Le kilo de cacao passe de 825 à 900 F, le café bloqué à 750 Fcfa – Le gouvernement déplore un contexte défavorable

Campagne 2022-2023

La 8e édition des journées nationales du cacao et du chocolat a été ouverte vendredi 30 septembre 2022 au Golf Hôtel, par le vice-président de la République Tiémoko Meyliet Koné. Sous les chapiteaux géants dressés pour cet événement annuel qui précède l’ouverture de la campagne cacaoyère, le gouvernement a dévoilé le prix bord champ du kilogramme de cacao ainsi que celui du café respectivement 900 Fcfa et 750 Fcfa.

A ces nouveaux prix, le kilo du cacao connaît une hausse de 75 Fcfa par rapport à l’année dernière où il était de 825 Fcfa. Le Prix du kilo de café stagne quant à lui dans un contexte de rétrécissement de la production. Le café est de plus en plus délaissé par les paysans en faveur d’autres cultures de rente comme l’hévéa ou l’anacarde.

Pour le vice-président et parrain Tiémoko Koné qui a annoncé personnellement les nouveaux prix, l’engagement du gouvernement de payer 60 % du prix Caf est respecté et il n’en serait pas ainsi, de l’avis du ministre Adjoumani, si le président Ouattara ne s’était pas érigé en défenseur numéro un du monde agricole, notamment des producteurs de cacao.

« La transformation locale du cacao – opportunités pour les artisans chocolatiers », tel est le thème central de cette 8e édition. Elle fait la part belle aux acteurs locaux engagés dans la transformation et le développement de la culture. Ceci, parce que la filière a été particulièrement touchée par la pandémie du Covid qui a mis les activités d’exportation en berne. Et le ministre de l’agriculture Kobénan Kouassi Adjoumani d’expliquer sous des airs griotiques la stratégie du gouvernement face à l’environnement défavorable mondial actuel rythmé par la guerre russo-ukrainienne.

« Les Journées Nationales du Cacao et du Chocolat de cette année se tiennent dans un contexte mondial marqué par la crise russo-ukrainienne qui touche tous les marchés agricoles. Tandis que les prix des intrants agricoles ont fortement augmenté, les prix des produits ont chuté sur les marchés internationaux. Cette tendance paradoxale des marchés était une question préoccupante pour les cacaoculteurs.
Pour faire face à cette situation, le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, a pris des mesures vigoureuses visant à préserver le bien-être social et économique des acteurs de la filière cacao. Au nombre de ces mesures, on peut citer :
– le déblocage de 17 milliards F CFA pour soutenir la filière face aux effets de la pandémie du coronavirus ;
– le soutien du prix aux producteurs à hauteur de 134 milliards F CFA, afin que ceux-ci ne subissent pas la chute des prix au niveau international.
Je voudrais rappeler que depuis la réforme, en 2012, la filière café-cacao a toujours bénéficié de mesures spécifiques de la part du Président de la République », a étayé Adjoumani.

Ces journées du cacao qui se tiennent à l’hôtel du Golf réunissent des paysans, des industriels, de petits artisans transformateurs mais surtout de nombreux abidjanais curieux de connaître le cacao et ses nombreux dérivés. A la clôture dimanche, des prix seront remis à des paysans et à des coopératives. En prime, des camions pour le meilleur producteur et la meilleure coopérative de production.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire