Le mandarin [Chinois] dans les écoles publiques de Côte-d’Ivoire ? Il nous faut sérieusement y penser

Dans un article sur la valeur de la diversité linguistique, les professeurs Thomas Bak de l’université d’Édimbourg, et Dina Mehmedbegovic de l’UCL (University College London) proposent que de même que nous offrons un bon régime alimentaire à nos enfants, nous devons leur offrir un bon régime linguistique. Les écoles qui disent aux enfants « C’est bon pour toi de manger des fruits et des légumes tous les jours » devraient aussi leur dire : « C’est bon pour toi de parler, lire et écrire dans différentes langues ».

Le multilinguisme stimule le cerveau des apprenants. La langue est comme une vitamine qui booste les capacités intellectuelles de nos enfants. Et plus de langues nous mettons à leur disposition, plus de choix de vitamines nous offrons à leurs neurones. Cela se voit dans nos enfants qui en plus du français maitrisent leurs langues maternelles : j’observe à Jacqueville ces enfants de deux, trois ou quatre ans passer de l’alladian au français avec une gestuelle déconcertante, et c’est comme si leurs cerveaux couraient à 100 à l’heure. C’est parce que ces enfants-là ont la chance d’avoir à leur disposition plusieurs vitamines intellectuelles. Le chinois dans les écoles ivoiriennes arrive donc comme un supplément alimentaire à côté de l’anglais, du français, de l’espagnol, de l’arabe, etc., pour stimuler l’intellect de nos enfants.

Au-delà de cela, apprendre le chinois se révèle d’une importance capitale dans le monde économique d’aujourd’hui pour tout pays qui aspire au développement. L’Amérique l’a compris, qui depuis plus d’une vingtaine d’années a inscrit le mandarin dans les langues étrangères offertes dès le collège. La chine est la deuxième puissance économique du monde, l’usine du monde, et de plus en plus un grand centre technologique mondial. Ne pas donner à nos générations futures l’outil de la langue chinoise (le mandarin) c’est leur refuser l’entrée dans la sphère économique et technologique de demain. Le français nous fut imposé par nos colonisateurs. Nous apprîmes l’anglais pour échanger et commercialiser avec la plus grande puissance économique et technologique mondiale. Aujourd’hui, s’il y a deux langues qui méritent bien leurs places dans nos écoles, ce sont bien l’anglais et le chinois (mandarin). C’est avec ces deux langues que nous nous donnerons de vraies chances de développement … à moins que notre connaissance d’une langue étrangère ne se limite qu’à notre aptitude à sélectionner un bon vin et un bon fromage.

Martial Frindéthié

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire