Implantation d’une usine de Cacao à San Pedro – Le promoteur Koné Dossongui donne les 4 raisons de son investissement

C’est l’aboutissement d’un rêve qui a germé il y a sept ans. Dans quelques mois, une usine de transformation de fèves de cacao, « Atlantic cocoa corporation » va prendre forme sur les terres de la ville de San Pedro. La pose de la première pierre de l’unité industrielle a eu lieu le mardi 25 octobre 2022 et le promoteur Koné Dossongui, homme d’affaires ivoirien a saisi cette tribune pour expliquer les raisons profondes de son choix pour la Côte d’Ivoire.

Dans un discours où il distribue les bons points à tous ceux qui ont contribué à la naissance du projet, M. Dossongui évoque en guise d’explication qu’il s’agit de prime abord de répondre aux appels incessants des dirigeants de la Côte d’Ivoire. Appel à investir dans la transformation du cacao. Dans ce sens, il ne manque pas de remettre au goût du jour, le long combat d’Houphouët-Boigny qui se dressa dès 1932 contre les spéculateurs véreux à travers une célèbre phrase à charge :  »On nous a trop volés ». Dossongui exalte également le discours d’Alassane Ouattara au congrès de 1990 à Yamoussoukro devant les instances du Pdci-Rda. L’ancien Premier ministre avait alors vivement invité les Ivoiriens  »à déployer le potentiel de la Côte d’Ivoire par des réformes structurelles courageuses et un investissement ambitieux, pour transformer le binôme café-cacao ».
Sur les autres raisons de la construction de l’usine qui prend corps, le Pdg Koné Dossongui confiera au premier ministre Patrick Achi qui était présent au lancement des travaux, ceci : « Monsieur le Premier ministre pour conclure, vous-même, vous nous avez donné tout l’encouragement nécessaire et vous avez requis les membres du gouvernement à en faire autant. Monsieur le ministre du Commerce et de l’Industrie, vecteur de vos instructions, et amplificateur de la vision du Chef de l’Etat, a porté le projet. Troisièmement, nous nous souvenons des appels répétés du Président Houphouët-Boigny et enfin quatrièmement, le message du Président Alassane Ouattara, restent dans nos consciences. Voici les quatre raisons pour lesquelles nous offrons cette usine à la Côte d’Ivoire, à titre de modeste contribution ». A ces raisons, il a ajouté une autre non moins importante : « Nous avons été convaincus de l’attractivité du code des investissements ivoiriens »

S’adressant particulièrement à Anne Lugon-Moulin, ambassadrice de la Suisse en Côte d’Ivoire, Koné Dossongui a fait cette révélation à ceux qui voudraient tenter l’expérience dans la transformation du cacao :  » Nous avons appris, à l’épreuve, que pour rentrer dans l’industrie du cacao, il y a deux portes. Il y a la porte dérobée où vous trouvez des équipementiers passant de la forge de l’outillage jusqu’à l’équipement de haute technologie, construite avec robotique et numérique, mais vous avez trois-cents (300) fabricants et peut-être plus et puis il y a la grande porte. La porte où entre sans hésitation, de manière entière, un fabriquant suisse, le premier fabricant mondial. Celui dont la qualité des équipements est exceptionnelle, c’est le suisse Güller.
L’usine de San Pedro est un investissement de 73 milliards de Fcfa. Elle projette de transformer 60 mille tonnes de cacao par an.

Plusieurs autorités, diplomates et financiers dont le patron de Coris Bank Idrissa Nassa, bailleur de fonds majeur du projet ont assisté à cette pose de première pierre. A chacun, l’homme d’affaires a adressé des mots gentils de reconnaissance ou d’hommage au regard des affinités qu’il partage avec ceux-ci. Notamment le ministre d’Etat Adjoumani, le Dg du Conseil café cacao ou encore le Pca du Conseil Café Cacao, l’ingénieur agronome Coulibaly Siaka Minayaha.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire