La véritable justice pour l’effroyable corruption de Glencore inclura de meilleurs lendemains pour les personnes les plus touchées en Afrique

Les pénalités infligées par Glencore aux seuls États-Unis pour avoir violé la loi américaine sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA) et manipulé les prix des matières premières s’élèveront à environ 1,2 milliard USD
Accéder au contenu multimédia

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 30 mai 2022/ — La multinationale suisse Glencore Plc, spécialisée dans l’exploitation minière et les matières premières, a fait les gros titres ces derniers temps pour de mauvaises raisons.

À la suite d’enquêtes prolongées menées par le Brésil, le Royaume-Uni et les États-Unis, deux filiales de Glencore ont plaidé coupable, le 24 mai, à de multiples accusations de manipulation du marché et de corruption, notamment en ce qui concerne les opérations pétrolières de la société en Afrique et en Amérique du Sud.

Les pénalités infligées par Glencore aux seuls États-Unis pour avoir violé la loi américaine sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA) et manipulé les prix des matières premières s’élèveront à environ 1,2 milliard USD.

Selon les pays enquêteurs, les actions de corruption de Glencore comprenaient plus de 100 millions USD de pots-de-vin versés à des fonctionnaires au Brésil, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Guinée équatoriale, au Nigeria, au Soudan du Sud et au Venezuela entre 2007 et 2018.

« La portée de ce système de corruption criminelle est stupéfiante », a déclaré le procureur américain Damian Williams pour le district sud de New York. « Glencore a versé des pots-de-vin pour obtenir des contrats pétroliers. Glencore a versé des pots-de-vin pour éviter les audits gouvernementaux. Glencore a soudoyé des juges pour faire disparaître des poursuites judiciaires. Au fond, Glencore a versé des pots-de-vin pour faire de l’argent – des centaines de millions de dollars. Et elle l’a fait avec l’approbation, voire l’encouragement, de ses cadres supérieurs. »

Stupéfiant est un bon mot pour décrire l’étendue du comportement corrompu de Glencore. Nous ajouterions même « exaspérant ». Ce que Glencore a fait est illégal, immoral et totalement inacceptable. Il ne reflète pas les transactions commerciales normales de l’industrie pétrolière et gazière. Et, pour mémoire, la Chambre africaine de l’énergie n’a jamais sollicité ni accepté une seule contribution monétaire de Glencore.

De plus, nous croyons fermement que les transactions de Glencore dans les pays africains devraient être examinées de près au niveau local, et que les fonctionnaires africains qui ont accepté des pots-de-vin devraient être tenus responsables. Des enquêtes devraient être ouvertes et Glencore devrait être contraint de faire toute la lumière sur l’étendue de ses affaires de corruption. Après tout, Glenore est membre de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI), basée en Norvège. Sur la base de ses années d’actions corrompues, Glencore devrait être suspendue en tant qu’entreprise soutenant l’ITIE.

Et, enfin, les Africains de tous les jours – ceux qui sont le plus touchés par les effets toxiques de la corruption – doivent recevoir justice.

Deux poids deux mesures troublants

Nous trouvons ironique que l’ITIE, qui a fait campagne contre l’adhésion des pays africains à l’initiative, compte toujours Glencore parmi ses membres, surtout si l’on considère le fait que l’engagement de Glencore auprès de l’ITIE a commencé alors que l’entreprise avait le même comportement que celui que l’ITIE cherche à éradiquer.

« Glencore soutient les principes de transparence et de responsabilité de l’ITIE depuis 2011 », peut-on lire sur le site Internet de l’ITIE. « Soutenant depuis longtemps les entreprises minières, Glencore a également été un membre actif du groupe de travail de l’ITIE sur la transparence dans le commerce des matières premières, soutenant l’élaboration de directives de déclaration volontaire sur l’achat de pétrole, de gaz et de minéraux aux gouvernements. L’entreprise estime que les pays qui répartissent de manière transparente et efficace les richesses en ressources naturelles au profit de leurs communautés ont le potentiel d’attirer des investissements commerciaux plus importants, plus responsables et à plus long terme. »

C’est stupéfiant. Comment Glencore peut-elle croire en ces idéaux et conseiller la transparence alors qu’elle est l’une des entreprises les plus corrompues de l’industrie pétrolière et gazière ?

La présidente du conseil d’administration de l’ITIE, Rt Hon Helen Clark, a publié une déclaration sur Glencore et a exprimé son inquiétude quant aux actions de l’entreprise. Mais elle poursuit en demandant à Glencore d’appliquer les leçons apprises à son travail en cours avec l’ITIE. Il n’y a aucune mention des conséquences.

Imaginez-s’il s’agissait d’un pays africain ; imaginez la réaction de la communauté internationale. Elle ne s’arrêterait pas aux pénalités et aux expressions d’inquiétude. Non seulement l’entreprise serait condamnée à une amende, mais les équipes de direction seraient condamnées à une amende et seraient emprisonnées. Nous pourrions commenter la probabilité que l’ITIE suspende le statut de membre de soutien de l’entreprise africaine, mais comme l’ITIE s’est opposée à la participation africaine, c’est discutable.

Ce double standard est injuste. Il envoie un mauvais message aux Africains.

Faire sortir la lumière de l’obscurité

La corruption est le fléau des pays africains depuis bien trop longtemps. Elle restreint les libertés individuelles et favorise la pauvreté et l’instabilité. La corruption nuit aux individus et aux communautés. Elle tue l’espoir.

C’est pourquoi nous demandons au gouvernement américain d’utiliser les 1,2 milliard de dollars de pénalités que Glencore paie pour donner du pouvoir aux Africains. Ce sont eux les véritables victimes des malversations et des erreurs de Glencore.

Les pénalités de Glencore devraient aller à des organisations comme Power Africa, un partenariat public-privé formé par les États-Unis pour aider à lutter contre la pauvreté énergétique en Afrique subsaharienne – un objectif partagé par la Chambre africaine de l’énergie. La corruption et la mainmise de Glencore sur l’État ont sapé les efforts visant à éradiquer la pauvreté énergétique. L’affectation des fonds à Power Africa contribuera à changer les conditions de vie de plus de 600 millions de personnes en Afrique subsaharienne qui sont actuellement privées d’électricité fiable.

Une partie de l’astreinte pourrait également être affectée à Prosper Africa, un autre programme américain. Prosper Africa s’efforce de donner aux entreprises africaines les moyens d’agir en leur fournissant des informations sur les marchés, un soutien aux transactions et des solutions susceptibles de renforcer le climat des affaires. Ses objectifs sont de créer des emplois et de favoriser une prospérité partagée. Soutenir ce programme serait un excellent moyen d’avoir un impact positif sur les populations et les communautés africaines.

Une autre recommandation : Les pays africains ont besoin de billions de dollars pour financer leur transition vers les énergies renouvelables afin de soutenir les objectifs climatiques internationaux. Au début du mois, l’Organisation africaine des producteurs de pétrole et la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) ont signé un protocole d’accord visant à créer une banque de l’énergie qui, en plus d’accroître les investissements du secteur privé dans les projets pétroliers et gaziers africains, dont le besoin se fait cruellement sentir, générera des revenus pour les projets d’énergie renouvelable.

Diriger une partie des pénalités de Glencore vers la Banque africaine de l’énergie est une excellente occasion pour les États-Unis de donner du pouvoir aux pays africains tout en soutenant les objectifs climatiques internationaux.

La dernière chose dont notre secteur de l’énergie avait besoin

Les actions de Glencore sont un coup dur pour l’énergie pétrolière et gazière de l’Afrique. À l’heure où la Chambre africaine de l’énergie tente de montrer au monde le bien que les opérations pétrolières et gazières peuvent faire sur notre continent, nous espérons que ceux qui suivent l’actualité de Glencore comprennent qu’elles sont loin d’être la norme dans notre secteur.

Franchement, nous sommes consternés que des hommes d’affaires qui viennent de sociétés libres et démocratiques pensent que la meilleure façon d’opérer en Afrique est de s’engager dans la corruption.

La Chambre africaine de l’énergie plaide pour des solutions de marché libre en Afrique, mais les marchés libres ne peuvent exister sans l’État de droit. Les marchés libres ne peuvent exister que si nous veillons à ce que le bon type d’actions ait lieu.

Nous ne pouvons tolérer une entreprise qui fait passer ses profits avant son intégrité ou qui se sert sans se soucier des effets néfastes de ses actions.

Glencore représente le pire de l’industrie pétrolière et gazière et sera exclue de la Semaine africaine de l’énergie qui se tiendra du 18 au 21 octobre au Cap, en Afrique du Sud. Il existe de très nombreuses entreprises énergétiques qui s’engagent à faire le bien en Afrique. Ce sont les entreprises avec lesquelles nous voulons travailler pour aider à construire un avenir meilleur pour les Africains.
Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.
SOURCE
African Energy Chamber

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire