation des grands secteurs d’activités par les multinationales étrangères aidées par une libéralisation un peu trop exaltée en Afrique subsaharienne, au vu de l’asphyxie des entrepreneurs locaux, au vu du très peu de transfert des décisions et des technologies aux travailleurs locaux par les multinationales, au vu de la relégation des travailleurs locaux dans le ghetto des rôles subalternes, j’ai bien peur, dis-je, que les IDE n’aient fait plus de mal que de bien à la Côte d’Ivoire. L’ayant dit, je vais m’expliquer.
Bien que la libéralisation du commerce et l’ouverture à la concurrence soient largement considérées par les experts comme l’un des principaux facteurs de croissance, il ne faut pas pour autant aborder la libéralisation du commerce avec l’aveuglement et la naïveté dont l’Afrique a trop souvent fait preuve en la matière. Il existe une croyance inexpérimentée selon laquelle, en Afrique subsaharienne, où les petites industries informelles nécessitant un faible niveau de compétences occupent la plupart des entrepreneurs privés locaux, alors que les industries sophistiquées exigeant des compétences restent les provinces des investisseurs étrangers, les investissements étrangers sont la baguette magique pour créer « le milieu manquant » de l’industrialisation.

Cette vision messianique des investissements étrangers, propagée par la Banque mondiale et adoptée par de nombreux gouvernements d’Afrique subsaharienne, tend à répandre la sagesse artificielle selon laquelle les entreprises industrielles conjointes étrangères-locales seraient les pépinières idéales d’où pourrait surgir une bourgeoisie entrepreneuriale locale. Comme le démontre l’étude de Navaretti sur la Côte d’Ivoire, il est trompeur de penser que les entreprises industrielles conjointes étrangères-locales seraient nécessairement propices au développement d’un esprit d’entreprise local dynamique par le biais d’un transfert progressif des compétences et de la prise de décision (voir Giorgio Barba Navaretti, Joint-Ventures and Autonomous Industrial Development in Sub-Saharan Africa).

En fait, l’importance prédominante des intérêts étrangers dans les coentreprises aura tendance à « limiter l’apprentissage par la pratique et le développement des compétences locales ». Les technologies axées sur le profit des industries étrangères laissent peu de temps et de patience pour former les travailleurs locaux à des postes de haut niveau, et les expatriés seront peu motivés et peu incités à déléguer la prise de décision aux locaux. En outre, comme les entreprises étrangères sont plus susceptibles d’être gérées selon des stratégies définies à l’étranger ou dans le pays d’origine, les gestionnaires expatriés feront plus souvent confiance à leurs compatriotes qu’aux travailleurs locaux, ce qui limitera le transfert des décisions et des technologies aux travailleurs locaux. L’Afrique a besoin d’une politique de libéralisation équilibrée qui donne un rôle primordial au gouvernement dans l’entreprise de libéralisation. La Chine et l’Inde, à notre avis, ont donné à l’Afrique des pistes éclairantes à suivre à cet égard.
La libéralisation du commerce doit être entreprise avec beaucoup de vigilance et de prudence. Dans le cas des expériences respectives de la Chine et de l’Inde, on pourrait faire valoir que les réglementations n’ont pas toujours eu que des effets négatifs sur la croissance. Au contraire, un certain niveau de protectionnisme et de réglementation a été propice à la protection des secteurs sensibles de l’économie contre les investisseurs étrangers prédateurs, à l’identification judicieuse des régions du pays et des secteurs de l’économie nationale qui ont besoin d’être plus stimulés que d’autres, et à la promotion d’une classe moyenne forte prête à concurrencer les investisseurs extérieurs avant que ne soient démantelées les digues contre les multinationales voraces qui ne peuvent attendre de submerger les pays du tiers monde.

En Chine, par exemple, l’industrialisation rurale, qui représente la moitié de la production industrielle du pays et qui est le secret du miracle industriel chinois, appartient entièrement aux agriculteurs du pays. L’appropriation de l’industrialisation rurale par les agriculteurs n’aurait pas été possible dans le cadre d’une libéralisation débridée et sans un certain niveau d’intervention gouvernementale qui a découragé le capitalisme sauvage axé sur le profit individuel, encouragé la propriété collective, doté les entreprises des townships et des villages (ETV) de moyens logistiques, fixé des objectifs de croissance pour les industries rurales et utilisé ces dernières comme moyen de corriger les disparités économiques régionales et de réduire l’écart entre les villes et les campagnes. La Chine a pu réussir dans ces différents domaines grâce à un mandat de l’autorité centrale aux départements gouvernementaux pour formuler des politiques interdisant la discrimination à l’encontre des ETV et éliminant le favoritisme envers les entreprises d’État en matière de contrats et de marchés publics.

Avant 1992, les investissements directs étrangers (IDE) en Chine étaient limités et se concentraient uniquement sur les produits textiles et les industries légères. Le commerce, la finance et l’assurance, par exemple, étaient interdits aux IDE. Lorsque le Comité central du Parti communiste chinois a finalement demandé l’ouverture des régions du pays aux investissements étrangers, la Chine avait déjà procédé à une évaluation complète de ses besoins, disposait d’un niveau d’épargne relativement élevé et était prête et suffisamment forte pour diversifier son partenariat plutôt que de céder aux exigences de pays centraux intransigeants. Bien que les IDE aient été autorisés dans le pays, la Chine a néanmoins établi des zones préférentielles pour les IDE dans des régions particulières identifiées comme nécessitant davantage de développement, telles que Beijing, Shangai, Tianjin, Guangzhou, Dalian, Qingdao, et cinq zones économiques spéciales. Dans ces zones, des dispositions préférentielles ont été prévues pour les entreprises à capitaux étrangers. Il apparaît donc qu’en matière d’ouverture, la Chine ne se distingue pas des autres pays industrialisés. Aucun pays industrialisé n’a jamais ouvert ses frontières à un commerce incontrôlé, et aucun pays industrialisé n’a jamais ouvert son environnement aux entreprises internes ou externes sans restriction ni réglementation.

De même, la Chine a cherché à protéger ses entreprises d’État sensibles et à orienter les IDE vers des secteurs ciblés. De toute évidence, le prétendu environnement économique et politique « hautement réglementé » de la Chine n’a pas empêché la prolifération des entreprises européennes et américaines dans le pays. La rhétorique sur l’environnement économique hautement réglementé de la Chine peut parfois sembler trop exagérée. Elle ressemble plutôt à des gestes d’intimidation de la part des États du noyau dur, qui visent à pousser la Chine à faire ce que les États du noyau dur ne seraient pas disposés à faire chez eux. Jusqu’à présent, la Chine n’a pas bougé en réponse à la coercition visant à ouvrir son environnement économique à un capitalisme incontrôlé, et il y a peu de chances qu’elle le fasse à l’avenir.

Le Nigeria, par exemple, nous a fourni des illustrations éloquentes de ce qui se passe lorsque, trop pressés d’accumuler des devises étrangères, les États ne parviennent pas à mettre en œuvre des réglementations internes avant l’arrivée de multinationales avides de profits. À propos du Nigeria, Terry Lynne Karl fait une révélation décourageante : les pays périphériques riches en pétrole et en minéraux se développent moins bien que ceux qui n’en ont pas. Dans les pays riches en minéraux, les multinationales des États centraux descendent comme des vautours qui ne s’intéressent qu’à l’accumulation maximale de richesses. Là, les multinationales s’entendent avec les responsables du pays pour siphonner les richesses du pays, laissant les masses dans une pauvreté extrême. Dans un pays comme le Nigeria, qui dispose de riches gisements de pétrole depuis le début des années 1960, 70 % de la population vit toujours sous le seuil de pauvreté, tandis qu’une minorité de fonctionnaires suralimentés se promène avec impudence en compagnie de PDG de multinationales et de fonctionnaires des États clés. Sur ce, la situation des peuples des 3A (Alladian, Ahizi, Avikam), l’oubli de ces populations qui dorment dans le noir alors que le gaz et le pétrole de leur région éclairent la Côte d’Ivoire, qui vivent le long de sentiers poussiéreux alors que le goudron issu du pétrole de leur région bitume la Côte d’Ivoire, montre bien que la Côte d’Ivoire est en passe de répéter la bêtise nigériane.

En effet, au début des années 1990, les opérations destructrices de Shell au Nigeria étaient contestées par le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (MOSOP), un mouvement non violent organisé par le regretté écrivain nigérian Ken Saro-Wiwa. L’extraction de pétrole par Shell dans la région du delta du Niger avait entraîné une dégradation de l’environnement dans la région. Les moyens de subsistance et les conditions de vie du peuple Ogoni ont été perturbés, comme cela est aujourd’hui le cas pour les peuples Alladian, Ahizi et Avikam, par l’exploitation pétrolière non réglementée de Shell. Les zones de pêche, les terres agricoles et l’eau potable ont été contaminées. L’extrême pauvreté guettait : les taux de malnutrition et de mortalité infantile montent en flèche. Saro-Wiwa a donc organisé son peuple pour obliger Shell à se soucier davantage de l’environnement. Apparemment, le MOSOP est en train de gagner contre le géant pétrolier, car, en mai 1994, un mémorandum envoyé par les forces de sécurité intérieure de la région d’Ogoni à l’armée nigériane tire la sonnette d’alarme. « LES OPÉRATIONS DE SHELL RESTENT IMPOSSIBLES SI DES OPÉRATIONS MILITAIRES IMPITOYABLES NE SONT PAS ENTREPRISES POUR QUE LES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES PUISSENT COMMENCER SANS HEURTS. » Il était paradoxal que des « opérations militaires impitoyables » soient la condition préalable à des « activités économiques harmonieuses ». Plusieurs mois après la réception de ce mémo, l’armée nigériane a attaqué sans pitié plusieurs villages ogoni, tué des villageois et détruit des maisons. Saro-Wiwa et ses proches collaborateurs ont été arrêtés, jugés par un tribunal fantoche et exécutés le 10 novembre 1995. Il s’agissait d’une expédition punitive ordonnée par Shell, en connivence avec la dictature nigériane, partenaire de l’entreprise d’extraction pétrolière.

Est-ce le sort qui attend les fils de la région des 3A qui luttent pour un partage équitable des ressources générées par leurs milieux et siphonnées par les IDE rapaces ? Nous n’en savons rien. Ce que nous savons, néanmoins, c’est que s’il avait existé un minimum de réglementations internes strictes auxquelles les entreprises locales avaient dû apprendre à se conformer avant l’arrivée de Shell au Nigeria, Shell n’aurait pas jugé nécessaire de soutenir une dictature impitoyable et de s’engager indirectement dans des violations des droits de l’homme pour réussir ses opérations. Les dictatures perdurent en Afrique parce qu’elles sont souvent soutenues par de puissants investissements directs étrangers des États centraux qui, en l’absence de mesures réglementaires dans les pays périphériques, préfèrent les pots-de-vin bon marché aux opérations humaines coûteuses. Suivant l’exemple de la Chine, l’Afrique devrait mettre en place un certain niveau d’intervention gouvernementale, qui protégerait les secteurs sensibles de l’économie, tels que l’environnement, les soins de santé, l’éducation, l’électricité, l’eau et la communication, jusqu’à ce qu’un corps formé d’investisseurs locaux soit capable de se battre pour les enjeux contre les concurrents extérieurs.

Ces investisseurs locaux devraient être en grande partie constitués par une classe moyenne et non, comme c’est trop souvent le cas en Afrique, par un petit groupe de ministres, de PDG et de fonctionnaires qui ont bâti leur fortune sur le détournement de fonds publics et la corruption. L’exemple de la Côte d’Ivoire, où la classe moyenne est principalement constituée de fonctionnaires corrompus et de chefs de parti véreux, montre que lorsque les intérêts de la classe moyenne ne résident pas dans des réglementations transparentes, même les tentatives d’apporter des changements institutionnels bénéfiques pour le pays peuvent déclencher des interventions violentes directes de la part des États centraux et de leurs sociétés multinationales soutenues par leurs armées, ces dernières étant toujours prêtes à répondre à l’appel des agents économiques. En fait, comme l’a noté Rowe, le modèle impérial indique que les interventions militaires ne précèdent pas les négociations commerciales. C’est l’inverse qui se produit. C’est généralement lorsque l’idée de libre-échange telle qu’elle est proposée par la métropole dans ses relations avec la colonie échoue que les militaires interviennent pour forcer son application ou simplement pour éliminer et remplacer les leaders nationalistes récalcitrants par des marionnettes léthargiques. Tout cela est possible lorsqu’une croyance béate dans les investissements directs étrangers fait perdre de vue la nécessité de la protection des intérêts nationaux.

Martial Frindéthié, PhD.
Professeur de Littérature Comparée et d’Imagination politique

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction