KKB devant la communauté ivoirienne aux USA: «Ensemble nous devons lutter pour que plus jamais n’adviennent les horreurs du passé…»

Le ministre de la Réconciliation et de la Cohésion nationale s’est entretenu dimanche 2 octobre 2022, avec la plus forte communauté ivoirienne vivant aux Etats-Unis d’Amérique avec 30 000 âmes selon des données de 2010 l ‘immigration américaine de La rencontre, qui s’est tenue au siège du Consulat général de la Côte d’Ivoire à New-York, a enregistré la présence de l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Côte d’Ivoire près les Etats-Unis d’Amérique, Ibrahima Touré, et des Représentants permanents adjoints Désiré Wulfran Ipo et Chritine Yapi.

Dans son intervention, le Consul général S.E.M Inza Camara a tout d’abord rappelé les moments difficiles et graves que la Côte d’Ivoire a traversés à cause de la crise électorale d’il y a dix ans. Cette regrettable situation, a-t-il ajouté, a mis à mal la réputation enviable du pays, qui jusque-là, était considéré comme un havre de paix et une terre d’hospitalité. Mais fort heureusement, soupire le Consul, les Ivoiriens ont compris la nécessité de sublimer leurs ressentiments et leurs colères par une véritable catharsis, afin de faire face aux défis et enjeux auxquels sont confrontérs toutes les sociétés qui ont connu de tels soubresauts.

« Pour notre pays, les défis se résument au tryptique : Paix – réconciliation – Développement », a indiqué S.E.M. Camara, se félicitant que, par la grâce de Dieu, les armes se sont tues et la paix est revenue.

« Grâce au travail et aux efforts de tous les Ivoiriens, de toutes les hautes autorités de notre pays et particulièrement de Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara… la Côte d’Ivoire retrouve son lustre d’antan. En témoigne la croissance continue et soutenue de notre économie nationale, les grands travaux infrastructurels et structurels entrepris dans tout le pays, l’amélioration des conditions de vie et de bien-être de tous les Ivoiriens », a déclaré Inza Camara.

Cependant, a-t-il nuancé, cette dynamique ne saurait perdurer sans cette substance essentielle qu’est l’harmonie et la cohésion entre tous les enfants ivoiriens. « Cette harmonie et cette cohésion passent inéluctablement par la réconciliation véritable et vraie par-delà les déclarations et les professions de foi », souligne le diplomate, précisant que le processus de réconciliation est intemporel et perpétuel.

Pour conduire ce vaste et ambitieux projet, il fallait, selon le Consul général Camara, trouver une personnalité d’envergure, un acteur politique majeur qui baigne depuis longtemps dans le marigot politique ivoirien. « Qui mieux que M. Bertin Kouadio Konan pouvait s’incarner dans une telle démarche ? Il se caractérise par son intégrité, sa constance et ses conviction », a témoigné M. Camara.

En réponse à ce discours liminaire, le ministre Bertin Konan Kouadio a tout d’abord salué l’apport de la diaspora ivoirienne dans le développement de leur pays, avant d’exposer la vision du Président Ouattara sur la réconciliation nationale, un chantier qui lui tient à cœur.

« Le sang ivoirien qui coule dans nos veines nous lie. Peu importe où nous sommes nés, peu importe où le vent nous a amené, nous sommes ivoiriens tout court et nous le restons. Vous qui constituez la diaspora aux Etats-Unis, vous constituez à n’en point douter, l’un des ponts entre la Côte d’Ivoire et le reste du monde. Vous diffusez notre culture, notre art de vivre, nos coutumes, notre histoire, vous la faites vivre au quotidien. Vous construisez ainsi notre avenir. Vous vivez dans un des pays les plus influents et les puissants au monde. Irriguez les États-Unis de ce que nous sommes, c’est en irriguer une bonne partie du monde. En retour, vos expériences américaines sont utiles à notre pays qui a tant besoin d’ouverture et de modernité », a déclaré le ministre de la Réconciliation et de la Cohésion nationale.

Des valeurs en partage

L’identité ivoirienne est structurée par des valeurs nobles consacrées dans notre hymne national, poursuit-il, indiquant que la Côte d’Ivoire est riche de son ouverture et de sa diversité. Selon lui, l’espoir, l’hospitalité, la dignité sont des valeurs que les Etats-Unis et la Côte d’Ivoire ont en partage. Dans son message, KKB n’a pas manqué de revenir sur les pages douloureuses qui ont secoué la Côte d’Ivoire ces dernières années. Il appelle à assumer ce passé avec courage, dans la vérité et la justice.

« Si nous sommes fiers de ce que nous sommes, nous ne devons pas pour autant oublier d’où nous venons. Notre peuple a souffert, il s’est affronté bien trop longtemps et bien trop souvent violemment. Le sang de nos frères et sœurs a coulé, la terreur a régné sur des désaccords exploités, des familles ont été déchirées, des corps ont été martyrisés et des avenirs ont brisés. Aussi difficile soit-il, ce passé-là, nous devons l’assumer ensemble. La paix ne peut se construire sur l’oubli et les ressentiments. Le travail historique doit être poursuivi, la vérité recherchée et la justice rendue. N’oublions pas les mots de Aimé Césaire qui disait : « Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte ». Ensemble nous devons lutter pour que plus jamais n’adviennent les horreurs du passé », a-t-il dit.

Pour réussir ce chantier, le ministre de la Réconciliation et de la Cohésion nationale affirme que la diaspora ivoirienne a un grand rôle à jouer.

La 32e région de la Côte d’Ivoire

« Vous formez la 32e région de la Côte d’Ivoire, vous représentez plus d’un million de frères et de sœurs. Si la réconciliation ne se fait pas avec vous, alors elle ne se fera pas. Les ressentiments, les vieilles oppositions ethniques et religieuses n’ont plus leur place dans le cœur des ivoiriens. Le respect, la solidarité et l’amour de l’autre même dans la différence voilà ce qui doit désormais nous guider. La paix est le seul combat qui vaille d’être mené ».

En œuvrant pour la réconciliation nationale, Son Excellence M. Alassane Ouattara se bat pour la paix, laisse entendre KKB, invitant la diaspora ivoirienne aux Etats-Unis d’Amérique à se battre à ses côtés. « La Côte d’Ivoire notre pays a besoin de vous. Parce que la bataille pour la paix est un combat perpétuel qui doit être mené par tous. Vous de la diaspora, représentez, un million de soldats, pour la paix. La Côte d’Ivoire ne saurait donc se passer de vous. Vous qui viviez aux Etats-Unis, la prospérité, la liberté, le bonheur… rien de tout cela n’est possible sans paix. Vous aussi souhaitez que le peuple de Côte d’Ivoire connaisse la prospérité, et le bonheur.
Le processus de réconciliation et de cohésion en Côte d’Ivoire est de façon indiscutable pleinement engagé. La reconnaissance de la réussite de ce processus de pacification par l’Organisation des Nations-Unies nous honore et encourage à poursuivre et à intensifier nos efforts. Le succès de ce processus est le fruit de la rencontre de deux volontés : Celle du peuple d’abord dans son entièreté et bien sûr celle de son Gouvernement », soutient le ministre, assurant que le peuple de Côte d’Ivoire aspire désormais à vivre en paix. C’est du moins le constat qu’il dit avoir fait lors de ses séries de rencontres depuis qu’il a été nommé ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale.

Les prochaines élections dans la paix

Saluant l’engagement du Président de la République, à promouvoir la réconciliation, la cohésion et la paix, il a affirmé que cette mission n’est pas une affaire de partis politiques, c’est une priorité nationale. « Lorsque son Excellence, M. Alassance Ouattara échange en juillet dernier, avec ses deux prédécesseurs que sont le président Laurent Gbagbo et le président Henri Konan Bedié, c’est une victoire pour le pays, c’est un témoignage de bonne volonté, c’est un acte de réconciliation et c’est un signal de cohésion. La réconciliation du peuple de Côte d’Ivoire est un cercle vertueux alors que la violence appelle à davantage de violence, l’apaisement conduit à l’apaisement. Réconcilier le pays et consolider sa cohésion ne constituent en rien l’éradication des différences. Nous ne croyons pas tous à la même religion, c’est certain, nous ne sommes pas tous de la même ethnie, c’est connu, nous n’avons pas tous les mêmes opinions politiques mais nous sommes tous Ivoiriens. Inspirons-nous de cette pensée de Barack Obama qui a déclaré un jour : nous venons de différents endroits et nous avons des histoires différentes mais nous partageons des espoirs communs et le rêve américain. Nous aussi peuple de Côte d’Ivoire, nous avons des espoirs communs, nous pouvons croire au rêve ivoirien », a-t-il déclaré, saluant les avancées démocratiques enregistrées ces dernières années dans le pays.

La démocratie de notre pays se renforce, se bonifie, selon KKB, qui constate que désormais les désaccords s’expriment par le bulletin de vote et non plus par les armes. « C’est une avancée notable », s’est-il réjoui. « Les élections législatives de mars 2021 ont été les plus inclusives de l’histoire de notre jeune démocratie. Elles se sont déroulées dans le calme et sans violences. L’opposition politique sortie de ce scrutin s’exprime désormais librement au parlement et contribue à faire vivre le débat démocratique en Côte d’Ivoire », se félicite le ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale, appelant à faire en sorte que les prochains rendez-vous électoraux (2023 et 2025) se déroulent de manière tout aussi exemplaire.

Samuel Tia

Source Lebanco.net

Commentaires Facebook
Share:

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire