À Pretoria, Julius Malema et des centaines de manifestants contre « l’impérialisme » français en Afrique

Afrique du Sud :  »la France doit quitter l’Afrique » Julius Malema

Le leader des Combattants pour la liberté économique (EFF), Julius Malema (C), et des membres de sa direction marchent avec des partisans vers l’ambassade de France à Pretoria.

https://fr.africanews.com/embed/1945460

© africanews

Quelques centaines de militants de la gauche radicale sud-africaine ont manifesté mercredi à Pretoria pour exiger que la France, taxée d’impérialisme post-colonial, quitte le continent africain, selon l’AFP sur place.

Aux couleurs du parti mené par Julius Malema, les Combattants pour la liberté économique (EFF), T-shirts et casquettes rouges avec un logo en forme d’Afrique, ont brandi des pancartes « La France dehors », « Richesse de la France sur le dos des Africains » ou encore « Réparations pour les crimes coloniaux ».

Ils avaient débarqué dans la matinée dans des bus affrétés par le parti et s’étaient rassemblés à quelques rues de l’ambassade de France, a constaté une équipe de l’AFP.

« Va te faire foutre la France, va te faire foutre », a scandé un militant sur une scène aménagée sur un camion ouvert, la petite foule reprenant les slogans en chœur avant de se rapprocher des grilles de l’ambassade, protégées par un cordon de policiers armés.

Exigeant de rencontrer un représentant français sous peine de bloquer les accès, Julius Malema a lancé au micro: « Vous avez tué beaucoup de gens en Afrique, pourquoi avez-vous si peur aujourd’hui? », affirmant s’adresser aux tenants de la « suprématie blanche française ».

Lors d’une brève apparition, l’ambassadeur de France, Aurélien Lechevallier, s’est adressé aux manifestants, assurant: « Nous sommes les amis des nations africaines ».

« La France a ses sales petits doigts encore profondément enfoncés dans ses anciennes colonies françaises. Les pays africains ne peuvent pas respirer », a affirmé à l’AFP Leigh-Ann Mathys, une porte-parole de l’EFF.

« La relation France-Afrique doit changer, les pays africains doivent être considérés comme des partenaires et pas seulement comme des fournisseurs de matières premières », a renchéri un autre porte-parole, Sinawo Thambo.

Dans un communiqué, l’ambassade a « rappelé que la France est un partenaire solide de l’Afrique du Sud » et qu’elle « respecte pleinement l’intégrité, la souveraineté et l’indépendance de toutes les nations africaines ».

Julius Malema, qui attire dans ses rangs des millions de jeunes noirs pauvres et chômeurs, est connu pour ses sorties outrancières. Se déclarant dans la mouvance anti-impérialiste opposée à l’Europe et aux Etats-Unis, il a récemment apporté un soutien appuyé à la Russie après l’invasion en Ukraine.

La gauche radicale sud-africaine manifeste contre la présence de la France en Afrique

Des centaines de sympathisants des Combattants pour la liberté économique, le parti de Julius Malema en Afrique du Sud, se sont rassemblés devant l’ambassade de France à Pretoria.

Le Monde avec AFP

Quelques centaines de sympathisants de la gauche radicale sud-africaine ont manifesté à Pretoria, mercredi 25 mai, pour que la France, taxée d’impérialisme postcolonial, quitte le continent africain, a constaté l’AFP. Aux couleurs du parti mené par Julius Malema, les Combattants pour la liberté économique (EFF), tee-shirts et casquettes rouges avec un logo en forme d’Afrique, ont brandi des pancartes « La France dehors », « La richesse de la France sur le dos des Africains » ou encore « Réparations pour les crimes coloniaux ».

Les manifestants ont débarqué dans la matinée dans la capitale sud-africaine à bord de bus affrétés par le parti et se sont rassemblés à quelques rues de l’ambassade de France, a constaté une équipe de l’AFP. « Va te faire foutre la France, va te faire foutre ! », a scandé un militant sur une scène aménagée sur un camion ouvert, la petite foule reprenant les slogans en chœur, avant de se rapprocher des grilles de l’ambassade, protégées par un cordon de policiers armés.

« Un partenaire solide »
« La France a ses sales petits doigts encore profondément enfoncés dans ses anciennes colonies françaises. Les pays africains ne peuvent pas respirer, a affirmé à l’AFP Leigh-Ann Mathys, une porte-parole des EFF. Il n’y a pas que la France, mais la France est là en première ligne. Aujourd’hui, nous disons à la France de laisser l’Afrique gérer ses affaires de manière indépendante. » Les EFF lutteront « toujours contre l’impérialisme de l’Occident », a avancé un autre porte-parole, Sinawo Thambo : « La relation France-Afrique doit changer, les pays africains doivent être considérés comme des partenaires et pas seulement comme des fournisseurs de matières premières. »

L’ambassade a indiqué dans un communiqué que « la France est un partenaire solide de l’Afrique du Sud » et qu’elle « respecte pleinement l’intégrité, la souveraineté et l’indépendance de toutes les nations africaines ». La France et l’Afrique du Sud « travaillent ensemble » dans de nombreux secteurs. « Nous continuerons de renforcer nos liens et notre coopération », promet-elle.

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

Le Monde avec AFP

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire