Que gagne l’opposition en Côte-d’Ivoire à légitimer Alassane Ouattara ?

Par Tapé Groubera

Le 6 août 2020, Alassane Dramane Ouattara (ADO), après deux mandats successifs, annonça sa candidature pour les élections présidentielles d’octobre 2020. Cette candidature violait la Constitution ivoirienne du 8 novembre 2016, en ses articles 55 et 183. Puisque cette violation ne fut pas acceptée par les IVOIRIENS et M. Alassane Dramane OUATTARA et son régime eurent recours à la violence pour parvenir à leurs fins. Mais ce sera finalement à l’opposition que reviendra ce rôle de légitimer Alassane Dramane OUATTARA et son régime RDR/RHDP. Pourquoi ?

1. ET BÉDIÉ RENCONTRA ADO.

Pour sa candidature illégale et illégitime Alassane Dramane OUATTARA et son régime vont recruter des miliciens qui vont attaquer les manifestants aux mains nues sur presque tout le territoire national. Et le lundi 9 novembre 2020, le comble est atteint par la décapitation, à Daoukro de N’GUESSAN Toussaint. Les miliciens d’Alassane Dramane OUATTARA iront jusqu’à utiliser sa tête comme un ballon de football.[1]. En plus de la nort de N’GUESSAN Toussaint, on dénombre officiellement 84 morts et plus de 300 blessés parmi les manifestants opposés au troisième mandat illégal et illégitime. La mort attroce de N’GUESSAN Toussaint mis monde entier en émoi. Et Alassane Dramane OUATTARA et son régime (Sans oublier leurs mandants le président français Emmanuel MACRON et son ministre des affaires étrangères de l’époque, M.Jean-Yves LEDRIAN.), étaient aux abois. Et l’opposition ivoirienne conduite par le président Henri Konan BÉDIÉ bénéficiait d’une légitimé populaire des ivoiriens dans leur grande majorité. Rappelons que M. Henri Konan BÉDIÉ ancien chef de l’Etat, est le président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), le plus vieux parti de la Côte d’Ivoire, implanté presque partout. En plus, la décapitation de N’GUESSAN Toussaint, à Daoukro, fief du président Henri Konan BÉDIÉ,

lui conférer un poids supplémentaire de légitimé internationale. Mais contre toute attente, le mercredi 11 novembre 2020, les IVOIRIENS apprennent par la presse que le président BÉDIÉ a décidé de rencontrer, à l’hôtel du Golf, Alassane Dramane OUATTARA. [2]. Les IVOIRIENS sont désabusés.

Le président Henri Konan BÉDIÉ dira que cette rencontre a permis de « briser le mur du silence » . En réalité, cette rencontre permis à M. Alassane Dramane OUATTARA et son régime de reprendre de la main.

Les IVOIRIENS assassinés et blessés par les miliciens du parti au pouvoir ne feront même pas parti des discutions de la rencontre du 11 novembre 2020. Pire, ceux qui furent emprisonnés seront également ignorés. Finalement, la question qu’on se pose est : pourquoi le président Henri Konan BÉDIÉ a rencontré M. Alassane Dramane OUATTARA ?
Que gagna les IVOIRIENS ? Rien. Sinon le départ de la légitimation de M. Alassane Dramane OUATTARA et son régime.

2. ET GBAGBO, À SON RETOUR, RENDU UNE VISITE FRATERNELLE À ADO

Le président Laurent GBAGBO fut déposé par la France, le 11 avril 2011 pour été remplacé par M. Alassane Dramane OUATTARA. Il sera par la suite, déporté à la CPI, le 30 novembre 2001, par M. Alassane Dramane OUATTARA et son régime. Il sera suivi par son ministre Charles BLÉ GOUDÉ, le 22 mars 2014. Après un procès de 282 jours au cours duquel 82 témoins se sont succédés, le président GBAGBO et son ministre BLÉ GOUDÉ furent acquittés le 15 janvier 2019 par Chambre de 1ère instance. Et le 31 mars 2021, ils furent acquittés définitivement. Bien que M. Alassane Dramane OUATTARA ait annoncé officiellement, le 7 avril 2021 que « l’ancien président GBAGBO et M. Charles BLÉ GOUDÉ pouvent rentrer quand ils le souhaitent”, Alassane Dramane OUATTARA va créer des obstacles à l’obtention de leur passeport de citoyen IVOIRIEN. Le président GBAGBO fut obligé de se rendre lui-même, le 28 juillet 2020 à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Bruxelles pour faire sa demande de passeport ivoirien [3].

Et c’est finalement le 4 décembre 2020, que M. Alassane Dramane OUATTARA consentit à remettre, et le passeport diplomatique et le passeport ordinaire au président GBAGBO [4].
Le 17 juin 2021, le président GBAGBO rentra, seul, en Côte d’Ivoire. Son codétenu, Charles BLÉ GOUDÉ lui, resta à La Haye.Car M. Alassane Dramane OUATTARA refusa de lui remettre son passeport de citoyen IVOIRIEN. Le 27 juillet 2021, soit un peu plus d’un mois après son arrivée en Côte d’Ivoire, le président Laurent GBAGBO rencontra le chef de l’Etat Alassane Dramane OUATTARA au palais au présidentiel. La rencontre fut cordiale, les rivaux d’hier se firent des accolades, marchant main dans les mains. Le président GBAGBO parlera d’une rencontre fraternelle. À la conférence de presse, le président GBAGBO demanda au Chef de l’Etat, Alassane Dramane OUATTARA de libérer les prisonniers politiques militaires, emprisonnés depuis 2011. Mais jusqu’à ce jour rien n’y fit. Même Charles BLÉ GOUDÉ n’obtiendra pas son passeport (pourtant établi le 19 juillet 2021. (Ce fut finalement, le 30 mai 2022, après 11 mois de violation de ses droits de citoyen IVOIRIEN qu’il l’obtient enfin). Cette fois encore c’est, M. Alassane Dramane OUATTARA qui est légitimité.

3. L’OPPOSITION PARLEMENTAIRE PLÉBISCITA LE CANDIDAT DU POUVOIR (RDR/RHDP.)

Le 21 septembre 2020, le président Henri Konan Bédié, au nom de l’opposition lança la désobéissance civile pour protester contre le troisième mandat illégal de M. Alassane Dramane OUATTARA [5]. Messieurs Henri Konan BÉDIÉ et Pascal Affi N’GUESSAN , retenus comme candidats par le conseil constitutionnel, refusèrent de canditater aux élections présidentielles du 22 octobre 2020. M. Alassane Dramane OUATTARA n’en que cure. M. KONAN Kouadio Bertine (KKB) servira à légitimer la candidature illégitime de M. Alassane Dramane OUATTARA. Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, cette élection se soldera par la mort de 85 ivoiriens dont un décapité. Subitement, l’opposition qui boycotta les élections présidentielles, décida de participer aux élections législatives. Notamment le PDCI de Henri Konan BÉDIÉ et le FPI de GBAGBO ou FPI-Gor (devenu PPA-CI). Le parti au pouvoir récolte 138 députés, pendant que l’opposition eut 91. Là encore, M. Alassane Dramane OUATTARA et son régime se sont frottés les mains.
Le samedi 7 mai 2022, décéda le président de l’assemblée nationale ivoirienne, M. Amadou Soumahoro. Et le mardi 7 juin 2022 dernier, il était question de remplacer le président défunt. Il y avait deux candidats : M. Adama BICTOGO pour le parti au pouvoir (RDR /RHDP) opposé à M. Jean-Michel AMANKOU de l’opposition (PDCI). Curieusement, l’opposition parlementaire composée du PDCI d’Henri Konan BÉDIÉ (63 députés), le PPA-CI de Laurent GBAGBO (18 députés) et EPB (Ensemble Pour Bàtir) d’Affi N’GUESSAN et Mabri TOUAKEUSE , 10 députés, ont appelé, dans une déclaration publique, à voter le candidat de M. Alassane Dramane OUATTARA au détriment de celui de l’opposition. Ce fut un plébiscite. M. Adama BICTOGO recueilli 237 voix sur 248, soit 97%. Est-ce une manière de remercier le chef de l’Etat M. Alassane Dramane OUATTARA d’avoir, enfin remis, après 11 mois le passeport du citoyen IVOIRIEN Charles BLÉ GOUDÉ ?

CONCLUSION

Pourquoi l’opposition ivoirienne, depuis le troisième mandat illégal de M. Alassane Dramane OUATTARA, légitime -t-elle ce dernier et son régime ? Déjà le 11 novembre 2020, après l’assassinat de 85 ivoiriens, dont un décapité, M. Henri Konan Bédié rencontra Alassane Dramane OUATTARA. Seul Alassane Dramane OUATTARA bénéficia de cette rencontre. En mars 2021, l’opposition, après le boycott des présidentielles, décida de participer aux élections législatives. Faisant fi des 85 morts, des blessés et surtout des 500 personnes emprisonnées lors du boycott des élections présidentielles. Deuxième légitimation. Le 27 juillet 2021, avec cet acquittement historique, l’ancien président M. Laurent GBAGBO rendu visite au palais présidentiel au Chef de l’Etat, M. Alassane Dramane OUATTARA. Troisième légitimation. Et enfin, le 7 juin 2022, l’opposition parlementaire appela à voter le candidat du pouvoir. Quatrième légitimation. Mais, que gagne, en retour l’opposition dans tous ces actes qu’elle pose ?

M. Charles BLÉ GOUDÉ nous a appris tout récemment que l’opposition et le pouvoir, c’est une affaire de « famille ». Pourquoi dans ces accords familiaux, seuls M. Alassane Dramane OUATTARA et son régime sont toujours les bénéficiaires ? Ou bien l’opposition gagne, mais caché au IVOIRIENS. Dans ce cas, nous disons que les affaires familiales sont bien gardées en Côte d’Ivoire.

L’HISTOIRE EST LE TRIBUNAL DES PEUPLES

Fait le 10 juin 2022

Tapé GROUBERA, President du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (moraf)
Auteur du livre CES AFRICAINS ENNEMIS DES AFRICAINS.
Mail :moraf.afrique@gmail.com

RÉFÉRENCES
[1] https://www.google.com/amp/s/amp.observers.france24.com/fr/20201111-cote-ivoire-daoukro-manifestation-opposition-horreur-homme-decapite
[2] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/11/cote-d-ivoire-premiere-rencontre-entre-alassane-ouattara-et-henri-bedie-depuis-le-debut-de-la-crise-politique_6059394_3212.html
[3] https://www.jeuneafrique.com/1021837/politique/laurent-gbagbo-introduit-une-demande-de-passeport-pour-rentrer-en-cote-divoire/
[4] https://www.wakatsera.com/belgique-laurent-gbagbo-recoit-ses-passeports-et-envisage-de-rentrer-en-decembre/
[5]https://information.tv5monde.com/video/cote-d-ivoire-henri-konan-bedie-lance-un-appel-la-desobeissance-civile

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

2 commentaires sur “Que gagne l’opposition en Côte-d’Ivoire à légitimer Alassane Ouattara ?

  1. Tapé GROUBERA,
    il ne vous reste plus qu’à vous tirer une balle dans la tête.

  2. ===== DE COEUR OU DE RAISON ? ======

    Quand la pratique du football n’était pas encore ce qu’elle est aujourd’hui, on ne parlait pas de ligue amateur ou de ligue professionnelle. Tout le monde était confondu dans le même moule. Puis progressivement les joueurs y compris les locaux ont commencé à être rétribués. Modestement certes en comparaison des fortunes brassées aujourd’hui patr certains talents douteux, mais la mise à prix des recrutements, a bouleversé le monde du football. Autres temps autres réalités que beaucoup d’ultras n’ont pu supporter. Certains ont préféré quitté l’arène du football de peur d’être meurtri par les changements de clubs donc de maillots de certaines de leurs idoles.

    Les passages entre l’Africa Sports et l’Asec de certaines vedettes ont été mal vécues par le monde des supporters ivoiriens. Qu’il s’agisse de François Monguehi Guehi, de Obou Arsène, de Serges Maguy, de feu Moukila Bamba Sékou etc.

    Emblèmes des clubs, leur passage chez l’ennemi juré était véritablement une trahison que le cœur ne pouvait accepter ni comprendre !

    Aujourd’hui il semble évident que les avantages
    liés à un contrat professionnel offert à un footballeur, peuvent justifier raisonnablement tout transfert ! Sans états d’âme, ce qui reste de supporters au monde sportif, tolère désormais qu’un buteur de l’Africa soit vendu à l’Asec même quand ils sont dans la même ligue et le même division… Pourvu que l’opération se passe régulièrement car tout le monde y gagne. La FIFA au demeurant a bien ficellé les textes et les clubs formateurs vivent désormais de la vente de leurs bons produits…

    Ainsi donc le joueur d’hier qui portait l’âme de la tribu et qui était dépositaire du sacré d’une équipe sportive, devient désormais UN PRODUIT MONNAYABLE et interchangeable à souhait. Tant que cela permet de renflouer les caisses du club. Un business lucratif. Une niche de deals de toutes natures car très incontrôlable surtout lors des 3 ou 4 derniers matchs du championnat, donc bien avant l’ouverture du Mercato… Suivez mon regard !

    La raison a vaincu le cœur mais le cœur a déserté les tribunes !

    Quel lien avec la scène politique ?

    ====== DOCTRINE POLITIQUE ET REALPOLITIK =====

    Il a été Ministre d’Etat. Ministre des Affaires Etrangères, Vice-Président de L’assemblée Nationale, Député de Koumassi et surtout enseignant à l’Université de Côte-d’Ivoire.

    Dans ses premières heures face aux étudiants, on a retenu l’image de l’homme des « Thèses d’avril »…
    Les dernières générations qui l’ont eu comme enseignant citent par contre et bizarrement (lisez son hommage sous Abidjant.net) cette curieuse phrase qui lui était devenue chère « LA PAUVRETE EST CONTAGIEUSE »…

    Comment peut on passer de la déclamation régulière des « Tâches du prolétariat dans la présente révolution », un des textes de référence du Leninisme connu sous le titre de « Thèses d’Avril », paru dans le n? 26 de la Pravda le 7 avril 1917 à la revendication à peine voilée de la nécessité d’une course à l’enrichissement matériel et personnel ?

    Comment peut on passer du statut d’élève fidèle de Vladimir Ilitch Oulianov à un adepte virulent de l’économie ultra libérale ? C’est son droit après tout !

    Avait il entretemps lu et épouser « Free to Choose ou La liberté du choix » du futur NOBEL (1976), Milton Friedman ? C’est vrai que Friedman avait conçu et vulgarisé une théorie du revenu permanent selon laquelle « tout ménage peut déterminer son revenu potentiel en tenant compte de ses revenus passés mais également en anticipant ses revenus futurs »… En clair sans se surcharger dd dépenses imprévisibles et de tous les côcôs ! Je ne saurais le dire. En tout état de cause, on doit lui reconnaître à feu B.M, une certaine liberté d’esprit donc une mobilité intellectuelle et conceptuelle du monde qui ne se donne aucune limites ! Il faut oser le faire…

    Est ce la même démarche qu’on retrouve chez ceux qu’on appelle pompeusement ici L’OPPOSITION ? Ou par contre s’agirait il d’une lecture très ivoirienne du rapport de forces, lecture incarnée par feu Dona Laurent FOLOGO qui stipule de manière docte et sans appel un des enseignements reçus de son Mentor Félix Houphouët-Boigny selon lequel : « La politique est la saine appréciation de la réalité » ?

    ===== LES NOUVEAUX « INTELLIGENTS » =====

    Accusé d’être « un opportuniste qui ne met son linge que là où brille le soleil » le Président Fologo répondra de son vivant de manière tranchée

    « Je dis oui, c’est parce que je suis intelligent. Et si vous mettez votre linge sous la pluie pour qu’il sèche, vous êtes idiots !Vous n’êtes pas intelligents… »

    Il n’est jamais trop tard pour reconnaître sa bêtise et bienvenue aux uns et aux autres dans LA GRANDE FAMILLE !

    Personne ne nait donc avec un maillot vert rouge ou bleu rouge au berceau ! Tout le monde peut intégrer la Maison Jaune et Noir. Surtout quand on voit tous les chantiers réalisés contre vents et marées dont SOL BENI. Et GBORO GBATA qui pointe à l’horizon !

    Personne n’est et ne peut demeuré OPPOSANT DE MÉTIER !

    Seuls les demeurés pleurent…

    En novembre 2018, le président du Parti Républicain de Côte d’Ivoire (PRCI), M. Robert Gbaï Tagro, qui fut un des premiers opposants farouches à Houphouët-Boigny, nous quittait.

    ===== TRAVAILLER AVEC LE POUVOIR =====

    Pour Gbaï Tagro, au soir de sa vie, il était important que l’opposition laisse travailler les élus ! L’opposition doit selon lui être une force de propositions. Mieux en 2014, le Président du RPCI proposera une réforme constitutionnelle afin d’introduire le suffrage indirect via le suffrage des grands électeurs, pour mettre fin aux violences électorales ou post-électorales.

    En obtenant un plébiscite à l’assemblée nationale, il n’est pas interdit que la Côte-d’Ivoire évolue vers une ambiance decrispée sous l’hémicycle et où désormais les propositions de lois feraient l’objet d’une discussion ouverte et sans esprit malsain de partis !

    Un hommage posthume à GBAI TAGRO ?

    En tout état de cause, il fait saluer l’étonnante ascension de BICTOGO l’homme des Tabourets, qui à la surprise générale apparaît désormais comme un homme de consensus, dans de nouveaux habits de RECONCILIATEUR NATIONAL !

    Tiens !

    Dans le long réquisitoire de notre ami Tapé GROUBERA, President du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (excusez du peu d’ambition !), nulle part le mot RECONCILIATION, n’apparaît !

    ====== TRIBUNAL DU MONDE OU TRIBUNAL DES PEUPLES ? ====

    Dans la langue de Goethe, on dit « Die Weltgeschichte ist das Weltgericht ». Que l’ami DADI ZOHI m’excuse si je mélange les mots..

    « L’histoire du monde est le tribunal du monde » !

    L’aphorisme philosophique est de Friedrich von Schiller, même si c’est Georg Wilhelm Friedrich Hegel qui l’a rendu accessible au grand nombre.

    F.V. SCHILLER met en dualité l’espérance et la jouissance.

    « Deux fleurs s’épanouissent pour le chercheur qui sait comprendre : Elles ont nom : espérance et jouissance. Quiconque a cueilli l’une de ces fleurs, Qu’il ne convoite point sa sœur ! Que jouisse celui qui ne peut croire. La leçon est vieille comme le monde. Que celui qui peut croire, s’abstienne. L’histoire du monde est le tribunal du monde ».

    Nous sommes ici dans un contexte religieux. Les apprentis politiciens eux avec cette légèreté de la récupération qu’on leur connait, ont transformé cette pensée en une autre affaire qui aujourd’hui est transcrite en « histoire des peuples ! ». Une sorte de Tribunal où seraient convoqués les opposants ayant déserté la lutte armée et la révolution populaire car on ne peut être au Restaurant (jouissance) et dans le combat (abstinence) !

    Renaissance de l’Afrique ils ont dit !

Laisser un commentaire