Tabaski: Des prix de moutons allant de 40.000 au Tchad à 500.000 fcfa à Abidjan/Dakar

blank

Les prix du mouton s’envolent à quelques jours de l’Aïd-el-Kébir

Dans un contexte de forte envolée mondiale des cours des matières premières dû à la guerre en Ukraine et de crise alimentaire, les prix des moutons flambent, à quelques jours de l’Aïd-el-Kébir.

En France, où 100 000 moutons sont abattus chaque année, les musulmans s’apprêtent à acheter un mouton qui devra être sacrifié dans un abattoir agréé dans le respect des règles d’abattage rituel propre à l’islam. Et ils devront le payer plus cher que d’habitude. Dans certaines bergeries, les bêtes sont vendues entre 350 et 450 euros en fonction de la race, du poids, de la beauté de l’animal. À ce prix, certains prévoient même de partager le mouton, ce qui est aussi dans la tradition.

En Algérie, un pouvoir d’achat amputé de 50%
Ailleurs, en Algérie, les prix du mouton explosent, créant de fortes tensions. Il faut compter au moins 50 000 dinars pour se procurer un mouton de taille moyenne, soit près de 330 euros. Certains éleveurs vendent même cet ovin à 110 000 dinars, soit 720 euros…
En Tunisie ou encore au Maroc, frappée par la sécheresse, les prix du mouton devrait dépasser ceux de l’année dernière, probablement plus de 300 euros.

Plus de 70.000 têtes de moutons déjà disponibles pour la Tabaski (Ministre)

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Sidi Tiémoko Touré, a annoncé le mardi 5 juillet 2022, à l’abattoir de Port-Bouët, lors du lancement de la foire aux moutons que plus de 70.000 têtes d’ovins sont déjà disponibles pour la tabaski 2022.

A cela s’ajoute, des centaines de bovins qui empêchent même la fluidité de la circulation sur les voies menant à l’abattoir.

«A la date du 25 juin 2022, plus de 70.000 têtes sur 125.000 têtes de bovins et caprins sont déjà dans le pays. D’ici demain ou après-demain, selon les prévisions, le pic sera atteint », a annoncé M. Touré rassurant que tous les fidèles seront servis en caprins et bovins.

Il a rendu un hommage aux acteurs de la filière pour avoir permis le ravitaillement du marché en bétail, malgré les attaques et l’insécurité dans les zones d’élevage des pays fournisseurs.

«La tabaski 2022 se tiendra dans les meilleures conditions avec le bétail ici et dans d’autres endroits », a relevé le ministre.

Le ministre-gouverneur du District autonome d’Abidjan, Robert Beugré Mambé, a précisé que le marché du bétail a atteint à ce jour 90% des besoins de son approvisionnement en bovin et en ovin.

« Au regard des rythmes d’arrivée dans deux ou trois jours, nous allons atteindre la totalité de nos besoins, ce qui va permettre à nos frères musulmans d’acquérir ceux dont ils ont besoin pour faire le sacrifice », a-t-il dit félicitant les opérateurs économiques pour les efforts d’approvisionnement.

Sur place, plusieurs éléments de la police nationale veillent au grain. Certains font des patrouilles à pieds pour assurer la sécurité des sites de commercialisation et pour désengorger les voies d’accès à l’abattoir de Port-Bouët. Des courses poursuites entre les forces de l’ordre et des agresseurs sont régulièrement observées sur le site.

Ce sont entre 15 ou 17 milliards de Fcfa de transaction qui sont effectués chaque année lors de la fête de tabaski. En plus de l’abattoir de Port-Bouët, d’autres parcs à bétail ont été ouverts à Attécoubé, Yopougon, Abobo et Treichville.

La Tabaski ou Aïd-el-kebir qui sera célébrée le samedi 09 juillet 2022 en Côte d’Ivoire, commémore la soumission à Dieu du Prophète Abraham qui était alors prêt à sacrifier son fils unique, Ismaël, sur son ordre. Chaque musulman ayant les moyens doit immoler une bête, notamment un bélier sain pendant cette fête pour perpétuer cet acte d’Abraham.

(AIP)

bsp/tm

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire