Pénurie de carburants en France/ Déblocage de stocks stratégiques et Grèves reconduites par les syndicats

Lu pour vous – Les Echos

Le gouvernement accentue la pression sur les grévistes des raffineries. A peine de retour d’Algérie lundi soir , Elisabeth Borne a convoqué plusieurs ministres pour une réunion de crise sur la pénurie de carburants qui frappe désormais près d’un tiers des stations-service françaises.

« Le gouvernement ne peut laisser le pays être bloqué », a prévenu Matignon. « Chacun doit prendre ses responsabilités. Le gouvernement prendra les siennes. »

La pression du gouvernement n’aura pas suffi. La grève est reconduite dans les raffineries de TotalEnergies, annonce la CGT ce mardi.

9h43 – MODE D’EMPLOI – Que faire si vous ne pouvez pas aller travailler ?

Selon Camille Pradel, avocat associé du droit du travail au sein du cabinet éponyme, aucune loi n’encadre le cas de figure où un salarié ne peut se rendre au travail en raison d’une pénurie de carburants. La bonne foi du travailleur est donc essentielle dans ce genre de situation.PLOI – Pénurie de carburants : que prévoit le droit en cas de difficultés pour se rendre au travail ?

9h38 – Grève reconduite chez Esso-ExxonMobil
La CGT et FO ont décidé de reconduire la grève qui touche les deux raffineries françaises du groupe Esso-ExxonMobil, malgré la signature d’un accord majoritaire sur les salaires par d’autres syndicats, qu’elles ont pour leur part rejeté, a indiqué la CGT.

« Le mouvement a été reconduit ce matin à 6 heures, parce que ça ne correspond pas aux revendications des salariés grévistes qui demandent du pouvoir d’achat », a expliqué à l’AFP Christophe Aubert, délégué syndical central CGT. Celui-ci a indiqué que l’amélioration de la proposition formulée par la direction consiste essentiellement en une prime.

8h46 – Le Maire appelle à un déblocage des dépôts « dans les heures ou les jours qui viennent »

Comme l’a fait Olivier Véran avant lui, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a appelé à un déblocage rapide des raffineries et dépôts de carburants, brandissant lui aussi le spectre des réquisitions si le mouvement se poursuit. « Le timing se chiffre plutôt en termes d’heures, à la limite de jours, que de semaines parce que ça n’a que trop duré », a-t-il déclaré sur franceinfo.

8h00 – Le gouvernement demandera à TotalEnergies le prolongement des ristournes

« On est en train de demander, avec le ministère de l’Economie, avec le ministère de l’Energie, si on ne peut pas, du côté de Total, demander que la ristourne se prolonge pour les quelques jours qui correspondent au moment où les Français n’ont pas pu en bénéficier parce qu’ils n’avaient pas accès aux carburants », a déclaré le ministre des Transports, Clément Beaune sur RMC.

7h50 – Le gouvernement menace d’« intervenir » pour débloquer les dépôts
Interrogé ce mardi matin sur RTL, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran s’est montré très explicite. « Le gouvernement appelle à ce que la totalité des blocages soient levés sans délai […], sans quoi nous pourrions être amenés à les lever », a-t-il expliqué, assumant mettre ainsi « une saine pression sur les acteurs ». Le gouvernement est prêt à « procéder à des réquisitions si la situation devait l’exiger, c’est-à-dire rouvrir l’accès aux centres de dépôts et aux raffineries et ensuite réquisitionner le personnel adéquat ».

« Chez Exxon, un accord majoritaire a été trouvé, il n’y a plus aucune raison qu’il y ait le moindre blocage », a-t-il ajouté. Jugeant par ailleurs « excessive » la « grève préventive » en cours chez TotalEnergies.

Historiquement, la CGT est très bien implantée dans les raffineries, même si elle a légèrement reculé ces dernières années. A Donges, par exemple, la CFDT a effectué une percée aux dernières élections professionnelles, récoltant 34,4 % des voix, contre 41,8 % à la CGT.

> Votes en faveur de la reconduction de la grève

En dépit d’appels répétés du gouvernement à négocier sur les salaires et à cesser les blocages, la CGT a reconduit son mouvement de grève lundi faute d’accord avec la direction de TotalEnergies. La grève se poursuivait aussi dans les deux raffineries françaises d’Esso-ExxonMobil.

> Mise en oeuvre de plusieurs mesures de restrictions

Lundi soir, des arrêtés préfectoraux dans le Var, le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence ont limité à 30 litres la vente de carburant aux particuliers.

> Déblocage de stocks stratégiques et importations de carburants

Le gouvernement a débloqué des stocks stratégiques de carburants et TotalEnergies importe des carburants pour compenser l’arrêt de deux de ses trois raffineries. Ces mesures « ont permis d’augmenter les livraisons dans les zones en grandes difficultés : +50 % en Ile-de-France, +35 % en Hauts-de-France », a affirmé la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher. Lundi soir, 29,4 % des stations-service étaient en difficulté au niveau national (contre 29,7 % à 15 heures dimanche), a-t-elle précisé.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire