Sécheresse – Le Niger provoque des pluies à l’aide de produits chimiques

Plus de 4,4 millions de personnes sont en insécurité alimentaire « sévère » en raison de récoltes insuffisantes. La majorité de la population dépend encore d’une agriculture artisanale.

Le Niger a décidé de provoquer des pluies à l’aide de produits chimiques face à la sécheresse qui a engendré cette année une sévère crise alimentaire dans ce pays aride, a appris, jeudi 25 août, l’AFP auprès des services de la météorologie du pays. Cette technologie de « pluies provoquées » consiste, à l’aide d’un avion, à introduire dans les nuages des produits chimiques, notamment un mélange d’argent, de sodium et d’acétone.

« Il fallait agir sur ce problème de sécheresse » afin d’avoir « beaucoup plus de jours de pluie et augmenter par la même occasion la quantité des pluies », a expliqué Katiellou Gaptia Lawan, directeur de la météorologie nigérienne, qui pilote l’opération avec le consortium malien Ibi Air.

Episode 6 Le niébé, un haricot à fort potentiel pour les paysans d’Afrique
Il souligne qu’il y a au Niger « beaucoup de séquences sèches prolongées qui perturbent le développement des cultures et des pâturages ». Selon lui, les interventions ponctuelles doivent donc cibler essentiellement des zones de cultures ou de pâturage, lorsque celles-ci connaissent « de longs répits pluviométriques ».

L’ouest du pays, dont la région de Niamey, a bénéficié des premières interventions début août, après plusieurs semaines sans pluies. L’opération se poursuivra jusqu’à fin septembre, période habituelle de la fin de la saison des pluies au Niger.

Sécheresse et inondations
Le climat dans ce pays est de type sahélien, caractérisé par une longue saison sèche de huit à dix mois et une courte saison des pluies qui dure de trois à quatre mois, de juin à septembre. Le nombre de jours de pluie varie du nord au sud, avec une pluviométrie annuelle comprise entre moins de 100 mm, essentiellement dans le Nord, et 700 à 800 mm.

Toutefois, des inondations ont récemment affecté le nord désertique en raison du dérèglement climatique, selon les autorités nigériennes. Parallèlement à la sécheresse dans plusieurs régions, d’autres sont affectées par de graves inondations qui ont fait 53 morts, 87 942 sinistrés et 74 blessés, selon un dernier bilan officiel.

Episode 2 Article réservé à nos abonnés La Nigérienne Mariam Kamara, étoile montante de l’architecture en Afrique
En raison de la sécheresse et des violences djihadistes qui ont empêché les paysans de cultiver leurs champs, le Niger est frappé cette année par une grave crise alimentaire. Selon le gouvernement, plus de 4,4 millions de personnes sont en insécurité alimentaire « sévère », soit environ 20 % de la population. Le taux de malnutrition aiguë chez les enfants risque d’être de 12,5 %, dépassant le seuil d’urgence de 10 % fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Plus de 80 % des Nigériens vivent d’une agriculture artisanale fortement tributaire des pluies, et le pays compte plus de 52 millions de têtes de bétail, selon le ministère de l’agriculture et de l’élevage.

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

Le Monde avec AFP

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire