35 années de peinture – Le père de l’art naïf et des « rondement belles » Augustin Kassi se dévoile

« Je ne me suis jamais mis dans la tête que je suis pauvre »

Bien connu dans la sphère des arts plastiques en Côte d’Ivoire à travers ses tableaux et la Biennale internationale des arts d’Abidjan, l’artiste peintre Augustin Kassi va célébrer 35 ans de métier. L’événement a lieu à partir du 24 octobre à Abidjan et à l’intérieur du pays, Abengourou, Bongouanou et Adzopé notamment. Augustin Kassi était face à la presse samedi 15 octobre 2022 à la Rotonde des arts au Plateau pour annoncer l’événement. A l’occasion, il s’est révélé au public à travers le narratif de son parcours de professionnel de l’art.

 »Tout jeune, j’avais envie de faire de l’art. Mon père était artiste, mes oncles, tous étaient des artistes. j’ai fait quelques années de collège et une formation artistique de trois ans », relate-t-il d’entrée devant les journalistes. Pour lui, l’aventure commence véritablement dans le milieu de l’art quand, sans chômer après ses années de formation, le Centre culturel français (Ccf) d’Abidjan lui offre son premier espace d’expression artistique. Naissent alors son premier atelier  »Expo 2000 » en 1985 et sa toute première exposition à travers  »les Naïfs de Côte d’Ivoire ». Pour le reste, ce sont les voyages à travers l’Afrique et le monde qui feront de lui un artiste aguerri qui décide de donner une identité à son art dans le genre  »les naïfs », les  »rondement belles ».  »Installé dans un quartier populaire, on a eu des gens pour nous visiter. Après j’ai décidé de valoriser ma culture. J’ai décidé de peindre la femme », explique-t-il. Augustin Kassi est ainsi devenu le chantre de la femme aux rondeurs comme la calebasse, cet instrument qu’il décrit comme un ustensile de cuisine et un instrument de musique. Cette inspiration, fait-il savoir est une réponse au comité miss Côte d’Ivoire.  »J’ai travaillé sur les grosses (femmes) pour donner une réponse au concours Miss Côte d’Ivoire. Pour dire que celles-là aussi sont des belles. Je suis l’ambassadeur des rondement belles », se découvre-t-il. Toujours aussi inspiré que travailleur, Augustin Kassi crée la Biennale internationale des arts d’Abidjan après avoir été l’initiateur de la foire des naïfs.

Aujourd’hui, la célébration des 35 ans marque un tournant de sa carrière d’artiste peintre.  »Faire une pause, voir ce qui a marché et ce qui n’a pas marché puis se projeter dans le futur », ainsi décline-t-il l’objectif de cette célébration sous le thème  »35 ans de carrière d’un troubadour des formes plantureuses en peinture ». Parlant d’emblée de ce qui n’a pas marché, Augustin Kassi relèvera le peu de soutien de l’autorité à ses œuvres. « Je continue de financer moi-même la recherche. Le fait de créer un espace, d’aller à la recherche des confrères pour que la Côte d’Ivoire soit animée, prendre en charge 3000 enfants, ce n’est pas facile. Ces choses-là, quand on les fait soi-même, on en tire une fierté mais en même temps on a un pincement au cœur. Ma prière est que tout cela soit vu par nos autorités pour nous aider parce que nous avons la solution au chômage », a décrié l’artiste se félicitant en même temps de la bonne disposition d’esprit de la nouvelle ministre de la Culture, Mme Remarck qui était représentée à cette conférence par son collaborateur Henri N’Koumo.

Toutefois, Augustin Kassi fait valoir que l’art nourrit son homme.  »Je gagne de l’argent mais je mets beaucoup dans les activités. Je ne me suis jamais mis en tête que je suis pauvre. Si on travaille bien, on gagne de l’argent », a-t-il répondu à la question de savoir s’il était un homme riche et accompli après 35 ans de métier.

Plusieurs activités meubleront cette célébration de 35 ans de carrière d’Augustin Kassi. Entre autres, une exposition à la rotonde des arts au Plateau du 10 novembre au 10 décembre avec un vernissage le 10 novembre. Du 12 au 22 novembre, se tiendra un workshop international à la galerie Houkami Guyzaign. L’Institut français accueillera le salon officiel du 29 novembre au 17 décembre 2022. Des master class et des ateliers jeunesse sont également au programme.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire