Culture – Mal connus, pris pour des Baoulé ou Dioula, les Anoh de Prikro veulent se valoriser à travers un festival

Situé dans le département de Prikro, faisant frontières avec les Agni, les baoulé et les djimini, le peuple Anoh veut se révéler au reste de la Côte d’ivoire. Il veut promouvoir son identité culturelle. Sa science culinaire, ses rites traditionnels, ses us et coutumes, son art traditionnel… Des éléments qui seront à l’honneur à l’occasion du festival dénommé « Anoh festival ». Une initiative de l’Association pour la valorisation de la culture Anoh (Avaca) dirigée par Sara Kouamé. C’est elle qui était face à la presse mardi 5 juillet au siège de Afriksoir.net à Angré Djibi pour annoncer les couleurs. Selon elle, 10 mille personnes, au moins, sont attendues du 25 au 28 août 2022, place Ado de Prikro.

« En effet l’anoh qui est une ethnie de l’Afrique de l’Ouest, vivant en Côte d’ivoire et faisant partie du groupe Akan est très mal connu et assez confondu au Baoulé et à l’Agni », a-t-elle présenté à l’entame de ses propos. Puis la présidente de l’Avaca de décliner les grandes articulations du festival annoncé.
« En plus de mettre en valeur la culture du peuple Anoh, il servira à créer un cadre d’échange et de convivialité entre le peuple Anoh et les autres membres du groupe Akan. Ce festival permettra de mettre en lumière les compétences artistiques et cultuelles du peuple Anoh », a fait entendre Sara Kouamé. Laquelle peut compter sur la mobilisation des cadres et ressortissants de Prikro. Le député de la circonscription, Isaac Adi en compagnie de son collègue d’Attégouakro, Konan Marius ont, tous les deux, apporté leur soutien à la jeune dame. Ils ont, à leur tour, invité les Anoh d’ici et d’ailleurs à s’approprier ce festival, le premier du genre. Le député a promis de mobiliser en plus, ses amis et des sponsors pour que cette fête soit une parfaite réussite.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction