Négociations d’une nouvelle « trêve sociale » – Les syndicats publics déposent 345 revendications, dont 88 corporatistes et 257 de gouvernance

Le gouvernement et les syndicats de la Fonction publique de Côte d’Ivoire avaient signé, le 17 août 2017 à Abidjan, des accords en vue d’une trêve sociale d’une durée de cinq ans (août 2022), afin d’instaurer et de maintenir un climat de paix social durable dans le pays; la paix étant un préalable à tout développement.

À travers ces accords, le gouvernement s’était engagé à satisfaire les revendications syndicales. En retour, les organisations syndicales se sont engagées à observer une trêve sociale et à privilégier la voie du dialogue pour apaiser le climat social en vue de favoriser la mobilisation des ressources nécessaires au financement de leurs doléances et revendications.

Après cinq années de mise en œuvre, les deux parties ont jugé globalement satisfaisant le bilan des protocoles d’accords portant revendications et trêve sociale. C’était, le mercredi 22 juin 2022 à Grand-Bassam, à la clôture de l’atelier bilan de ladite trêve.

Au total, les engagements et revendications satisfaits ont coûté à l’État 357, 387 milliards de FCFA. De leurs côtés, les organisations syndicales du secteur public se sont abstenues de grèves, dans l’ensemble.

Au vu de ce résultat positif, le Premier Ministre Patrick Achi a lancé, le jeudi 30 juin 2022 à Abidjan, les négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux sur la nouvelle trêve sociale et sur les revendications nouvelles des syndicats.

À cette occasion, le Chef du gouvernement ivoirien a rappelé que la trêve sociale n’est ni un renoncement aux ambitions légitimes de progrès sociaux des travailleurs ni la privation de l’expression naturelle des revendications syndicales. Elle est, en réalité, un processus de maturité civique et de confiance sociale qui permet aux parties de s’engager réciproquement.

Selon le Chef du gouvernement, la nouvelle trêve sociale vise à maintenir un climat social apaisé dans un pays rassemblé, prospère et tourné vers l’avenir. Cette accalmie vise à répondre aux défis de la mobilisation massive des investisseurs privés, du décollage industriel et de la création de richesses et d’emplois durables.

La nouvelle trêve sociale traduit la volonté commune des parties de consolider les importants acquis sociaux et, ainsi, de contribuer au développement du pays.

Aujourd’hui, l’on peut affirmer, sans ambages, que le gouvernement et les acteurs sociaux sont en phase : tous ont compris la nécessité de préserver la paix sociale qui permettra au gouvernement de déployer son programme national de développement, en vue de l’amélioration des conditions de vie des populations. Afin d’atteindre les objectifs de la vision 2030 du Président de la République, SEM Alassane Ouattara, pour « Une Côte d’Ivoire solidaire », le gouvernement a besoin d’un environnement de paix. C’est au regard de cette noble et haute ambition qu’il poursuit ce dialogue inclusif avec les acteurs sociaux à l’effet d’aboutir à une trêve sociale.

Les nouvelles revendications sont au nombre de 345, dont 88 corporatistes et 257 liées à la gouvernance. Il s’agit des revendications communes de tous les fonctionnaires et agents de l’État et de celles spécifiques aux six familles d’emplois des fonctionnaires, notamment les secteurs Éducation et Formation, Scientifiques et Techniques, Administratif, Juridique et Diplomatique, Gestion économique et financière, Affaires sociales, Productions littéraire et artistique.

Source : CICG

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire