Lettre ouverte à M. le Premier Ministre: A quand le bitumage de la route Jacqueville-Toukouzou Hozalem ?

A Monsieur le Premier Ministre de Côte d’Ivoire, Monsieur Patrick Achi:

Monsieur le Premier Ministre :

Permettez tout d’abord que je vous félicite pour le travail de titan que vous abattez dans diverses régions de la Côte d’Ivoire. Et à ce propos, je tiens plus particulièrement à applaudir le développement structurel que vous avez apporté à votre région natale ces dernières années. En tant qu’Ivoirien, je ne puis que me réjouir de voir la Côte d’Ivoire en chantier. En tant que fils de Jacqueville, je demeure reconnaissant au gouvernement de ce que le pont de Jacqueville, commencé par le Président Gbagbo, et dont les travaux furent interrompus du fait de la guerre, ait enfin vu son achèvement sous le Président Ouattara.

Cependant, Monsieur le Premier Ministre, je suis peiné de voir que l’effervescence structurelle que connaît la Côte d’Ivoire peine à prendre sérieusement pied dans la région de Jacqueville. Voici presque deux ans déjà, le 22 octobre 2020, à un jet de pierres des dernières élections législatives, que vous donniez aux populations des 3A (Alladian, Ahizi et Avikam) l’espoir de voir enfin le bitume arriver chez elles pour permettre que leurs activités économiques prennent de l’essor et que leurs conditions de vie changent de façon notable.

Ce jour-là, vous lanciez, en compagnie des élus de la région de Jacqueville et d’une foule légitimement en liesse, les travaux de bitumage de l’axe Jacqueville-Toukouzou Hozalem. Ce jour-là, les populations de la région qui fournit à la Côte d’Ivoire son énorme richesse gazière et pétrolière voulurent enfin croire qu’elles aussi bénéficieraient de la croissance ivoirienne mentionnée dans les discours officiels et dans les journaux, et que, pour elles, le concept n’était pas que théorique, mais ancré dans leur vécu quotidien.

Or voici que depuis ce fameux jour du 22 octobre 2020, voici qu’après les législatives de 2020, se tut tout discours autorisé de cette route tant espérée et s’évanouirent les espoirs des peuples des 3A. Et les Alladians, les Ahizis et les Avikams s’en retournèrent prendre dans leurs poumons la poudre ocre et dans leurs os les secousses létales de ce misérable sentier qui traverse leurs hameaux cachectiques, et que, pour exorciser leur peine et leur impuissance, ils ont si artistiquement baptisé « route méningite ». Et depuis ce jour-là, nous arrivèrent aussi toutes sortes de folles supputations sur les conditions pour nos parents de voir le bitume un jour chez eux.

Certains essayèrent de nous convaincre que seul un premier ministre des 3A réussirait cet exploit. D’autres rumeurs affirmèrent que les résultats des dernières élections présidentielles auraient créé une suspicion généralisée à l’égard des 3A. Nous, qui croyons en l’impartialité de l’Etat et en la justesse de ses institutions, refusons de prêter attention à ces appréciations qui conditionneraient le développement des 3A à un chantage antidémocratique.
Monsieur le Premier Ministre, les peuples des 3A osent croire en la sincérité du geste qu’au nom du gouvernement de Côte d’Ivoire vous avez posé le 22 octobre 2020, et refusent de conjecturer qu’il n’était rien d’autre qu’un artifice électoraliste.

Respectueusement vôtre,
Martial Frindéthié, citoyen ivoirien, fils de la région des 3A, qui attend désespérément que se concrétise la promesse gouvernementale du 22 octobre 2020.

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction