« Mois d’octobre, mois du consommer local »: 120 millions de consommateurs à conquérir dans l’espace UEMOA

La troisième édition du concept « Mois d’octobre, mois du consommer local » a retenu pour thème « Consommation des produits locaux, un levier d’accroissement des investissements productifs, de développement et d’intégration régionale ». Ce rendez-vous important a offert une belle vitrine aux produits made in Côte d’Ivoire.

Des viennoiseries et pâtisseries à base de farines de céréales locales, des jus de fruits 100% naturels et l’incontournable attiéké national séché ou déshydraté qui peut être conservé pendant près de deux ans à température ambiante. Le mois du consommer local a offert une belle vitrine à de nombreux producteurs locaux.

« Dans le cadre de la promotion du consommer local, nous invitons toute la population de Côte d’Ivoire à consommer l’attiéké déshydraté produit par notre coopérative « Working women » », souhaite Léa Gao Koné, promotrice du manioc et ses dérivés. Ses attentes sont partagées par tous les exposants : amener les Ivoiriens à choisir les produits locaux.

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, à travers le Conseil national de lutte contre la vie chère, entend susciter un changement des habitudes de consommation au sein de la population, donner de la visibilité aux produits locaux et aux produits de saison, améliorer l’image des produits locaux et leur perception chez les consommateurs.

Selon un sondage réalisé en début octobre par le Centre d’Information et de Communication gouvernementale (CICG), 70% des Ivoiriens ont une bonne image du Made in Côte d’Ivoire. L’alimentaire, l’habillement et le cinéma figurent dans le Top 3 des catégories que les Ivoiriens souhaitent voir renforcées dans le Made in Côte d’Ivoire.

Aujourd’hui, le contexte mondial marqué par la hausse des prix de certains produits, notamment des denrées alimentaires de grande consommation, oblige les pays à trouver les ressorts internes d’une meilleure résilience. Consommer local devient une nécessité.

« De nombreux produits consommés par la région ouest africaine proviennent principalement de l’extérieur, notamment des pays asiatiques. Ces importations ont été évaluées à plus de 19 000 milliards de FCFA en 2021 », a déploré le ministre du Commerce, Souleymane Diarrassouba. Immensément riche en matières premières agricoles, le continent africain est pourtant dépendant du reste du monde pour se nourrir. Certains parlent d’hérésie économique. En tout cas, les pays de l’Uemoa qui constitue un vaste marché potentiel de 120 millions de consommateurs sont décidés à réduire puis éliminer cette dépendance. Il s’agit également de permettre aux entreprises de chaque pays de l’Uemoa de s’affirmer sur ce marché et en tirer profit. Pour ce faire, le marché africain doit être le marché des Africains. C’est tout le sens du mois du consommons local organisé dans les pays de l’Uemoa. Et les entrepreneurs ivoiriens se veulent offensifs.

La Boutique paysanne (société coopérative regroupant 250 entreprises de production et de transformation) qui valorise et distribue des produits made in Côte d’Ivoire 100% naturel et l’Alliance des femmes entrepreneures et solidaires de Côte d’Ivoire (AFESCI Group) qui dispose d’une boutique dans la commune de Yopougon sont autant de structures qui témoignent de la diversité et de la qualité des produits locaux.

CICG

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire