Ukraine et crise des énergies envoient l’euro à son plus faible niveau jamais vu en 20 ans

L’euro est à son plus bas niveau depuis près de vingt ans face au dollar et au rouble russe – La vulnérabilité énergétique de l’UE mise au grand jour par la guerre en Ukraine et la riposte de la Russie face aux sanctions occidentales [réduction des livraisons de gaz], ont causé une envolée des prix du gaz qui pèse lourdement sur l’euro.

Le Monde avec AFP

La monnaie unique européenne a plongé, mardi 5 juillet, à son plus bas depuis près de vingt ans face au dollar, s’approchant de la parité, emportée par les tensions sur l’énergie en Europe provoquées par la guerre en Ukraine.

A moins de 1,03 dollar pour un euro, l’euro évolue à un niveau plus vu depuis la fin 2002, dans ses premiers jours, quand les inconnues étaient encore multiples sur la nouvelle devise. Désormais, ce sont les risques causés par l’invasion russe de l’Ukraine et l’envolée des prix du gaz qu’elle provoque, qui pèsent sur l’euro.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La zone euro au bord de la stagflation
La banque centrale d’Allemagne a, par ailleurs, exprimé des doutes, lundi, à l’égard du projet de la BCE visant à limiter les écarts entre taux d’emprunts des différents Etats de la zone euro et ainsi le risque d’une nouvelle crise de la dette.

Sur le marché obligataire, les taux des emprunts des Etats en Europe, très volatils ces dernières semaines, restaient stables après leur forte hausse lundi.

Maîtriser la hausse des prix sans porter un coup fatal à l’économie de la zone euro

En plus de la dette des Etats, la BCE fait face au double défi de maîtriser au plus vite la hausse des prix, tout en ne portant pas un coup fatal à l’économie de la zone euro, déjà durement affectée par la guerre en Ukraine et ses conséquences sur les matières premières.

Le prix du TTF néerlandais, référence du gaz naturel en Europe, a atteint 176 euros le mégawattheure mardi, plus du double de son niveau début juin. Avant l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, il évoluait bien en dessous des 100 euros le mégawattheure.

En Norvège, pays qui s’est engagé à augmenter durablement ses livraisons de gaz à l’UE en juin, une grève menace de couper de près de 60 % les exportations à partir de samedi.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La BCE intervient d’urgence pour calmer les tensions en zone euro
La Banque centrale européenne (BCE) a peu de marge de manœuvre pour resserrer sa politique monétaire, puisqu’une hausse des taux risquerait de rendre la dette de certains pays trop lourde à supporter. Dans ce contexte, toute reprise de l’euro doit être vue « comme un rebond de court terme », explique à l’Agence France-Presse (AFP) Fawad Razaqzada, analyste chez StoneX, qui craint que sans changement majeur sur le front ukrainien ou de la BCE, l’euro ne poursuive sa baisse.

A 12 h 45 (heure de Paris), l’euro se repliait de 1,16 % à 1,0299 dollar, après avoir sombré jusqu’à 1,0281 dollar. Depuis le début de l’année, il a perdu 9,4 % face au billet vert.

Avec le monde et AFP

Le rouble est devenu la monnaie la plus performante du monde cette année

S’approchant d’un taux de change à 50 roubles pour un dollar pour la première fois depuis mai 2015, le rouble a atteint mardi 29 juin un niveau historique face au dollar et à l’euro.

Le rouble est devenu la monnaie la plus performante du monde cette année, stimulée par les mesures (notamment l’interdiction aux ménages russes de retirer leur épargne en devises) prises pour protéger le système financier des sanctions occidentales imposées après l’envoi de troupes en Ukraine par Moscou le 24 février.

Au plus haut depuis 2015
Les recettes des exportations de matières premières, la forte baisse des importations et les paiements d’impôts en roubles par les entreprises russes tournées vers l’exportation expliquent également la hausse de la monnaie.

Face à l’euro, le rouble a grimpé de 3 % à 52,89, dépassant les 53 pour la première fois depuis avril 2015.

Un rouble fort depuis la guerre
Avant que la Russie ne lance ce qu’elle appelle une « opération militaire spéciale » en Ukraine, le rouble s’échangeait à près de 80 pour un dollar et 90 contre un euro.

Un rouble fort réduit les revenus que la Russie tire de la vente de produits de base et d’autres marchandises à l’étranger contre des dollars et des euros, et le vice-Premier ministre Andrei Belousov a déclaré ce mois-ci que l’industrie serait plus à l’aise si le taux de change du rouble tombait entre 70 et 80 pour un dollar.

Ouestfrance

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction