Rhdp/Depuis son bastion de l’Ouest l’UDPCI décide « Pas de dissolution à l’ordre du jour »

Le parti guéiiste donne quitus à Mabri pour son nouveau bail avec Ouattara

Depuis l’annonce de son retour au Rhdp devant Alassane Ouattara, le président de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci), parti créé par le général Guéi avant sa disparition en septembre 2002, déborde d’activités. En mission d’explication de ce revirement sur ses bases de l’ouest montagneux, Mabri Toikeusse ne chôme pas depuis le vendredi 16 septembre. Des rencontres avec les chefs traditionnels puis un bureau politique arrangé avant la célébration de l’an 20 du décès du fondateur du parti, à Kabacouma le 19 septembre 2022. Tout est fait avec minutie pour qu’aucune voix discordante ne se fasse entendre. A Kabacouma, des travaux du caveau de Robert Guéi sont entrepris pour lui donner quelque éclat. Au nom du chef de l’Etat, une ambulance a été offerte au centre de santé du village. Des actions de séduction qui n’échappent pas à l’appréciation des populations. Et, on peut l’affirmer, c’est pour l’instant une mission réussie.

C’est un leader heureux qui s’est adressé, samedi, aux militants qui étaient rassemblés à l’hôtel Beau Séjour de Man pour un bureau politique élargi au comité central. Il a su convaincre les instances du parti à le suivre dans sa nouvelle aventure qu’il croit être une option juste et de raison.
Durant ce conclave aux allures familiales, Mabri a dit que dans l’opposition où il était passé suite au désaccord avec le Rhdp sur le choix du candidat à la présidentielle, il n’a eu aucune oreille attentive. Personne ne le prenait au sérieux, y compris les deux têtes fortes Bédié et Gbagbo qui développaient, selon lui une méfiance à son égard. Il pointe un manque de solidarité entre les leaders de l’opposition. Ceci était suffisant, à l’en croire, pour le contraindre à revenir au Rhdp, sa  »famille naturelle ». Et il y est revenu.

 »Merci pour votre confiance, pour votre soutien, pour votre attachement aux valeurs communes en vue de rester debout avec moi », pouvait-il alors exprimer sa gratitude au bureau politique.

Un retour à la maison pas fortuit

L’une des raisons phares qui explique le come-back de Mabri, est surtout la promesse à lui faite par le patron du Rhdp, le président de la République Alassane Ouattara. Mabri fait valoir qu’il a eu la ferme promesse de reprendre son poste de second vice-président du Rhdp qu’il occupait avant le divorce de 2020. Promesse écrite ou orale, seul Mabri peut s’y attacher et s’en servir pour convaincre les militants qui pourraient être désemparés par son renoncement à l’opposition. Mais se rappelle-t-il qu’en 2014, l’appel de Daoukro était d’abord l’histoire d’une promesse à Bédié d’être le candidat du groupement politique Rhdp ?

Toujours est-il que le bureau politique a donné quitus à Albert Toikeusse Mabri de compter désormais dans les rangs du parti au pouvoir avec son groupe. Cependant, sa rhétorique n’est pas pour l’instant celle du président du Rhdp qui a rappelé lors de son dernier Conseil politique son souhait de voir le Rhdp être  »un parti véritablement unifié ».
Le camp Mabri embouche le vocable  »retour ordonné » et non refonte de l’Udpci. Le communiqué final le précise si bien :  »Le Bureau Politique élargi au Comité Central charge le Président du Parti d’organiser le retour ordonné de l’UDPCI au RHDP. Le Bureau Politique élargi au Comité Central lui demande de continuer dans le « Bon Ton » d’être un instrument de Cohésion et de Paix pour la Côte d’Ivoire. »

Les mots ont bien leur sens. Et les prochains jours devraient éclairer sur le sens du  »retour ordonné ».

SD à Abidjan (info : EK)
sdebailly@yahoo.fr

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire