État espagnol – 29 et 30 juin: Le sommet de résurrection de l’OTAN

Les 29 et 30 juin aura lieu à Madrid le sommet de l’OTAN, dont l’objectif est d’approuver ce qu’ils appellent le nouveau concept stratégique 2022. L’alliance militaire impérialiste prévoit d’augmenter toutes ses capacités militaires, qu’elles soient nucléaires, conventionnelles ou cybernétiques. L’OTAN, l’appareil impérialiste contre les peuples, se réarme pour la confrontation militaire, contre des acteurs étatiques ou non étatiques, dans n’importe quelle région du monde.

L’invasion russe de l’Ukraine a créé le contexte parfait pour la résurrection de l’OTAN. Les rôles ont changé depuis 2019, lorsque le président français Emmanuel Macron a affirmé que le bloc était dans un « état de mort cérébrale ». Même la Finlande et la Suède, traditionnellement partisanes du non-alignement militaire, ont appelé à l’adhésion, avec des niveaux de soutien très élevés parmi leurs populations. L’attaque impérialiste russe a commencé sous le prétexte de « finlandiser » l’Ukraine et se terminera par l’entrée de la Finlande dans l’OTAN. C’est un coup de maître de Poutine, qui huile l’outil de l’impérialisme américain pour agir comme un gendarme mondial, comme il l’a fait en Irak, dans les Balkans, en Somalie, en Libye et en Afghanistan. De la défense des peuples contre toute agression impérialiste, nous exigeons la dissolution de l’OTAN. Comme nous faisons appel au « Non à Poutine » et au « Soutien total à la résistance du peuple ukrainien ».

Le sommet de Madrid discutera de ce nouveau concept stratégique, qui devrait actualiser ce qui a été adopté lors du sommet de Lisbonne en 2010. Elle le fait après une décennie qui a commencé par l’intervention en Libye et s’est terminée par la guerre en Ukraine, en passant par le retrait humiliant des États-Unis et de leurs alliés d’Afghanistan, la montée en puissance militaire de la Chine et les cyberattaques.

Le sommet de l’OTAN devrait également servir à moderniser les arsenaux nucléaires, en y introduisant l’intelligence artificielle et de nouveaux prototypes. Les organisations antimilitaristes sont parvenues l’an dernier à faire approuver par l’Assemblée générale des Nations Unies le traité d’interdiction des armes nucléaires, qui n’a été signé par aucun pays qui en possède et par le gouvernement espagnol, qui se proclame « le plus progressiste de l’histoire ».

Aujourd’hui, le PSOE commémore le 40ᵉ anniversaire de l’entrée de l’Espagne dans l’OTAN grâce à la trahison et aux manœuvres de Felipe González par un référendum piège qu’il a réussi à gagner de justesse. Si à l’époque, c’était le PSOE qui avait trahi ses engagements, aujourd’hui c’est le « nouvel espoir » de IU et Podemos, Yolanda Díaz, une militante du PCE, qui pourrait être la vedette de son propre « OTAN, au départ non », et participer au sommet. Aux portes du congrès du PCE, il y a un climat nerveux

Mais au-delà de la question de savoir qui veut être sur la photo, le « gouvernement le plus progressiste de l’histoire » continue de suivre de près l’impérialisme américain en matière de sécurité et de défense. Le 28 décembre de l’année dernière, ils ont discrètement approuvé la nouvelle stratégie de sécurité nationale. Le document qui régit la politique de sécurité pour cinq ans indique que « l’alliance stratégique de l’Espagne avec les États-Unis est fondée sur une relation de confiance mutuelle avec des dimensions politiques, économiques, culturelles et militaires ». Il ajoute : « L’Espagne, membre de l’UE et de l’OTAN, soutiendra la coopération entre les deux organisations en tant qu’axe central de la sécurité collective face aux grands défis mondiaux ». Le 28 décembre, le Congrès a approuvé le budget général de l’État avec une augmentation record des dépenses militaires. Le Centre Delàs d’études sur la paix a dénoncé le fait que le « gouvernement le plus progressiste » avait établi un record absolu de 22 796 millions d’euros : 1 euro sur 5 dépensé par l’administration centrale. L’augmentation de 16,2 % des investissements dans l’armement est spectaculaire. Sans parler des autorisations d’exportation d’armes espagnoles vers l’Arabie saoudite, qui les utilise pour commettre des crimes de guerre au Yémen, comme l’a démontré le centre lui-même, en collaboration avec Amnesty International et d’autres ONG. Lors de l’événement marquant les 40 ans d’adhésion à l’OTAN, M. Sánchez s’est engagé à augmenter les dépenses militaires auprès du secrétaire général Stoltenberg.

Que personne qui soutient ce gouvernement ne vienne nous donner des leçons de pacifisme ou d’anti-impérialisme. Ensuite, qu’ils cessent de se remplir la bouche de proclamations sur les dépenses sociales. Le gouvernement PSOE-IU/Podemos est subordonné, comme tout le monde, aux États-Unis et à l’OTAN et dilapide les ressources publiques qui devraient être utilisées pour les retraites, la santé et l’éducation pour augmenter les dépenses militaires.
Dissolvez l’OTAN, les bases dehors !

19 juin 2022

Cristina Mas
Lucha Internacionalista (État espagnol)

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Share:
blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire