Une réunion de haut niveau sur l’avenir du cacao à Accra

Une réunion de haut niveau sur l’avenir du cacao à Accra

Une réunion de haut niveau du Comité économique et commercial de l’initiative Cacao Côte d’Ivoire-Ghana (ICCIG) s’est tenue ce vendredi 08 juillet 2022 à Accra au Ghana, rapporte un communiqué transmis à l’AIP.

Cette rencontre entre le Conseil du café-cacao (CCC) de Côte d’Ivoire et le Cocoa Board (COCOBOD) du Ghana ainsi que les hauts représentants de la chaîne de valeur du cacao vise à établir un dialogue positif, renforcer les relations avec les entreprises de la chaîne de valeur du cacao, en les amenant à s’engager dans la consolidation du mécanisme de fixation des prix, en respectant le Différentiel de revenu décent (DRD).

La rencontre a également pour but de trouver une solution durable au problème du prix du cacao en vue de la mise en œuvre du pacte économique pour un cacao durable.

À l’issue de cette rencontre, il est attendu une déclaration d’intention commune signée de tous les participants attestant de leur engagement à mettre en œuvre les mesures arrêtées.

Les trois dernières années ont été marquées par une intensification des discussions dans le secteur du cacao, notamment en ce qui concerne les revenus des cacaoculteurs entre les deux pays. Ces discussions ont conduit à un alignement des agendas et des ambitions des parties prenantes, publiques et privées.

Aujourd’hui, il existe un consensus clair sur l’objectif d’atteindre un revenu décent pour les cacaoculteurs, condition sine qua non pour surmonter durablement les défis endémiques du secteur.

Le 17 mai 2022, à Abidjan, s’est tenue la première réunion de haut niveau du Comité économique et commercial de l’initiative cacao Côte d’Ivoire-Ghana au cours de laquelle, il a été convenu de prendre des mesures pour consolider le mécanisme des prix et engager les acteurs du secteur privé.

Dans ce contexte, les gouvernements de la Côte d’Ivoire et du Ghana envisagent l’élaboration d’un cadre d’actions communes, avec les principales parties prenantes, appelé « Pacte économique pour un cacao durable ».

Il s’agit d’un engagement renouvelé lié à la vision des chefs d’État de la Côte d’Ivoire et du Ghana de créer un programme de réflexion et d’actions dans lequel le prix obtenu par le producteur est la variable clé de l’équation de la durabilité.

La Côte d’Ivoire et le Ghana représentent à eux seuls 60 % de la production mondiale de cacao.

(AIP)

bsp/tm

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Laisser un commentaire