Migration et déplacés internes en Afrique: La Côte d’Ivoire propose la mutualisation des actions

Par Patrick N’Guessan

Du 23 au 24 mai 2022 s’est tenue à Malabo en Guinée Équatoriale la 4e session ordinaire du Comité technique spécialisé (Cts) de l’Union africaine sur la migration, les réfugiés et les personnes déplacées internes. La délégation ivoirienne a été conduite par Myss Belmonde Dogo, ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté.

Au cours de ces assises, l’envoyée du gouvernement ivoirien n’a pas manqué de souligner la bonne contribution de la Côte d’Ivoire quant aux défis à relever au sein des États membres de l’Union africaine.

Pour cela, la ministre de la Solidarité a proposé « la mutualisation des actions qui permettra d’apporter des ripostes multisectorielles intégrées face aux crises humanitaires qui ont des causes multiples et des conséquences parfois irréversibles » sur les économies et les populations.

Myss Belmonde Dogo a aussi annoncé que la Côte d’Ivoire est à l’initiative du thème de l’année 2022 de l’Union africaine dont la mise en œuvre des programmes qui en découlent devrait permettre à l’Afrique de renforcer sa résilience en matière de sécurité nutritionnelle et alimentaire.

Elle a de ce fait traduit la reconnaissance de la Côte d’Ivoire aux États membres pour avoir adhéré à cette importante thématique.

La ministre de la Solidarité a porté la voix de la Côte d’Ivoire à Malabo. (DR)
La ministre de la Solidarité a porté la voix de la Côte d’Ivoire à Malabo. (DR)

La migration au cœur des préoccupations des Chefs d’État

« Relever le défi de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans l’espace humanitaire en Afrique », c’est le thème du panel 2 sur lequel est intervenue la ministre Belmonde Dogo.

Selon la cheffe de la délégation ivoirienne à Malabo, en raison des projections démographiques qui prévoient un doublement imminent de la population en Afrique, la migration est désormais au cœur des préoccupations des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine. Ce qui leur impose la mise en place d’un nouvel ordre continental qui appelle à une réflexion commune sur la problématique.

Pour rappel, depuis 2009, l’assemblée générale de l’Union africaine a examiné la reconfiguration des comités techniques spécialisés (Cts) et a par ailleurs décidé de l’institutionnalisation des assises desdits Comités au niveau des ministres et autres experts tous les deux (2) ans.

Sercom avec Fratmat

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire