Crise du blé/inflation mondiale: La BAD octroie 5 millions de dollars au Niger et au Togo pour produire des ivriers supplémentaires

Le don entre dans cadre de Facilité africaine de production alimentaire d’urgence dotée de 1,5 milliard dollars américains que Groupe la Banque a lancée le 20 mai dernier pour renforcer souveraineté alimentaire du continent

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) a approuvé le 15 juillet, à Abidjan, un don de 5,4 millions de dollars américains au Niger pour financer la production agricole. Le don aidera les populations à faire face à la hausse des prix des denrées alimentaires qui flambent sur le marché international du fait de la guerre en Ukraine.

« La guerre en Ukraine a exacerbé la hausse des prix des denrées alimentaires à l’échelle mondiale. Au Niger, la crise a entraîné une réduction de l’approvisionnement et une augmentation des prix des denrées alimentaires essentielles (en particulier le blé et ses dérivés, le sucre, les légumineuses, l’huile de tournesol) », a affirmé John Andrianarisata, responsable-pays du Groupe de la Banque africaine de développement au Niger. « Le Programme de réponse à la crise alimentaire et de soutien d’urgence que finance le Groupe de la Banque se propose de rattraper les déficits alimentaires au Niger à travers un appui aux cultures irriguées qui ont une grande valeur marchande et des qualités nutritives appréciables », a-t-il expliqué.

Le don entre dans le cadre de la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence dotée de 1,5 milliard de dollars américains (https://bit.ly/3PwwAXn) que le Groupe de la Banque a lancée le 20 mai dernier pour renforcer la souveraineté alimentaire du continent. La facilité fournira des semences agricoles à 20 millions de producteurs sur le continent. Les variétés concernées sont le blé, le riz, le maïs et le soja. Elle permettra de produire au cours des deux prochaines années 38 millions de tonnes de nourriture supplémentaires, d’une valeur de 12 milliards de dollars.

Les 5,4 millions de dollars proviennent de la Facilité d’appui à la transition (https://bit.ly/3uTynOj), un mécanisme de financement rapide du Groupe de la Banque africaine de développement et vont permettre au Niger de produire 45 000 tonnes supplémentaires de produits vivriers et aider 88 881 ménages vulnérables, soit 622 000 personnes.

Pour l’exécution du programme, le Groupe de la Banque prévoit notamment l’acquisition et la distribution de semences sélectionnées aux agriculteurs. Ainsi, 200 tonnes de semences de blé, 350 tonnes de niébé, 75 tonnes de maïs, 100 tonnes de riz, 625 tonnes de pommes de terre seront distribuées aux producteurs. Les agents de vulgarisation bénéficieront de formation pour mieux encadrer les producteurs. Par cette intervention, la Banque et le gouvernement du Niger entendent augmenter les rendements agricoles des vivriers de 30 % à 50 %.

La production supplémentaire permettra de subvenir aux besoins des populations vulnérables dans six des huit régions du Niger : Agadez, Diffa, Dosso, Maradi, Tahoua et Zinder.

Le don permettra aussi aux paysans d’utiliser davantage d’engrais subventionnés qui seront mis à leur disposition. Au total, 775 tonnes d’engrais de type NPK (azote, phosphore, potassium), 775 tonnes d’urée et 3 419 litres d’engrais liquide biologique seront mis à leur disposition. Le recours aux engrais chimiques vise à améliorer de façon substantielle les rendements agricoles. Les producteurs concernés par le projet recevront des formations spécifiques sur l’utilisation des engrais.

Le Groupe de la Banque africaine de développement accorde un don de 5 millions de dollars

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) a approuvé, ce 15 juillet 2022 à Abidjan, l’octroi d’un appui budgétaire de 5,39 millions de dollars américains au Togo. L’objectif est d’aider ce pays d’Afrique de l’Ouest à renforcer sa souveraineté alimentaire et la résilience de ses petits producteurs agricoles face aux effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, qui a entraîné une hausse vertigineuse des prix des denrées alimentaires de base, mais aussi des intrants.

« La forte hausse des prix des engrais et la difficulté pour les petits producteurs vulnérables à s’en procurer sont de nature à faire chuter le taux d’utilisation des engrais et à altérer les prochaines productions agricoles », souligne Wilfrid Abiola, responsable pays du Groupe de la Banque africaine de développement au Togo.

Grâce à ce don de la Banque africaine, quelque 25 500 producteurs agricoles, dont 40 % de femmes, vont recevoir 500 tonnes de semences certifiées climato-résilientes et 7 700 tonnes de fertilisants. Ils seront également accompagnés dans la mise en valeur de 25 500 hectares de terres supplémentaires et des informations agro-climatiques leur seront régulièrement diffusées pour les aider à faire face aux effets du changement climatique. Au total, ce sont près de 120 000 personnes qui verront leur sécurité alimentaire et nutritionnelle renforcée.

« L’appui budgétaire qui vient d’être approuvé par notre Conseil d’administration consiste à aider le gouvernement dans ses efforts de soutien aux petits producteurs vulnérables », précise Wilfrid Abiola.

Tout un volet de renforcement des capacités est prévu, au profit d’organismes essentiels au secteur agricole togolais, à l’instar de la Centrale d’approvisionnement et de gestion des intrants agricoles, de l’Institut de conseil et d’appui technique, de l’Agence nationale de sécurité alimentaire et du Mécanisme incitatif de financement agricole.

Le Togo compte ainsi produire 37 500 tonnes de céréales supplémentaires sur deux saisons agricoles – celle en cours et la prochaine.

Afin de faire face aux effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, qui a entraîné une flambée mondiale des prix des denrées alimentaires, le Groupe de la Banque africaine de développement a lancé, le 20 mai 2022, une Facilité africaine de production alimentaire (https://bit.ly/3aLTF9R) d’urgence de 1,5 milliard de dollars. Celle-ci vise à fournir des semences agricoles (blé, riz, maïs et soja) à 20 millions de producteurs à travers le continent.

L’objectif est de produire 38 millions de tonnes de nourriture supplémentaires au cours des deux prochaines années, d’une valeur de 12 milliards de dollars.
Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).

Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB)

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire