Concert à l’Ivoire – Dans un reggae pour riches, Jah Blondy lance des piques et dérange – Des prix de tickets prohibitifs

Musique populaire, musique de revendication, musique des ghettos le reggae était à l’honneur le vendredi 15 juillet 2022 au Sofitel hôtel Ivoire, l’établissement hôtelier classé 5 étoiles. Le monstre sacré de cette musique en Côte d’ivoire, la méga star Alpha Blondy dit Jagger n’a pas ennuyé son public composé de gros bonnets et des autorités du pays. L’événement était en fait taillé pour ceux-là depuis des semaines à grands renforts de publicité. Et ce public très sélect n’a pas boudé son plaisir.
Il fallait débourser entre 50 mille et 150 mille Fcfa pour y avoir une place ! Ce n’était pas donné à tous.

Joint pour avoir une justification de ces coûts de tickets, l’organisateur Augustin Akou de la structure 2A Consulting n’a pas répondu malgré notre insistance. Toujours est-il que le lieu du concert, le prestige de l’hôtel Ivoire sont des indicateurs qui peuvent situer sur ces tarifs du ticket d’entrée, hors de portée des petites bourses.
Ça c’est pour les coulisses. Revenons au concert.

Alpha parcouru son riche répertoire. Tous les pots pourris devenus presque des hymnes y sont passés. Mais il y a ce côté clivant de l’artiste, son côté imprévisible aussi. Jagger s’est offert un show dans le show quand tout de blanc vêtu, képi vissé sur une tête rasée le pied sur un baffle et dans tout son sérieux il envoie des piques à l’Occident et à tous les régimes qui font le jeu de l’impérialisme ambiant. La situation au Mali, la guerre en Ukraine, la nouvelle tension entre le Mali et la Côte d’ivoire. Alpha n’a pas manqué la tribune pour asséner ses vérités au grand dam du premier ministre Achi Patrick et de tous les autres membres du gouvernement présents et visiblement embarrassés par les envolées verbales de l’artiste. Nous sommes bien à un concert de reggae et nous sommes avec l’auteur de « Armée française ! Allez-vous-en ! ».

Sans sourciller un seul instant, il s’offre sept bonnes minutes pour éveiller à sa façon les consciences au-delà de son auditoire d’un soir.

Morceaux choisis et rapportés par nos confrères de Prime Mag :
« La guerre est un business. L’Afrique ne peut pas se payer le luxe de faire la guerre. Toute guerre finit par des négociations. Donc, il serait toujours mieux de commencer par négocier plutôt que de vouloir faire la guerre. C’est ce qu’exprimait le président Félix Houphouët-Boigny quand il disait que le Dialogue est l’arme des forts. Alors, que les autorités ivoiriennes et maliennes mettent balle à terre. Soyons solidaires entre nous Africains. Nous sommes des amis de la France et non leurs sacrifices. Le Mali est libre de choisir ses amis. La Côte d’ivoire peut, elle aussi, décider un jour d’avoir d’autres amis.
Ils n’ont qu’un seul objectif : c’est de mettre les Africains dans cette affaire d’Ukraine et de Russie. L’Union Européenne est au Mali. Un ministre espagnol demande à ce qu’on envoie l’Otan au Mali. L’Onu et l’Otan sont
présents en Somalie, au Congo, dans tous ces pays africains où il y a eu la guerre. Est-ce pour autant que la guerre est finie dans ces pays ? Mais ils y sont toujours parce qu’ils sont financés par des marchands d’armes. Cela, pendant qu’on parle de cherté de la vie.
Que le président Ouattara et les autorités maliennes fassent attention. C’est un piège. Si on n’y prend garde, cela va rejaillir sur nos pays. On pourrait même parler de 3ème Guerre mondiale ».
Ces propos de Jagger surchauffent encore la salle et font monter l’adrénaline. Puis le Solar System enchaîne et enchaîne dans une soirée endiablée que seuls les riches pouvaient s’offrir.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction