Assemblée Nationale: Bictogo fait des confidences sur son élection devant les Ivoiriens de Paris

Recevant la diaspora ivoirienne en France, SEM Adama Bictogo fait des confidences.Des secrets sur son élection à la tête de l’Assemblée nationale de Côte d’ivoire révélés.

Morceaux choisis :

« Mesdames et messieurs chers frères ivoiriens et ivoiriennes, résidant en France

C’est avec beaucoup de plaisir et de joie que nous vous recevons ce matin pour partager avec vous quelques informations relatives à la visite que nous avons effectué en France mais aussi des informations émanant de la vie de votre pays pour lequel chaque jour votre cœur bat.

Mesdames et messieurs, chers frères de la diaspora

Comme vous l’avez observé depuis un moment, conformément à la volonté affichée du Président de la République SEM Alassane Ouattara de rassembler tous les Ivoiriens a donc ouvert la voie du rassemblement en commençant par le dialogue politique. Et ce dialogue politique s’est poursuivie par la rencontre des 3 : le président Alassane Ouattara, le président Henri Konan Bédié et le président Laurent Gbagbo le 14 juillet.

Mais avant nous avons au sein de notre hémicycle, conformément à la vision de nos mandants parce qu’aujourd’hui, le président Alassane Ouattara a affiché sa volonté de renforcer la cohésion sociale. Ceci a été positif parce qu’il y a eu des échos favorables auprès des 2 autres présidents, le président Bédié et le président Gbagbo.

C’est ce qui a crée un grand mouvement qui nous a emmené, tous ensemble au sein de l’assemblée de Côte d’Ivoire, pendant la période où j’assurais déjà l’intérim à créer ce que nous appelons aujourd’hui la famille parlementaire.

Et cette famille parlementaire est née de ce que chacun de nous, quand vous regardez les visages, mais surtout les visages emblématiques, quand on parle de Maurice Kakou Guikahué, je n’ai pas besoin de vous le présenter, quand on parle de Oulaye Hubert, je n’ai pas besoin de vous le présenter. Quand on dit Adama Bictogo, je n’ai pas besoin de vous le présenter.

Mais notre pays a tout traversé pendant ces 20 dernières années, bien que d’autres étaient en Côte d’Ivoire, d’autres étaient ici, nous avons tout vécu les marches, les violences, la guerre.

Mais à la fin le résultat de tout ceci est né du dialogue. Ce n’est rien d’autre. Après, nous nous sommes assis et c’est le dialogue qui nous a permis de nous retrouver. C’est pour cela que au niveau de l’assemblée, lorsque nous nous sommes retrouvés tous ensemble,( à l’époque l’UDPCI avant d’être l’UDPCI ayant rejoint le RHDP) mon cher frère Seri Pascal, le PDCI, le PPACI, le RHDP, nous nous sommes assis et nous avons dit : la seule chose qui vaille et qui est essentielle, et qui est le socle de notre pays que nous aimons tous, ce pays fort de sa diversité ethnique, religieuse, régionale mais ce qui nous unit c’est la citoyenneté ivoirienne, ce qui nous unit c’est notre patrie la Côte d’ivoire, et nous nous sommes assis pour dire que nous à l’assemblée, nous voulons être le moteur de la cohésion nationale. C’est comme ça qu’ensemble, ils ont pensé lorsque le président Alassane Ouattara m’a désigné comme le candidat du RHDP, les mandants le président HKB et le président LG ont aussi mandaté mes frères et collègues députés à l’effet de voter tous pour moi. Et c’est comme ça alors qu’il avait un jeune frère député du PDCI qui s’est porté candidat. Mais pour montrer que la volonté de nos chefs devait s’afficher, tous les députés ont voté pour ma modeste personne. C’est pour cela qu’aujourd’hui, je vous donne cette information pour dire que c’est une élection d’humilité. Mon élection est une élection d’humilité, née de l’écoute, née de la concertation. Chacun a raison, chacun a sa raison mais on peut parfois s’asseoir, s’écouter. On peut ne pas être d’accord mais le fait de s’écouter créer le respect. L’écoute crée le respect. On peut se dire tout sans la violence. Il y a des sujets qu’on ne pouvait pas aborder entre nous il y a quelques années. Ce qui nous unit, c’est notre terre Ivoire.

Et vous la diaspora vous avez un grand rôle à jouer, c’est vous qui alimentez les réseaux sociaux. »

Propos retranscrits par Boni Félix Niangoran.

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire