Bendjo a-t-il scellé le sort de Tidjane Thiam pour 2025 ?

Réuni jeudi 8 septembre 2022 avec le comité de pilotage du bureau politique en vue de la préparation du congrès prochain, le président du PDCI, Henri Konan BEDIÉ a invité les cadres à une synergie d’actions afin de relever les défis attendus par les militants et sympathisants du parti, vu que le parti est en perte de vitesse sur tout le territoire national.

Le peu de crédibilité qui lui restait dans le V Baoulé est en train de « Vaporiser » avec l’échec de Jacques Koffi MANGOUA aux élections partielles législatives tenues à Bodokro dans le département de Botro.

Branle-bas au PDCI après son échec dans un de ses bastions électoraux

Le doute s’installe à la place du peu d’espoir qui restait encore dans la région du V Baoulé. En effet, la triste réalité pour le PDCI qui est par ailleurs une réalité absolue et citoyenne de prise de conscience qu’il faut d’ailleurs louer et saluer, c’est que les populations ont opté pour le DÉVELOPPEMENT en lieu et place de « l’ethno-socio-politique ».

Le rêve d’élever, de transformer positivement la Côte d’Ivoire conformément aux vœux du père de la nation, feu Felix Houphouët BOIGNY pour la postérité, est en train d’être réalisé par l’un de ses « fils » dont il est fier de là où il se trouve. Cependant, au lieu de se remettre en question afin de redynamiser le parti avec de nouvelles valeurs, de nouvelles pensées, de nouvelles stratégies, les affidés et les thuriféraires du Président du PDCI continuent de le soutenir dans son avide rêve d’accéder au pouvoir d’Etat au crépuscule de sa vie.

Le triptyque autocratie, népotisme, tribalisme qui caractérise le PDCI sous le Sphinx de Daoukro est aux antipodes du PDCI original visionnaire et stratège. En outre, on peut le dire sans risque de se tromper, tant que le PDCI ne fera pas sa mue en tenant compte de ses échecs et des réalités du moment, il continuera à descendre dans les profondeurs abyssales.

La continuité se fera avec le « Souverain » Bédié en 2025

En effet, c’est dans cette effroyable déconvenue politique électorale et de sa disgrâce auprès des populations que le comité du bureau politique du parti s’est réuni, jeudi, sous l’égide de son Président pour faire l’état des lieux de la décadence dont ils feignent ignorer les causes. C’est à l’issue de cette réunion que l’un des membres du caciquat et financier du parti, Noël Akossi BENDJO, Vice-président et Conseiller spécial chargé de la réconciliation et de la cohésion sociale près du Président Henri Konan BEDIÉ, a affirmé que : « Les cadres du parti ne doivent pas être les fossoyeurs du parti ».

En effet, face aux divers remous de mécontentements, de tensions, de questionnements des militants qui semblent se retrouver dans un cul de sac sans issue et qui veulent une refondation du parti, Akossi BENDJO est sorti de sa réserve pour donner de la voix à tous ceux qui veulent le changement et pensent à la rénovation structurelle. Tous cadres qui y pensent et qui y collaborent sont donc considérés comme des fossoyeurs du parti.

En outre, il s’est adressé subtilement à tous ceux qui espèrent, envisagent et comptent sur la providence de Tidjane THIAM pour sortir le parti des sentiers battus, et de rajouter : « Au PDCI en 2025, il ne s’agira pas d’un homme providentiel pour diriger la Côte d’Ivoire ». Voilà, le décor est planté ! La continuité se fera avec le « Souverain ». N’en déplaise!

Par Idriss DAGNOGO

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

Share:
blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire