Forum international en Lybie – Méambly va ‘’vendre’’ la Côte-d’Ivoire

Le Président directeur général (PDG) du groupe Méambly, Evariste Tié Méambly Édouard, à l’instar des gouvernants, est engagé à soutenir son pays, la Côte d’Ivoire, à se développer.

Président de la promotion Exécutive Master of Business Administration (EMBA) 2021-2022 du Centre de valorisation professionnelle de Tunis (CVPT), il prépare actuellement un Doctorat Business Administration (DBA) au sein cet institut tunisien.

Ainsi sera-t-il au nombre des personnalités qui prendront part, du 28 au 29 juin 2022, au Forum international Misurata pour les zones franches en Lybie. Ce forum qui aura pour thème ‘’Rôle des assurances et des banques dans le soutien et le développement du système commercial international’’, sera le rendez-vous des acteurs de l’économie africaine et internationale et une belle opportunité pour le Doctorant Méambly de poursuivre son offensive à travers tout le continent africain en vue d’attirer les investisseurs libyens et maghrébins en Côte d’Ivoire.

Après l’Afrique du sud ; le Rwanda et la Tunisie, il s’agira, en effet, pour lui de renforcer la coopération et étendre les champs de partenariat entre la Côte d’Ivoire et la Libye, augmenter les performances de financement interafricain et créer un réseau de coopération avec les institutions ivoiro- libyennes. « Ma priorité aujourd’hui, c’est de profiter de toutes les occasions afin d’attirer le plus possible d’investisseurs de l’extérieur en Côte d’Ivoire, pour tenter de résoudre les problèmes récurrents liés à l’emploi des jeunes, au chômage, à l’autofinance alimentaire avec leurs corollaires que sont la délinquance juvénile et surtout l’immigration clandestine. Les pays maghrébins ont une forte potentialité autant que notre pays la Côte d’Ivoire qui est la plateforme tournante, la locomotive de l’Uemoa », a soutenu l’ex-député et président de groupe parlementaire, dans une communication qui nous est parvenue, ce mardi 21 juin 2022.

Ce forum permettra également à M. Méambly de sensibiliser les acteurs de l’économie africaine et les décideurs sur les opportunités qu’offre l’affacturage. Mis en pratique dans seulement 5 pays africains pour environ 1% de part du marché mondial sur un marché en croissance mondialement (+13,5% en 2021), l’affacturage ou factoring présente, selon l’ancien président du Conseil régional du Guémon, de nombreux avantages tant pour les exportateurs africains que pour les importateurs. Ces avantages concernent entre autres l’amélioration du fonds de roulement grâce au règlement plus tardif des dettes, le paiement sur des comptes locaux sans frais bancaires supplémentaires, la possibilité d’acheter des biens en utilisant des conditions de compte ouvert pratiques, l’augmentation du pouvoir d’achat sans recourir aux lignes de crédit existantes.

L’affacturage permet également l’augmentation du chiffre d’affaire en offrant des conditions de paiement flexibles, la protection contre les pertes de crédit sur clients, la disponibilité de liquidités pour augmenter et améliorer le fonds de roulement ainsi que la fluidité des échanges de marchandises et de services entre les pays.

Aussi le groupe Méambly, qui a déjà à son actif plusieurs contrats avec des partenaires internationaux, entend-t-il, avec l’appui de ces derniers ainsi qu’avec les décideurs, œuvrer à la promotion de cet outil sur le continent et mettre en place une institution d’affacturage pour booster les économies nationales africaines. D’autant plus que le volume d’affacturage dans le monde est prévu atteindre les 12 500 milliards de F Cfa d’ici à 2030. « Nos Etats mériteraient de créer un environnement juridique et réglementaire propice au développement des moyens innovants de financement direct de nos entreprises, notamment le leasing ou crédit-bail, mais plus particulièrement l’Affacturage ou le Factoring. Le groupe Méambly souhaiterait sceller avec des institutions financières et partenaires de la Libye, un partenariat ‘’Win-Win’’ pour la création d’une institution d’affacturage », a requis le doctorant Méambly, qui va croiser les réflexions lors de son panel avec Tarik Elmallushi, expert financier dans l’industrie bancaire ; Naji bin Talib, Directeur général (Dg) de Malath Insurance consulting ; Dr Magdi Al Shaibani, Conseiller technique du gouverneur de la banque centrale de Lybie et Ali A-Raqi, président de la Fédération libyenne des assurances.

Depuis le lancement du Doctorat en administration des entreprises du Cvp, en mai dernier, à Abidjan, l’homme d’affaires multiplie les conférences en Afrique où il ‘’vend’’ le factoring comme une alternative au développement du commerce interafricain. Il prépare d’ailleurs l’écriture tutorée d’une thèse sur cette solution qui sera présentée en décembre 2023.

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire