Damiba aurait « échappé à deux coups d’État » au Burkina

La coordination Nationale pour une Transition Réussie (CNTR) a tenu une Assemblée générale autour du thème « Cohésion sociale et réconciliation nationale dans un contexte sécuritaire difficile », ce jeudi 14 juillet 2022 à Ouagadougou.

La Coordination Nationale pour une Transition Réussie (CNTR) a tenu une Assemblée Générale au cours de laquelle les premiers responsables des régions et arrondissements de Ouagadougou ont adressé un message la paix aux participants.

Pour Pascal Zaïda, le coordinateur du CNTR et ses camarades, l’heure n’est plus aux guerres de clans et la coordination appelle l’ensemble des Burkinabè à adopter des comportements de paix, tout en accompagnant le processus de transition en cours au Burkina Faso.

« Nous allons demander aux gens de cultiver l’esprit de la paix, de l’humilité, du pardon, et surtout du vivre ensemble. Il y a plus de choses qui nous unissent plus que ce qui nous sépare, c’est d’abord l’intérêt supérieur de la nation », indique-t-il.

Cependant, l’homme qui se proclame l’un des pionniers de la lutte en faveur de la réconciliation crie à la marginalisation de sa personne tant bien à l’Assemblée Législative de la Transition (ALT) que sur biens d’autres terrains de la vie politique du Burkina Faso.

« Lorsqu’il y a eu le coup d’État, des gens qui ont créé leurs mouvements deux ou trois mois avant le coup d’État, on dit de mettre Zaïda de côté parce qu’il est MPP, que j’étais contre le coup d’État. Je suis marginalisé. A l’Assemblée, je suis réduit à néant. Mais ce n’est pas un problème, je me bats pour le pays », lance-t-il.

Pour Pascal Zaïda, le mal est profond et l’exclusion dont il fait cas est une réalité, car dit-t-il « il n’y personne qui a parlé de la réconciliation nationale que moi Zaïda. J’ai été le premier à demander le retour de tous ceux qui ont été exilés sur la base de l’insurrection de 2014.

Aujourd’hui on m’a mis de côté. J’ai payé le prix et aujourd’hui cette question est devenue une réalité. Blaise Compaoré est venu à Ouagadougou, il a rencontré des gens, je n’ai même pas été informé que Blaise était à Ouagadougou ».

Pascal Zaïda, le coordinateur du CNTR
Le coordinateur du CNTR, qui a visiblement plein de choses sur le cœur, dit ne pas en vouloir à personne tout en proclamant l’inclusion au Burkina Faso. « J’ai fait dire au président Damiba, nous avons besoin que les élections à venir, il n’y ait pas d’exclusion. Qu’on donne la chance à tous les candidats, le meilleur n’a qu’à gagner.

Une sorte de transition de pouvoir, nous ne sommes pas d’accord », lance-t-il, avant de renchérir, « ça ne va pas ! je vais vous le dire aujourd’hui, du mois de mai à Juin, Damiba a échappé à deux coups d’Etat », révèle Pascal Zaïda sans ajouter de détails.

L’homme qui croit en sa capacité de mobilisation entend désormais passer par des grandes salles de la ville de Ouagadougou et aussi à travers le pays pour prêcher le message de la réconciliation nationale et la paix.

Akim KY

Burkina 24

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire