Législatives françaises: La secrétaire d’Etat Justine Bénin battue en Guadeloupe

La Secrétaire d’État à la mer, Justine Benin, a été battue samedi au second tour des législatives dans la 2e circonscription de Guadeloupe, avec 41,35 % des voix derrière Christian Baptiste (DVG), soutenu par la Nupes, élu avec 58,65 % des voix, a annoncé la préfecture de Guadeloupe dans un communiqué. Décalage horaire oblige, les Français des territoires d’Outre-mer et de l’étranger ont commencé à voter samedi pour le second tour des élections législatives.

Mme Benin, députée sortante, jouait son poste au gouvernement lors de ce scrutin. L’exécutif avait rappelé en amont du vote qu’en cas d’échec aux législatives le ministre candidat devrait quitter le gouvernement conformément à une règle non écrite mais déjà appliquée en 2017 par M. Macron. Interrogée après son échec par la radio RCI sur son avenir au sein du gouvernement, Mme Benin a indiqué samedi soir qu’ « en l’état actuel des choses [elle n’avait] pas encore eu de réponse à cela » et devrait être fixée « d’ici lundi ».

Christian Baptiste a déclaré de son côté dans les médias locaux que « l’intérêt de la Guadeloupe n’est pas de rester dans une politique verticale et brutale d’Emmanuel Macron ».

Trois des quatre députés élus en Guadeloupe – Olivier Serva, Christian Baptiste et Elie Califer – étaient soutenus par l’alliance des partis de gauche Nupes lors de ce scrutin, marqué par une abstention très forte avec moins de 28,23 % de participation, contre 30,65 % en 2017.

Dans la première circonscription, le député sortant, Olivier Serva, ex-LREM et soutenu par LFI pour le deuxième tour, a été élu avec 74,04 %. Il souhaite créer « un groupe outremer à l’Assemblée Nationale » et « défendre la réintégration des soignants suspendus ».

Dans la troisième circonscription, le candidat du Rassemblement national, Rody Tolassy, n’a pas réussi à décrocher un mandat de député alors que c’est dans l’archipel que Marine Le Pen avait remporté son meilleur score (près de 70 %) lors du deuxième tour de l’élection présidentielle.

Avec environ « 1 000 voix d’écart » grâce à « une alliance républicaine locale » selon les médias locaux, le député sortant Max Mathiasin, arrivé en deuxième position au premier tour, l’emporte donc finalement lors de ce second tour (52,12 % des voix). Ce dernier a salué dans les médias locaux la mobilisation d’ « un front de Guadeloupéens ».

Avec AFP/LeParisien.fr

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire